Actualités Gard.

NÎMES Dépôts de gerbes : pour ne jamais oublier

Les gerbes déposées au pied de la stèle de la rue Guillemette (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)

À l’occasion de la journée nationale dédiée à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux "justes" de France, un dépôt de gerbe a eu lieu devant le stèle érigée rue Guillemette.

76 ans après la rafle du Vel d’hiv (Vélodrome d’hiver) à Paris, des hommages ont eu lieu, ce dimanche, partout en France. À Nîmes, la cérémonie s’est déroulée devant la maison du département, en présence des responsables religieux et d’élus locaux.

« Qui sauve une vie, sauve l’humanité entière »

Paul Benguigui, président du consistoire de Nîmes (*) a été le premier à prendre la parole et il a rendu hommage aux "justes" qui ont risqué leur vie pour aider les victimes du nazisme. « Qui sauve une vie, sauve l’humanité entière », a-t-il rappelé. Il a également évoqué les vies de personnalité juives récemment disparues. En premier lieu Simone Veil.  Déportée à Auschwitz-Birkenau en 1944 et qui a perdu son père et son frère, eux aussi déportés. L’ancienne ministre a été enterrée au panthéon le 1er juillet dernier.

Paul Benguigui a rappelé des sombres épisodes de l’Histoire de France (Photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Paul Benguigui a aussi eu des mots pour Mireille Knoll, cette femme de 85 ans qui avait échappé à la Shoah mais qui est morte poignardée à son domicile le 23 mars 2018. L'événement avait suscité un vif émoi dans le pays. Le président du consistoire israélite a évoqué Claude Lanzmann (décédé le 5 juillet) le réalisateur de Shoah, le film documentaire consacré à l’extermination des juifs d’Europe par les nazis.

« Pas de complaisance envers les antisémites »

Paul Benguigui a retracé les évènements du Vel d’hiv qu’il a qualifié de "vestibule de l’enfer". Les 16 et 17 juillet 1942, 13 152 juifs, dont près d’un tiers étaient des enfants, ont été arrêtées à Paris pour être déportés. Moins d’une centaine en reviendront.

Puis Thierry Dousset, directeur de cabinet du préfet du Gard, a pris à son tour la parole. Il a lu un message de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, dans lequel il exhortait chacun à ne « pas avoir de complaisance envers les antisémites ». La cérémonie s’est terminée par des dépôts de gerbes au son de la sonnerie aux morts et la Marseillaise.

Norman Jardin

le Consistoire est une institution représentative de la religion juive de France

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité