A la uneActualités

C’EST L’ÉTÉ Un accueil presque parfait… à Sauve

Creusé dans la roche calcaire au bord du Vidourle, le village médiéval est une invitation au voyage dont on ignore souvent l’issue.

La beauté du village médiéval a notamment été reconnue à travers le label « Village de caractère », décerné le jeudi 12 juillet 2018 par le Département (Photo : Coralie Mollaret)

Découvrir Sauve, c’est s'y perdre. C’est arpenter ses ruelles étroites, découvrir son temple protestant, ses artisans locaux et se risquer à l'étrange mer des rochers…

Notre aventure démarre dans un vaste parking qui borde la RD 999. Un aménagement bien pratique pour se garer en toute tranquillité. Armés de nos baskets, il nous faut franchir le pont Vieux et ses quatre arcades qui enjambent le Vidourle. Ce dimanche, le fleuve s’est paré d’un bleu vert insolent... On perçoit au loin quelques truites arrogantes qui nous narguent sans vergogne, comme les castors sillonnant les berges.

Ce dimanche, le fleuve s’est paré d’un bleu vert insolent (Photo : Coralie Mollaret)

L’entrée du village annonce la couleur : il va falloir grimper ! On pénètre sous les voûtes qui laissent entrevoir des maisons en pierre et autres demeures colorées. Pittoresque... À Sauve 2 000 habitants ont élu domicile, représentant 22 nationalités différentes. Les immigrés y apprécient le calme et la tranquillité du village qui donne libre cours à leur imagination, Sauve ayant été reconnue comme "Ville et métiers d’art."

L'office du tourisme, rue des Boisseliers, est situé à côté du conservatoire de la fourche. Le lieu de fabrication des fourches en bois utilisées dans les haras et champs de lavande. Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 18h  (Photo : Coralie Mollaret)

La ballade dans ce dédale cévenol se poursuit... Sauve a su conserver l'héritage prestigieux de la prospérité des Bermond, des seigneurs du XIe et XIIe siècles qui lui ont donné ses lettre de noblesse. Arrivée place Jean Astruc (1684-1766), l’un des centres névralgiques du village qui doit son nom à l’illustre médecin sauvain, auteur du premier ouvrage sur les maladies vénériennes. Ici, tout est tranquille... On s'y sent bien. On observe quand tout à coup nous tombons sur les voûtes de la Fusterie (ci-dessous). 

Les voûtes de la Fusterie servait jadis d’abri aux « fustiers », c’est-à-dire aux charpentiers, tonneliers et autres artisans du bois. Blanchies à la chaux, cette dernière sert à assainir le parement mais aussi à renvoyer la lumière... Bien pratique ! (Photo : Coralie Mollaret)

En prenant la rue Mazon, nous atterrissons sur la place Jean-Claris de Florian (1755-1794), fabuliste et auteur de Plaisirs d’amour, chagrins. Cette place, un autre carrefour de la vie sauvaine. On y trouve une poste, un tabac, un café, une boucherie et… un temple protestant, dont la cloche porte une inscription indiquant qu’elle fut offerte par Charles X.

Le temple protestant de Sauve (Photo : Coralie Mollaret)

Il est midi, l’heure d’une pause déjeuner bien méritée. Notre choix se porte sur « le Troqué Toquet. » Un restaurant à mi-chemin entre cuisine du terroir et cuisine du monde. On opte pour du canard, du fromage de chèvre et un ti-punch... Total pour une personne : 30€. Les produits sont locaux, le service est rapide et agréable. C'est raisonnable. 

(Photo : Coralie Mollaret)

Sur la fin, nous décidons de faire une dernière étape par la tour de Mole. Une tour de guet datant du XIIe siècle qui fut construite par le même architecte des tours Bermondes.

La Tour de guet datant du XIIe siècle fut construite par le même architecte des tours Bermondes (Photo : Coralie Mollaret)

Curieux, nous grimpons, grimpons, grimpons - pensez d'ailleurs à la bouteille d'eau - direction la « mer des rochers. » Un parcours rocheux qui raconte l’origine de Sauve, creusée dans la roche calcaire. Une ville pleine de mystère et de trésors à découvrir sans hésiter. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Lire aussi : FAIT DU JOUR Sauve décroche le label « Village de caractère »

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

1 commentaire sur “C’EST L’ÉTÉ Un accueil presque parfait… à Sauve”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité