A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Ne pas être Aigoual, c’est être divisé

Le mont Aigoual est devenu le premier Centre français d'interprétation des changements climatiques.

L'observatoire du mont Aigoual (Photo Anthony Maurin).

L'observatoire météorologique du mont Aigoual se situe aux limites des départements du Gard et de la Lozère et du partage des eaux entre la Méditerranée et l'Atlantique. D'un bout à l'autre de l'Occitanie il est connu et reconnu mais va bientôt vivre une seconde jeunesse. Le premier Centre français d'interprétation des changements climatiques vient d'y voit le jour.

" Vous êtes au sommet de notre commune mais aussi sur le toit du Gard (1567 mètres, NDLR). Je suis très heureux que vous soyez tous ici. Nous sommes au sein d'un grand site qui parle à tout le monde, qui existe depuis longtemps et qui est au cœur des Cévennes classées à l'Unesco. Nous avons souhaité cette mutation touristique il y a dix ans. Il faut maintenant que ce centre existe et votre venue le met en lumière. Ici comme sur le Canigou, votre Région côtoie les étoiles ", lançait Thomas Vidal, maire de Valleraugue, à l'arrivée de la présidente de la Région Occitanie Carole Delga sur le site de l'observatoire de l'Aigoual.

Une vue imprenable, un balcon sur la Terre (Photo Anthony Maurin).

Comme toujours quand elle se déplace dans le Gard, Carole Delga a tenu a rappeler qu'elle n'oubliait pas notre département. " La montagne définit le caractère. Je suis têtue, mon équipe vous le dira ! Ici, vous avez été têtus mais vous avez aussi tracé un avenir et nous sommes persuadés de sa pertinence. La station va beaucoup nous apprendre. Notamment à une époque où l'on parle du changement climatique ", explique à son tour la présidente de la Région Occitanie.

Un pot commun pour éviter les pots cassés

Une aide régionale de 700 000 euros vient d'être accordée pour la création d'un centre d'interprétation et de sensibilisation aux changements climatiques sur le site de l'observatoire du mont Aigoual. Au travers d'une exposition ludique et moderne, l'objectif est d'alerter, de sensibiliser et d'éduquer le grand public sur les causes, les conséquences et sur les actions à mener face à ce phénomène. Les travaux prévus concerneront la réhabilitation de la structure, des travaux d'aménagements intérieurs et extérieurs ainsi qu'une requalification complète de l'exposition. Cette opération considérée comme disposant d’un caractère structurant à l’échelle du territoire gardois a également permis de mobiliser des crédits du Département à hauteur de 858 400 euros sur un coût total du projet de près de 3,4 millions d’euros.

Carole Delga était en week-end de travail dans le Gard où elle a fini sa visite à l'Aigoual (Photo Anthony Maurin).

Et Carole Delga d'assurer que " nos territoires sont les principaux moteurs de la dynamique régionale. Chacun des 13 départements d’Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a son identité, son histoire, ses atouts et doit participer à la dynamique de la République des territoires en laquelle je crois profondément. Ils sont, de fait, placés au cœur de nos politiques publiques pour que la réussite de notre projet régional irrigue l'ensemble de l'Occitanie. Dans le Gard, j'ai l'occasion de témoigner de la mobilisation de la Région pour favoriser la vitalité et l'attractivité de ce territoire. Depuis 2016, la Région a ainsi investi 638 millions d’euros au profit des projets gardois, soit environ 867 euros par habitant. "

(Photo Anthony Maurin).

Inauguré le 18 août 1894, le site est grandiose, majestueux. Niché sur les crêtes cévenoles, il a vu sa fréquentation touristique s'accroître de 15% cette année. On sert même au restaurant plus de 150 repas par jour rien que pour le déjeuner ! Projet citoyen et militant, ce coup de pouce à l'Aigoual ne peut être qu'une excellente chose. Aujourd'hui, il constitue le dernier observatoire météorologique de montagne en France. C'est une station Météo France d'observation et de prévision mais depuis quelques années, l'observatoire météorologique a orienté ses activités dans le domaine de l'expérimentation en milieu naturel en plus de ses fondamentaux.

L’Aigoual en chiffres

Du haut de la tour du mont Aigoual, le météosite scrute le ciel toute l'année de 5h45 à 18h45. Il est aidé pour cela par de nombreux instruments électroniques placés à l'extérieur du bâtiment qui mesurent en continu des données de température, d'humidité de l'air, de pression atmosphérique, précipitations, direction et vitesse du vent.

Quelques données chiffrées comme par exemple les 70 000 visiteurs que le site accueille chaque année. Moyenne de vent sur 24 heures, 170 km/h. Rafale maximale enregistrée à 360 km/h ! La pluie n’est pas en reste avec 4 015mm tombés sur un an, 608 mm en 24 petites heures et 1 239 sur un mois. En un an à l’observatoire, plus de 10 mètres de neiges sont tombés, et jusqu'à 1,86m en 24h. Pour les températures, le minimum absolu a été mesuré à - 28 °C, exact contraire du maximum absolu à + 28,7 °C. En trente minutes, la variation thermique peut être de plus ou moins 6°C. Pour les peureux et les amateurs de belles photos, le nombre de jours avec brouillard est 241 par an ; c’est un record n’oubliez pas !

Les Cévennes, majestueuses (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité