A la uneActualités

CÉVENNES Le Galeizon : double distinction pour rivière d’exception

Le Galeizon prend sa source en Lozère avant de rejoindre le Gardon au niveau de Cendras. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

La rivière du Galeizon, qui coule à travers le Parc national des Cévennes, vient de décrocher deux labels : « rivière en bon état » décerné par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et « site rivières sauvages », remis pour la première fois en Occitanie par Afnor Certification.

Il prend sa source en Lozère et dévale les pentes cévenoles sur 28 kilomètres, avant sa confluence avec le Gardon, à Cendras. Tout au long de son parcours, le Galeizon traverse une remarquable vallée, l’une des plus sauvages des Cévennes gardoises et lozériennes, connue pour ses eaux cristallines et son incroyable biodiversité. Depuis près de trente ans, le Syndicat des hautes vallées cévenoles présidé par Yannick Louche s’attèle à améliorer et valoriser ce patrimoine naturel fragile. Des efforts qui ont déjà permis, en 1992, la reconnaissance de la vallée en tant que site expérimental de la réserve de biosphère des Cévennes. Les années ont filé et les travaux de préservation se sont poursuivis, aboutissant aujourd’hui à l’obtention de deux distinctions. Et pas n’importe lesquelles.

47 critères scientifiques

En effet, seulement 1% des rivières françaises peuvent prétendre au label « site rivières sauvages », qui n’avait jusqu’à présent jamais été décerné en Occitanie. « Ce label comporte trois niveaux. Le Galeizon est au niveau 2+ », souligne Martin Arnould, président du Fonds pour la conservation des rivières sauvages. C’est dire la richesse exceptionnelle de la vallée du Galeizon, qui, pour être labellisée, devait répondre à 47 critères scientifiques et faire l’objet d’un programme spécifique d’actions de restauration et de conservation permettant d’offrir des paysages, habitats et une biodiversité très préservés, en harmonie avec les activités humaines.

Entourés des différents acteurs du territoire, le président du syndicat des hautes vallées cévenoles, Yannick Louche, et le président de l'établissement public territorial de Bassin Gardons, Max Roustan, ont reçu les labels. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Outre pour cet état sauvage, le Galeizon est aussi récompensé aujourd’hui pour la qualité de son eau à travers le label « rivière en bon état ». « Celui-ci valorise l’investissement de  tous ceux qui se mobilisent – collectivités, associations, pêcheurs, acteurs économiques – pour reconquérir le bon état des cours d’eau », explique Laurent Roy, directeur de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. Ce dernier était présent, ce jeudi 6 septembre, pour célébrer cette double distinction aux côtés des différents acteurs du projet réunis pour l’occasion sur les berges de la rivière, à Saint-Paul-la-Coste. Un haut-lieu de la biodiversité où le Galeizon, désormais fleuron officiel des rivières françaises, coule des jours heureux.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité