A la uneActualités

DIMANCHE VILLAGES La métamorphose de l’église romane de Saint-Paul-la-Coste

Vue sur l'église de Saint-Paul-la-Coste. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Ce samedi 8 septembre, les habitants du petit village rural de Saint-Paul-la-Coste, dans la vallée du Galeizon, célébraient la restauration intérieure de l’église romane de la commune.

Dressée en contrebas du village dans un petit hameau du même nom, l’église n’avait pas accueilli autant de monde depuis bien longtemps. Ce samedi matin, les villageois sont venus en masse assister à la cérémonie d’inauguration de l’édifice restauré, trop petit pour l’occasion. Les Amis de l’église de Saint-Paul-la-Coste, réunis en association depuis 2010, attendaient ce jour avec beaucoup d’impatience. « Il aura fallu sept années d’acharnement à rechercher des dons et des subventions pour atteindre notre objectif », explique le maire Claude Chapon. Et le challenge – de taille – est bel et bien relevé.

Connue depuis 1156, l’église a vécu plusieurs périodes de détérioration et de rénovation. Détruite en partie lors des guerres de religion en 1621, elle est restaurée en style Renaissance en 1674. En 1702, elle est incendiée par les Camisards : le culte reprendra après une remise en état. Plus d’un siècle plus tard, en 1862, sont achetés deux autels en marbres, des peinture de valeur, une belle chaire, un meuble de sacristie ainsi que des vitraux et de riches ornements. Les années 1990 sont marquées par plusieurs phases de restauration : toiture, clocher, vitraux, sacristie et porte d’entrée. En revanche, à l’intérieur, il y a encore du pain sur la planche…

Un investissement de 100 000€

Il faudra attendre la création de l’association des Amis de l’église pour que le projet de restauration intérieure soit sur les rails. En novembre 2017, le chantier débute enfin. Les peintures du chœur, décor d’inspiration néo-roman datant des années 1860, sont restaurées par des professionnels de l’art, ainsi que la nef, la chapelle latérale et la chaire. Les autres travaux concernent l’installation électrique et les remontées d’humidité. Le tout s’élève à environ 100 000€, financés par l’État, la Région, le Département, le Parc national des Cévennes, la Fondation du patrimoine, la commune et l’association. « Cette dernière a rassemblé à elle-seule près de 40 000€ ! », souligne Claude Chapon.

Les peintures du chœur ont été restaurées. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Et pour saluer l’engagement de tous ceux qui ont œuvré à la restauration de l’église romane, Sabine Nicolas, secrétaire de l’association, s’est fendue d’une lettre… au pape François. « Je lui explique notre histoire et lui demande un mot d’encouragement », raconte-t-elle. La réponse du Vatican a été lue ce samedi par le prêtre Gérard Chassang : « Le Saint-Père est sensible à votre témoignage de collaboration qui a permis de sauvegarder ce patrimoine religieux séculaire grâce à la détermination et à la générosité de nombreuses personnes (…) il vous assure de sa prière et il vous bénit de grand cœur ainsi que toutes les personnes qui prennent part à l’inauguration. »

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité