A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Bernard Blaquart : « À Bordeaux, j’étais un remplaçant titulaire »

Saq suspension purgée, Bernard Blaquart retrouvera le banc de touche (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

37 ans après avoir quitté la Gironde, le coach Nîmois retourne là où sa carrière a débuté.

Le passage à Bordeaux a été important dans la carrière de Bernard Blaquart (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

L’entraîneur des Crocos a passé cinq ans chez les Girondins de Bordeaux, une période qui a influencé le technicien qu’il est devenu.

Objectif Gard : Comment êtes vous arrivé chez les Girondins de Bordeaux ?

Bernard Blaquart : À 16 ans, je jouais en division d’honneur. Bordeaux me suivait car l’année d’avant j'avais été sélectionné en équipe Cadets du Centre-Ouest. À presque 18 ans, je suis allé faire un essai de quelques jours chez eux et ils m’ont pris rapidement. J’étais dans une famille où il fallait passer le Bac d’abord. C’est pour cela que je suis arrivé tard à Bordeaux. Les Girondins commençaient à faire de la formation. Dans ce domaine, ils avaient du retard sur Nantes et Sochaux.

Votre famille supportait quelle équipe ?

Nantes avait la cote à la maison, et le grand Saint-Étienne commençait à émerger. Toute la France était fan de l’ASSE. Moi je supportais Angoulême qui jouait en D1.

Bernard Blaquart contre le Cosmos de New-York en 1980. Ce soir là il a marqué un doublé

Comment se sont passés les premiers mois à Bordeaux ?

L’acclimatation n’a pas été facile. Je venais d’un club où on ne s’entraînait pas et d'un coup je suis passé à des séances quotidiennes. J’ai douté car j’étais loin de ma famille. C’était très dur physiquement. J'ai mis six mois à le digérer. À cette époque, je jouais en D3, avec la réserve. Nous avons gagné la coupe Gambardella en 1976 (NDLR ; 3-0 contre Viry-Châtillon). Cela a été un détonateur pour ma carrière.

Quels sont les joueurs qui vous ont le plus marqué à Bordeaux ?

Jouer avec Marius Trésor, c’est quand même quelque chose. Alain Giresse et Bernard Lacombe m’ont marqué. J’ai découvert beaucoup de professionnalisme chez ces joueurs. René Girard aussi, son coté gagneur et de ne jamais se relâcher à l’entraînement. Il y avait aussi les internationaux, Gemmrich et Soler.

Quelle était la philosophie des Girondins à cette époque ?

Quand je suis arrivé, c’était une équipe réputée dure. Il y avait encore Couécou et Galice. C’était un football un peu rude, mais j’ai vu le club et le jeu évoluer.

Il y avait de la concurrence dans votre secteur ?

L’équipe jouait avec trois avants-centre, Lacombe, Gemmrich et Soler. J'ai longtemps été le quatrième. Les blessures m’ont vite gêné. Le club a grandi, et c’était peut-être un peu trop haut pour moi. J’ai joué une cinquantaine de matches en D1, mais je n’ai jamais été un titulaire indiscutable. À une période j’ai joué une quinzaine de matches titulaire, c’est là que j’ai marqué mes cinq buts. 

Bernard Blaquart, au premier rang (2e en partant de la droite), avec les Girondins de Bordeaux version 1979-80.

Il y a-t-il un Croco actuel qui vous ressemble en tant que joueur ?

Peut-être Baptiste Guillaume, même s’il fait 10 centimètres de plus que moi. À l’époque, j’étais quand même grand. J’allais un peu plus vite que lui mais il a une meilleure technique que moi. J’étais rapide et puissant.

Avez-vous conservé des amis à Bordeaux ?

Oui, particulièrement dans l’équipe qui a gagné la Gambardella. Gilles Eyquem est resté un ami très proche.

« Quand Raymond Goethals est arrivé, ça a été extraordinaire »

Quels souvenirs gardez-vous de vos entraîneurs bordelais ?

Il y a Bernard Michelena avec qui on a gagné la coupe Gambardella. Ce n’était pas rigolo tous les jours. On travaillait beaucoup. Mais celui-là est très marquant. Christian Montes a été celui qui m’a fait débuter en pro. Après j’ai eu l'Argentin Luis Carniglia. Là ça a été plus dur pour moi, il était très rigide, et les joueurs n’osaient plus jouer. Mais quand Raymond Goethals est arrivé, ça a été extraordinaire, il nous a libéré. Il était décontracté et il nous faisait parfois marrer. J’ai rapidement joué et enchaîné les matches. Ensuite, Aimé Jacquet est devenu l’entraîneur, je me suis blessé et j’ai fait beaucoup de banc.

L'entraîneur que vous êtes ressemble-t-il à un de ces techniciens ?

On est toujours une synthèse de ce que l’on a vécu. J’ai peut-être hérité de la rigueur et de la prudence d’un Aimé Jacquet.

Bernard Blaquart, au deuxième rang (3e en partant de la gauche), avec Bordeaux en 1980-81.

C’est à cette époque qu’est née votre envie de devenir formateur ?

Oui, parce que tout de suite j’ai entraîné les benjamins de Mérignac, à coté de Bordeaux. C’était en moi depuis très longtemps.

Il y a-t-il des matches qui restent dans votre mémoire ?

Les matches de Gambardella, le premier but en pro, le premier match en 1976, contre Marseille. Je n’étais pas rentré mais je considère que c’est mon premier match quand même. Ça fais drôle d’être sur le banc, sachant que 18 mois avant je jouais dans mon village avec les copains dans les champs. Le match contre Saint-Étienne en 1977 m’a marqué. Quelques mois avant, avec tous les joueurs du centre de formation, on les supportait devant la télévision. J’ai inscrit un doublé contre Bastia, ça reste aussi un bon souvenir. Et puis d’avoir joué contre le Cosmos de Beckenbauer en amical.

« On ne faisait pas les malins, quand on venait à Nîmes»

Et un Bordeaux – Nîmes Olympique ?

Oui, au stade Jean Bouin, le match avait été remis à cause de la pluie. Il y a des joueurs qui craignaient de venir et d’ailleurs certains ne venaient pas. On ne faisait pas les malins quand on venait à Nîmes. Je me suis retrouvé face à Bernard Boissier. Il avait des qualités de vitesse et physique. Il faisait mal mais le football était comme ça. On ne faisait pas de cadeaux aux attaquants.

Vous avez aussi croisé le célèbre président Claude Bez...

Il a donné beaucoup d’ambition au club. C’était un personnage énorme. Je me souviens de quelques engueulades, bégayantes et mémorables. Quand il y avait quelque chose qui ne lui plaisait pas, il convoquait tout le monde. Il était proche des joueurs et il protégeait son club. Un peu à l’image d’un Aulas aujourd'hui.

Comment avez-vous vécu la fin de l’aventure bordelaise ?

J’ai dû faire 19 fois le banc avec Aimé Jacquet. Cela doit être un record à l’époque car on était que deux remplaçants. À un moment cela devient pesant. Quand on a 19 ans on est heureux d’être sur le banc, mais à 22 ans on a envie de jouer. Il me restait un an de contrat et on avait négocié pour que je parte. Le niveau augmentait et ce n’est pas à Bordeaux que j’aurais eu plus de temps de jeu. J’étais un bon remplaçant titulaire comme disait la presse.

Retourner en Gironde en tant qu’entraîneur du Nîmes Olympique, ça a une saveur particulière ?

Aujourd’hui, je ne connais plus grand monde là-bas. Ce n’est plus le même club que j’ai connu. Mais je sais qu’il y aura pas mal de Blaquart dans le stade, des amis aussi. Mon fils, Sylvain, entraîne les 12-15 ans des Girondins de Bordeaux.

Que représente cette période dans votre carrière ?

C’est grâce à cela que j’ai pu vivre du football. C’est beaucoup de joies et de difficultés aussi. C’est grâce à Bordeaux que, 40 ans après, je suis encore dans le football.

Propos recueillis par Norman Jardin

Publicité
Publicité
Publicité

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité