A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Et à la fin c’est Nîmes qui gagne…

Comme c'est souvent le cas cette saison dans une StarLigue où tout le monde peut battre tout le monde, l'Usam a dû attendre les dernières minutes pour s'imposer à Dunkerque (25-27).

Le "Géant vert" nîmois, Rémi Salou (au premier plan), a mis au supplice la défense dunkerquoise ( photo : archives Marie-Laure Terrier/ SRVHB)

Intraitables à l'extérieur, le commando nîmois s'est appuyé sur sa bonne gestion du match et son expérience pour s'imposer dans la cité du corsaire Jean Bart grâce à un doublé sur jets francs de Sanad en fin de match.

Cette année plus que jamais, les Verts montrent qu'ils savent voyager. Désormais "lucide et calme" dans les situations les plus précaires, comme relevé par Salou, l'homme du match hier soir côté nîmois, le collectif gardois n'a pas cédé à la panique lorsqu'à 8 minutes du coup de gong, les Flandriens ont raccroché les bidons et menaient d'une unité (24-23, 53e).

Avant cela, les deux équipes s'étaient rendues but pour but dans un long mano a mano qui, même pour les spectateurs les plus avertis, ne disait rien de ce que serait l'épilogue... À l'heure du passage au stand, le bolide gardois conservait deux buts d'avance sur les Maritimes (12-14, 30e). Et même si le drapeau à damier était encore loin, le "Massif central " Salou (6 buts hier soir) et les siens menaient la course.

La suite s'avérait un peu plus laborieuse quand Nîmes perdait quelques ballons (8 au total). Mais tel le roseau de la fable, la Green team courbait l'échine sans rompre. Remettant cent fois son ouvrage sur le métier, le collectif gardois conservait son leadership en alignant les buts avec une régularité de métronome.

La sérénité, une vertu gardoise

Et là où l'an passé ils n'auraient pas trouvé les ressources morales et collectives pour rester dans le match, cette année les hommes de l’entraîneur Franck Maurice étalent une maturité et un flegme qui leur permet de faire face à toutes les situations. Ponctuellement en tête au moment de l'explication finale, les Dunquerkois peuvent témoigner de la mue gardoise en la matière.

Sans céder à la panique et confortés par un Desbonnet en lévitation (16 arrêts au final !), les Verts répliquaient instantanément et terminaient en trombe après que Dunkerque, poussé dans ses derniers retranchements, s'est retrouvé ponctuellement en infériorité numérique. En toute fin de match, deux penalties létaux de l’exécuteur des hautes œuvres, Sanad (6/6 réussis) et un but de Gérard suffisaient aux Gardois pour décrocher le scalp des "maqueux d'sauret" (les mangeurs de hareng).

En attendant les résultats des confrontations du jour, les protégés du président Tebib s'installent provisoirement sur la 2e marche du podium. Un sommet qu'ils n'avaient pas tutoyé depuis... l'an dernier. On n'est pas bien  là ?

Philippe GAVILLET de PENEY

Les statistiques : Gardiens ; Desbonnet (1re-60e, 16 arrêts dont 1/2 penalty, 1 but/ 1 tir), Paul (0/1penalty). Joueurs de champ ; Rebichon (cap, 1/1), Gallego (1/1), Salou (5/6), Dupuy (2/4), Garain (1/2), Sanad (6/6 penalty), Nyateu (3/6), Prandi (5/9), Tobie (0/3), George (1/1), Gérard (1/2), Brasseleur (0/2), Suty, Poyet.

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité