A la uneActualitésPolitique

DIMANCHE VILLAGES À Saze, Georges Bel passe la main après 33 ans et un jour de mandat

Le maire démissionnaire Georges Bel a transmis l'écharpe à son successeur Yvan Bourelly lors d'une cérémonie (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le village de 2 000 habitants a changé de maire vendredi soir à l’occasion d’un conseil municipal extraordinaire et d’une émouvante cérémonie.

Le 29 novembre 1985, Georges Bel devenait maire de Saze. Élu depuis 1983, aux côtés notamment de celle qui sera sa première adjointe durant de nombreuses années Jacqueline Touranche, il devient maire il y a donc trente trois ans. Un mandat qu’il a décidé de quitter à l’occasion d’un conseil municipal exceptionnel dans un hôtel de ville qui restera comme une des plus grandes réalisation de ses six mandats, comme le soulignera le doyen du conseil, Gérard Streiff, qui présidait la séance, et qui citera également le rond-point de la N100, construit en 2002 après quinze ans de lutte, ou encore les extensions successives de l’école communale. « En 1985 Saze comptait 1 100 habitants, il y en a 2 077 aujourd’hui », soulignera le doyen.

Sa succession, Georges Bel y pense depuis environ un an. Son successeur est son ancien troisième adjoint, Yvan Bourelly, vigneron de 58 ans élu depuis 2008, ancien candidat tête de liste aux municipales il y a une vingtaine d’années. C’est Georges Bel lui-même qui lui a proposé de prendre le relais.

« J’attends de lui un accompagnement et pour ma part j’estime être prêt pour assumer la tâche », explique le nouveau maire quelques minutes après son élection par le conseil municipal, tout en soulignant qu’il avait accepté de prendre l’écharpe car il avait « le soutien de l’ensemble des élus, des équipes administratives et techniques. »

Il aura pour adjoint les mêmes que son prédécesseur, aux mêmes délégations, sauf que son adjoint à l’urbanisme et aux travaux sera un certain… Georges Bel, nommé par ailleurs maire honoraire. « Je serai à tes côtés pour te soutenir. Ce sera un réel plaisir de continuer un petit peu cette vie municipale », dira Georges Bel à son successeur, avant que les autres élus du conseil municipal n’aient un mot pour lui.

Yvan Bourelly a été élu maire de Saze lors du conseil municipal, vendredi soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une démission « pour transmettre »

La séance achevée et un nouveau maire élu pour la première fois depuis plus de trois décennies, le conseil municipal s’est dirigé vers la salle des fêtes pour une cérémonie officielle de transmission de l’écharpe de maire. Une cérémonie qui a débuté par une surprise, avec la présence du chœur de l’Opéra du Grand Avignon. « S’il y a une déclaration d’amour, c’est bien celle là », lancera, ému, celui qui reste un féru d’opéra et le vice-président du Grand Avignon délégué à la culture qui chapeaute notamment les lourds travaux de l’opéra du Grand Avignon.

« Je n’ai pas la prétention de te remplacer, mais c’est avec plaisir que je te succède », lancera Yvan Bourelly devant un parterre d’élus et en présence du sous-préfet, François Lalanne, et d’un public nombreux. Le président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud, soulignera pour sa part « l’intelligence de l’engagement » et « le dévouement à la chose publique » de Georges Bel, lui qui est devenu maire de Villeneuve dix ans après son aîné sazain. « On peut être élu une fois par hasard, mais pour l’être sur autant de mandats, il faut qu’il se soit passé quelque chose entre l’élu et ses concitoyens », poursuivra Jean-Marc Roubaud.

« Vous êtes finalement quelques-uns, et je pense notamment au maire de Pont-Saint-Esprit, à avoir une espèce de sagesse à passer le témoin », soulignera François Lalanne, avant d’ajouter que Georges Bel ne démissionnait pas « par lassitude, mais pour transmettre. »

« En 33 ans, vous avez su moderniser votre commune, vous avez fait preuve de ténacité et d’abnégation », poursuivra le sous-préfet avant de lui remettre la médaille d’honneur régionale, départementale et communale échelon argent, sans oublier de faire un trait d’esprit sur la ressemblance du maire démissionnaire avec le chanteur Laurent Voulzy.

Le sous-préfet François Lalanne (à droite) a fait le déplacement (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« Être maire n’est pas un métier, il n’y a pas d’école de maire », déclarera ensuite Georges Bel pour expliquer son geste. « Il n’y a pas de lassitude, mais une philosophie construite sur mon expérience qui me fait porter haut les valeurs de l’apprentissage », poursuivra celui qui avait été intronisé et accompagné par son prédécesseur il y a trois décennies.

Le désormais ex-maire n’oubliera pas non plus de saluer la mémoire de Catherine Roméas, élue décédée en 2015. Et s’il a rendu son écharpe de maire, l’aventure politique de Georges Bel se poursuit : élu adjoint au maire, il reste président du SMICTOM Rhône Garrigues et vice-président du Grand Avignon, « ce qui va remplir mon emploi du temps jusqu’en mars 2020 », ajoute-t-il.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité