ActualitésSociété

SAINT-GILLES Les calendales dans le plus pur esprit provençal

(Photo Archives Anthony Maurin).

En Provence, le terme " calendal " caractérise tout ce qui se rapporte à Noël : li Calendo, les calendes de Noël, temps bénis entre tous.

Temps de fêtes longuement préparées et profondément pensées dans le respect des traditions, la ferveur et l’émotion des rites. À Saint-Gilles, porte de la Camargue gardoise, il est des cérémonies qui perdurent comme au temps jadis.

Dernier briefing des participants dans la cour de l'école Li Cigaloun (Photo Archives Anthony Maurin).

Avec la crèche d’abord, où les enfants de la ville se transforment en santons vivants. Après un intervalle de deux ans et un " cru " 2017 n’ayant pas pu se dérouler pour cause de travaux dans l’abbatiale, la crèche vivante proposée par l’école privée catholique Li Cigaloun de Saint-Gilles revient cette année pour sa 31e édition le 22 décembre dans un écrin magnifiquement réhabilité ! Plus d’une centaine d’enfants, accompagnés d’ânes, d’agneaux, de chevaux, de dromadaires défileront dans les rues de la ville avant de se donner en spectacle sur la place de l’abbatiale.

(Photo Archives Anthony Maurin).

À la manière des Mystères joués sur les parvis des églises au Moyen-Âge, divers tableaux animés mettant en scène le peuple Hébreu du temps de Jésus, ainsi que les traditionnels santons de Provence, permettront aux fidèles de témoigner de la parole portée par l’Évangile. Promouvoir le message de paix et d’amour de l’Évangile, c’est la volonté qui anime depuis plus de trente ans la communauté éducative de l’école Li Cigaloun.

Ceci dans une totale liberté et le plus grand respect pour les spectateurs qui pourront le recevoir chacun à sa convenance : comme un spectacle traditionnel ou bien comme un temps vécu en résonance avec sa propre foi.

Marie et Joseph (Photo Archives Anthony Maurin).

Puis, le soir du réveillon de Noël, ce sera le pastrage calendal. Mené par les manadiers et les gardians à cheval qui accompagnent une charrette enguirlandée sur laquelle trône l’agneau le plus fort du troupeau (le Floucat), le cortège parcourt les rues principales de la cité médiévale, suivi par les tambourinaïres, les groupes folkloriques, les bergers et leurs troupeaux.

(Photo Archives Anthony Maurin).

À l'arrivée sur le parvis de l'abbatiale du XIIe siècle classée au Patrimoine mondial de l’Unesco au titre du bien en série des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle, le curé accueille le pastrage et donne la bénédiction aux chevaux, avant que les manadiers ne grimpent à cheval l'escalier principal pour rentrer dans la nef centrale afin assister à la messe de minuit.

Pratique : Le 22 décembre 2018, dès 17 h, défilé en ville : départ Avenue Berthelot, rue Gambetta, place Gambetta, rue de la République, rue Victor Hugo, place Ernest Blanc, rue Ernest Blanc, rue de l’Hôtel de ville, rue Jolie, rue Baudin et arrivée rue de la Maison romane. Spectacle devant l’abbatiale dès 18 h 30. Gratuit.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité