A la uneActualitésSociété

BAGNOLS La maternité du centre hospitalier : le bien-être à taille humaine

Le docteur Makosso (à droite) et une partie du service gynécologie-obstétrique du centre hospitalier de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le Jour de l’An, avec la traditionnelle photo du premier bébé de l’année, est l’occasion de voir de plus près le service de gynécologie-obstétrique du centre hospitalier de Bagnols. Zoom sur ce service, sa philosophie et ses atouts.

Le docteur Mathieu Makosso est à la tête du service gynécologie-obstétrique du centre hospitalier de Bagnols, qui regroupe une cinquantaine de personnes, dont quatre praticiens gynécologues hospitaliers ou encore une vingtaine de sages-femmes. « Un service très stable », commente-t-il avec une pointe de fierté. Il faut dire que chaque année, la maternité met au monde entre 800 et 1 000 bébés avec une philosophie : le bien-être des mamans, mais pas seulement.

Par exemple, « nous avons été le premier service à ouvrir une salle physiologique, ou nature, dans toute l’Occitanie, en 2007 », souligne le docteur. Concrètement, il s’agit d’une salle qui ne ressemble pas à une chambre d’hôpital médicalisée, mais un endroit « où la patiente se sent comme hors de l’hôpital, mais dans un cadre sécurisé », ajoute le Dr Makosso. On retrouve dans cette salle, à la décoration apaisante, « de quoi s’accrocher, des ballons pour bouger, une baignoire pour soulager les douleurs, un tabouret d’accouchement… C’est la patiente qui, suivant son état, décide d’accoucher comme elle le veut, et nous on s’adapte », explique le praticien hospitalier.

Une alternative pour les femmes qui souhaitent éviter la péridurale et accoucher d’une manière plus naturelle, qui a pris un bel essor ces dernières années. Ainsi, si Bagnols a été pionnière, elle joue désormais la carte de l’expérience de ce type d’accouchement : « Nos sages-femmes ont une longue pratique. Elles sont formées et nous proposons de l’acupuncture, du yoga, de l’hypnose, de l’haptonomie pour aider les femmes à mieux assumer leur accouchement de façon naturelle », souligne le Dr Makosso. Aujourd’hui, 11 % des femmes qui accouchent à Bagnols choisissent l’accouchement dans la salle nature.

Une espace de bien-être maternel en projet

Plus largement, le Dr Makosso et son service cherchent le plus possible à accoucher les femmes de façon naturelle. « Nous avons un taux bas de césariennes : 13,5 % en 2017 », affirme le chef de service. Un taux justifié notamment par le fait qu’à Bagnols, « nous accouchons par voie naturelle les présentations par le siège et les jumeaux, ce qui n’est pas le cas partout. » Par ailleurs, la maternité présente également un taux bas d’épisiotomies, avec 18 %.

Une philosophie axée sur le bien-être et un service à taille humaine, deux atouts qui n’empêchent pas la maternité de Bagnols de subir une baisse du nombre de ses naissances en 2018, avec un peu moins de 800 accouchements à fin novembre 2018 : « il y a une baisse générale, mais aujourd’hui ce chiffre correspond à notre bassin de santé », note le docteur. Il faut dire que ces chiffres ont été gonflés au cours des dernières années par la salle nature, alors peu répandue dans notre région, qui attirait des mamans venues parfois de loin. Depuis, la multiplication de ces salles a donc mécaniquement provoqué une baisse des naissances à Bagnols.

Mais le docteur Makosso n’a pas dit son dernier mot. Il compte en effet lancer, d’ici le deuxième trimestre 2019, « un espace de bien-être maternel où les mamans seront écoutées, où il y aura des massages, de la détente, de l’haptonomie, de l’hypnose, pour donner un plus à ces mamans afin qu’elles préfèrent accoucher à Bagnols. » Une petite maternité dans une petite ville, mais aux services de même qualité que dans les grands hôpitaux, souligne le Dr Makosso : « nous prenons en charge les femmes enceintes de A à Z. Nous avons un taux de dépistage de la surdité du nouveau-né de 100 % ou encore une bonne expertise de la prévention et de la prise en charge de l’hémorragie du post-partum, qui est la première cause de mortalité en couche. »

Une expertise détenue en local, qui plaît à l’international : ainsi, le service compte dans ses rangs une interne burkinabée qui vient acquérir des compétences sur l’hémorragie du post-partum et un partenariat a été noué récemment avec un centre hospitalier chinois.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et les papas ? : « On ne néglige pas les papas », note le Dr Makosso, qui propose des cours aux futurs papas « pour les familiariser avec la maternité, sur comment se comporter », explique-t-il. Des cours gratuits, donnés environ un mercredi par trimestre de 18 heures à 20 heures. Renseignements : 04 66 79 10 13 et secret.mater@ch-bagnolssurceze.fr.

Côté gynécologie : le service prend en charge les pathologies maternelles et a une qualification en colposcopie, à savoir ce qui concerne le col de l’utérus. « Nous pouvons traiter sous anesthésie locale les lésions pré-cancéreuses. Nous assurons une prise en charge complète », ajoute le Dr Makosso. 

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité