A la uneSociété

ALÈS Projet Porte Sud : les associations rencontrent le sous-préfet

Claude et Rémy Coulet. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Claude et Rémy Coulet. Photo Tony Duret / Objectif Gard

En début d’après-midi, ce jeudi 3 janvier, les représentants des associations « Saint-Hilaire durable » et « Sauvegarde de l’identité de la Prairie » ont été reçus en sous-préfecture d’Alès.

Pas de vacances pour les opposants au projet du centre commercial Porte Sud, prévu à l’entrée d’Alès. Avant les fêtes, souvenez-vous, ils commentaient un nouvel arrêté préfectoral contraignant encore un peu plus le promoteur immobilier Claude Dhombre (relire ici). Cette fois, ils sont allés à la rencontre du sous-préfet d’Alès, Jean Rampon. À l’issue de ce rendez-vous auquel la presse n’a pas été conviée, les membres de l’association ont fait le point sur les avancées de cet épineux dossier.

« Le sous-préfet nous a dit qu’il avait mobilisé ses services », commence Claude, l’un des membres de Saint-Hilaire durable, qui poursuit : « La DDTM (direction départementale des territoires et de la mer, NDLR) s’est rendue sur les lieux pendant les vacances de Noël. Il semblerait que des infractions aient été constatées. Des poursuites judiciaires seraient envisagées dès la semaine prochaine ».

Un premier pas pour les deux associations qui demandent, ni plus ni moins, l’arrêt total des travaux. Elles s’appuient pour cela sur un jugement rendu en juin 2017 par la cour d’appel de Lyon qui indique que « le terrain est en zone inondable et donc inconstructible. Cela annule tout ce qui a été fait dessus, c’est rétroactif », explique Rémy Coulet, membre de Saint-Hilaire durable. En clair, selon eux, si la décision était respectée, les travaux devraient cesser sur-le-champ. Puisque ce n'est pas le cas, les deux associations alésiennes ont engagé une nouvelle action pour forcer l’État à agir sous peine de contrainte juridique. Enfin, les virevoltants protestataires ont lancé une pétition (suivre ce lien) qui a déjà récolté plus de 500 signatures en une semaine.

Tony Duret

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Je vais signer et faire signer parce qu’il y en a marre que sur Ales 2 ou 3 promoteurs et affairistes contournent les lois pour satisfaire leur insatiable cupidité sans souci de l’environnement ici, de la sécurité là …etc. En profitant trop souvent de la complicité ou de la complaisance de politiciens peu scrupuleux voire magouilleurs, sensibles aux puissants intérêts privés.

  2. A la relecture, je me demande ce que vient faire le qualificatif « virevoltant ». J’ai regardé sur le dico pour voir s’il y avait une signification obscure qui m’échappait. J’ai trouvé pivotant , tournoyant……rien de singulier donc . Franchement est ce qu’il y a un défi – comme pour la députée de la FI qui devait placer un mot bizarre dans son discours à l’assemblée nationale – de réussir à placer « virevoltant » dans un article?
    A moins que les adhérents de ces associations aient tellement la danse chevillée au corps que cela transparait dans leur engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité