A la uneEconomie

FAIT DU JOUR Le programme d’accélération des entreprises de l’École des Mines d’Alès débarque dans le Grand Avignon

Les partenaires du programme #TechTheFuture, vendredi matin, lors du lancement officiel au siège du Grand Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Bonne nouvelle pour les start-up et les PME technologiques du Grand Avignon : le programme d’accélération des entreprises #TechTheFutur, lancé il y a deux ans par l’IMT Mines d’Alès, arrive sur le territoire.

Après trois premières éditions à Montpellier, le programme débarque donc dans le Grand Avignon. « C’est une excellente occasion d’offrir aux start-up et aux PME du territoire l’accès à une matière grise de qualité », se félicite la Marie-Hélène Roques, de la Direccte PACA, partenaire de l’opération au même titre que le Grand Avignon, Avignon Université, le Centre de formation des apprentis de l’industrie d’Avignon ou encore la CCI de Vaucluse.

Une bonne manière également de résumer ce dispositif qui consiste à soutenir l’innovation dans les entreprises locales. Concrètement, un appel à projets est lancé depuis hier. Il permettra de sélectionner dix entreprises qui ont un projet de développement technologique. Les lauréats bénéficieront d’un week-end sous le format de « hackathon » les 9 et 10 février.

Créer un prototype

Durant ce week-end, les entrepreneurs seront conseillés par des experts dans l’innovation et vivront un déroulé express de leur innovation en utilisant les outils pensés et fabriqués pour les entreprises innovantes et les start-up. Des étudiants de l’IMT d’Alès, du Centre de formation des apprentis de l’industrie d’Avignon et des étudiants extérieurs, aux profils variés, seront présents durant ce week-end.

À la fin du week-end, chaque entreprise repartira avec une feuille de route pour concrétiser son projet, et les trois meilleurs projets bénéficieront d’une mission terrain de cinq semaines durant lesquelles trois élèves ingénieurs de l’IMT d’Alès seront au sein de leur entreprise pour finaliser leur projet et mettre sur pied un prototype.

Pour les étudiants, c’est une manière de « travailler sur des problèmes réels des entreprises, explique le directeur de l’IMT Mines d’Alès Thierry de Mazancourt. On utilise notre richesse, nos étudiants et nos laboratoires pour les mettre au service des entreprises. » Pour les entreprises, il s’agit de profiter de compétences pour zéro euro et ainsi de donner un vrai coup d’accélérateur à leur projet technologique.

L’exemple Clean Bill

Basée à Alès, l’entreprise Clean Bill en a profité en 2017. Dirigée par Hervé Hugon et Élodie Zaoui, elle a imaginé une solution de dématérialisation des tickets de caisse via le cloud. Seulement voilà, « à la base on est des commerçants. Nous n’avons pas les compétences technologiques », note Hervé Hugon. Avec leur idée, ils vont voir l’IMT Mines d’Alès. « On a été encadrés et ça a découlé sur une stratégie et une réflexion que nous n’avions pas encore eue, poursuit l’Alésien. Rapidement on voit l’évolution du projet, avec une accroche différente, une réflexion différente. » Et après le week-end de « hackathon », les étudiants sont venus cinq semaines au sein de l’entreprise. « Ils nous ont aidé à confirmer notre étude de marché par une étude de terrain et nous ont aidé à construire notre business-plan », explique Hervé Hugon.

Aujourd’hui, Clean Bill, lauréat du concours Alès Audace 2018, en est au stade de la fabrication de sa solution par un prestataire et est en recherche de financements pour la commercialiser courant 2019. « Ça a répondu totalement à nos attentes », conclut Hervé Hugon.

Ouvert à tous les secteurs

C’est donc cet accompagnement qui est désormais proposé aux entreprises du territoire du Grand Avignon. Et si les premières éditions montpelliéraines ont pu être spécialisées, dans les start-up ou la santé, ce ne sera pas le cas à Avignon : « Le programme est ouvert à tous les secteurs, les PME peuvent trouver leur bonheur lors de "#TechTheFuture" », affirme la directrice du développement économique de l’IMT Mines d’Alès, Astrid Southon.

Ainsi, une des éditions à Montpellier a vu des projets aussi variés que des ruches connectées, des enrobés béton ou encore du kite-surf être sélectionnés. Il suffit d’avoir une idée de produit fini et de la technologie à développer, de définir le point d’avancement du projet et les besoins à fédérer et les ambitions du projet pour l’entreprise pour se porter candidat.

« Ce programme s’inscrit dans le cadre de notre priorité sur le développement économique », souligne le président du Grand Avignon, Jean-Marc Roubaud, qui y voit également « une matérialisation concrète des relations instituées grâce à Grande Provence avec un partenariat noué au-delà du périmètre du Grand Avignon. »

Une philosophie aussi revendiquée par l’IMT Mines d’Alès : outre Montpellier et Avignon donc, cette troisième édition concernera également Toulouse. « Et pour 2019-2020, nous avons un objectif de déploiement national et international en s’appuyant sur d’autres écoles de l’IMT, à Paris, Nice, Nancy, Nantes ou encore au Maroc », avance Astrid Southon. Les candidatures sont à déposer ici jusqu’au 30 janvier.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité