A la uneActualitésSociété

NÎMES La Ville inscrit sa politique dans les quartiers

La rue Cité Foulc vient de subir des travaux qui vont durer encore un peu (Photo Archives Anthony Maurin).

Nîmes n'est pas une ville comme les autres. Elle est antique, elle est aussi contemporaine mais souffre d'un manque d'un trait d'union entre son histoire et son présent.

Les monuments sont là, les habitants aussi mais pour embellir le tout et mettre un peu plus de bien vivre dans cette affaire, il faut mettre les moyens de ses ambitions. Les élections en vue, la mairie éclaircit sa communication, assure ses chantiers et annonce ses grands axes, notamment sur les quartiers. La mise en œuvre du programme de renouvellement urbain des quartiers prioritaires Politique de la Ville pour lequel la convention NPRU (nouveau programme de renouvellement urbain) sera signée au premier semestre de cette année.

Les premières actions dans le quartier Pissevin feront place à la mise en œuvre du plan de sauvegarde des copropriétés de la Galerie Wagner. Des travaux d’urgence, d’entretien et de rénovation énergétique viendront requalifier le quartier et lutter contre l’insalubrité des bâtiments. 407 logements bénéficieront d’un programme de rénovation et d’assainissement des copropriétés. 40 logements et 60 commerces seront acquis, démolis et requalifiés pour la construction de la nouvelle Galerie Wagner. Montant de l’opération pour la seule année 2019 : 1,33 million d'euros.

Seize nouvelles villas proposent une nouvelle offre urbaine aux habitants du quartier du Chemin Bas d'Avignon (Photo Dominique Mark/ville de Nîmes).

Dans le quartier Chemin Bas d’Avignon, le projet urbain visant le désenclavement du quartier et la mixité sociale par l’amélioration et la diversification des habitats se poursuivra avec le développement des espaces publics de qualité environnementale et des mobilités douces. En 2019, 505 662 euros seront dédiés (dont le Plan de réhabilitation du secteur " Eboué d’Ornano " entre les rues Marquès et Félix Eboué dans le quartier Chemin Bas d’Avignon). Montant des travaux en 2019 : 160 000 euros.

Le quartier Mas de Mingue n'est pas oublié et, avec le pôle éducation Jean D'Ormesson et la création du nouveau collège Jules Vallès, c'est aussi la démolition de l’immeuble Agrippa d’Aubigné et le réaménagement de l’espace en parc urbain qui seront à l'ordre de l'année pour un investissement de 1,42 million d'euros (hors collège et pôle éducatif).

La faculté de Nîmes sur le site Hoche Sernam (Photo Archives Anthony Maurin).

Plus près du centre-ville, les dernières réalisations de la Tranche 1 de l’éco-quartier Hoche avec notamment la rénovation de la deuxième partie de l’Université placeront le quartier sous un nouveau jour. Projet majeur pour la Ville, le site Hoche regroupera à terme les sciences, les activités de recherche et autres enseignements universitaires. Cette nouvelle phase de travaux d’extension se poursuivra par la création d’un amphithéâtre, de plateaux de recherche et de salles de classe.

Encore plus proche, dans le quartier Richelieu cette fois, le lancement d’une opération programmée de rénovation de l’habitat renforcée d’un programme de réduction des vulnérabilités aux inondations se fera sur cinq ans. Ce dispositif vise à aider les propriétaires et les locataires à rénover leurs biens et à les protéger des inondations. 2 640 logements sont concernés et le montant de l’opération est de 5,2 millions d'euros de subventions dont 4 millions d’aide à l’habitat et 1,2 million d'euros d’aide à la protection contre les inondations.

Enfin, à l’Ouest, le Mas Védelin et la ZAC du Puits de Roulle poursuivent leur urbanisation pour 600 000 euros (Védelin) et 175 000 euros (Puits de Roulle). Le budget voirie est augmenté et passe à 11,7 millions d'euros qui seront répartis sur la rénovation de voirie, les opérations de proximité, le réaménagement du giratoire Mendes France/Allende, la rénovation de la signalisation routière, la création d’ouvrages d’art et le réaménagement du parking Aquatropic.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité