A la uneActualitésSociété

NÎMES Près de 2 000 manifestants dans les rues

Belle réussite pour la manif quasi-intersyndicale.

Sur le parvis de l'église Saint-Baudile (Photo Anthony Maurin).

Un soleil radieux, des slogans scandés avec vigueur et du monde, pas mal de monde même. Plus qu'à l'accoutumée en tout cas, cette manifestation fut une réussite.

Il n'y avait pas tous les syndicats, ni tous les gilets jaunes mais un après-midi en pleine semaine, voir près de 2 000 manifestants battre le pavé un autre jour que le mercredi ou le samedi, cela signifie quelque chose. Surtout au vu des chiffres alésiens et bagnolais.

Une fois le cortège des gilets jaunes passé, au tour de l'intersyndicale de manifester (Photo Anthony Maurin).

" Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de monde à Nîmes mais le climat aide. Cet hiver il fait froid et les manifs en pâtissent. Aujourd'hui nous sommes venus prouver que nous sommes ensemble et qu'il nous faut dépasser les clivages politiques et syndicaux. En réalité nous voulons certainement tous la même chose mais nous nous exprimons avec des mots différents ", analyse Maryse, de la CGT des retraités.

Vue d'ensemble du parvis de l'église Saint-Baudile (Photo Anthony Maurin).

Un cortège qui partait de l'église Saint-Baudile (Carmes) et qui devait se terminer devant le siège du Medef en passant par les grilles de la préfecture. " Oui nous avons voulu aller jusqu'au Medef car c'est le patronat qui nous maltraite. Macron est un ami du patronat et je pense que si nous faisons peur aux dirigeants, Macron cédera. Il a déjà cédé un peu mais nous voulons beaucoup plus ", espère Patrick, du Parti communiste français.

Avec les gilets jaunes en tête du cortège, les syndicats ont laissé la place à l'humeur. " On s'en fout ! L'essentiel c'est d'être là ! Les amis de mes amis sont mes amis... Si les gilets jaunes veulent enfin qu'on se rejoigne sur le terrain des revendications, je ne dis pas non " affirme Marie, du Snes Fsu.

Pas mal de monde sur le boulevard Amiral Courbet (Photo Anthony Maurin).

Mouvement citoyen, structures syndicales, partis politiques, manifestants sans étiquette :  il y en avait pour tous les goûts et c'est peut-être ce qui a fait la force de ce défilé atypique. De quelques jeunes mobilisés aux retraités heureux de retrouver une seconde jeunesse de revendication en passant par le service public et des salariés du privés, ce rendez-vous sera certainement reconduit.

(Photo Anthony Maurin).
Devant les arènes, une grande partie du cortège des gilets jaunes venus soutenir leurs collègues qui sont passés au tribunal de Nîmes (Photo Boris de la Cruz)

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité