ActualitésSociété

NÎMES La Banque alimentaire fait planer les papilles

Grâce aux chasseurs d'Interprochasse, la Banque alimentaire du Gard a permis à une centaine de bénéficiaires de déguster des mets délicats à base de faisans sauvages.

Devant l'entrée du réfectoire, la Banque alimentaire avec son président Jean-Luc Benoît (écharpe aux couleurs de la structure) et le président de l'ordre de Malte (Photo Anthony Maurin).

Au menu du repas de la solidarité, beaucoup de belles choses. Atypiques, mais belles.

L'apéritif était offert par le Rotary club, la terrine de gibier et les lasagnes de faisans aux épinards par Interprochasse, le vin par le caveau d'Héraclès et les desserts par l'institut Vatel. Des sociétés et associations fidèles à cette tradition lancée voilà cinq années.

Pour ne pas effrayer l'assemblée de gourmets, les faisans sont préparés en lasagnes par le nouveau chef du Wine Bar, établissement prestigieux de Nîmes tenu par Michel Hermet, Laurent Tabuce. Ce repas est au profit des associations partenaires - une quinzaine pour l'occasion - de la Banque alimentaire du Gard.

Pour Jean-Luc Benoît, le président gardois, "nous essayons d'offrir à ceux qui n'ont pas l'habitude, un véritable repas de fête. Ils sont une centaine à être venus déguster ce repas festif. Nous avons de la chance qu'Interprochasse nous donne des faisans car sur les 5 000 qu'ils offrent chaque année en France, seules une petite vingtaine de Banques alimentaires sont choisies. Cette année, il nous ont offert 240 faisans, nous en avons distribué les 2/3 pour Noël et nous avons gardé le dernier 1/3 pour ce repas. "

Les entrées, terrines de gibier (Photo Anthony Maurin).

Les missions de la Banque alimentaire ? Récolter, gérer et partager. Un peu comme celles des chasseurs qui chassent, gèrent et partagent. En chiffres et sur la base des données de 2016, la Banque alimentaire du Gard offre 450 000 repas à près de 20 000 bénéficiaires, 1 200 tonnes de denrées alimentaires sont chaque année distribuées par près de 80 associations. Il faut dire que le Gard est un département humble où le taux de pauvreté explose les records.

Pourquoi des faisans, met délicat mais souvent boudé par les non initiés ? "Ils proviennent des grandes chasses de France comme Chambord, par exemple, et certains ont les plombs ce qui prouvent leur provenance ! Les faisans sont riches en protéines, ils ne sont pas gras et excellents pour la santé avec des qualité nutritionnelles incomparables. Pour mieux capter l'appétit des gens, le chef a souhaité les préparer en lasagnes", poursuit le président Jean-Luc Benoît qui rappelle aussi que le Wine Bar fait partie de l'aventure de manière bénévole depuis cinq ans. Idem pour les remerciements à l'association Notre-Dame-de-Santa-Cruz qui a accueilli ces agapes au sein du sanctuaire cher aux Pieds Noirs.

Le président d'Interprochasse dans le Gard, Alain Manson, y est allé de sa petite anecdote de chasse, évoquant la convivialité légendaire des chasseurs et a lancé les festivités en les plaçant sous la bienveillance de Saint-Hubert. InterProchasse a pour ambition de valoriser l'image de la chasse, de promouvoir les activités de ses membres et de défendre leurs intérêts économiques au niveau français, européen et mondial. L'association s'attache notamment à assurer auprès du grand public la promotion du gibier de chasse dont la viande possède d'exceptionnelles qualités gustatives autant que nutritionnelles, et offre un large champ d'expression à l'art culinaire.

La salle à manger et la centaine de convives (Photo Anthony Maurin).

Pour le président national d'Interchasse, monsieur Finot, "ces faisans et ces terrines doivent servir à réchauffer le cœur des bénéficiaires. À chaque opération avec les Banques alimentaires, je rencontre des gens formidables qui s'investissent à fond... Si ce repas peut être rendu plus festif grâce aux faisans, c'est très bien ! De plus, la chasse, par sa filière économique et sa gestion, fait partie de notre patrimoine, nous devons la préserver. "

Pour finir et pour remettre un petit pied dans la dure réalité de la vie de nombreux Gardois, un point sur l'état de la Banque alimentaire dans notre département... "Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles, mais nous avons réalisé pas mal de recrutements ces derniers temps. Avec le mouvement des Gilets jaunes, la collecte de fin d'année a été un peu plus difficile que d'habitude, mais nous allons organiser une collecte complémentaire les 26 et 27 avril prochains dans les grands magasins de Nîmes", assure le président gardois de la Banque alimentaire qui, malheureusement, s'apprête à célébrer les 35 ans de sa structure.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité