ActualitésSociété

SAINT-LAURENT-D’AIGOUZE Les nouveaux arrivants accueillis chaleureusement

Allez à pied à la Tour Carbonnière en passant au-dessus des roubines, c'est déjà s'imprégner d'un peu de l'âme Saint-Laurentaise (photo R.T)

Lorsque l'on pose ses valise à Saint-Laurent-d'Aigouze, la municipalité tient à ce que l'on se sente bien accueilli. Chaque année, elle organise une journée de bienvenue. Un moment agréable pour les nouveaux Saint-Laurentais, entre découverte du patrimoine de la commune, course camarguaise et accueil en mairie.

Plus de 40 participants pour une visite guidée particulière

Des affûts à claire voie pour observer la faune du marais sans être vu arrivants (photo R.T)

Cette année, ils étaient un peu plus de 40 à participer. Au programme, l'incontournable visite guidée de la Tour Carbonnière, un des fleurons de la ville, puis direction la réserve naturelle régionale du Mahistre commentée par Rémy Thiné, technicien naturaliste au syndicat mixte de Camargue gardoise. Un privilège, puisque ce site n'est accessible que sur rendez-vous.

On se retrouve à la mairie

(photo R.T)

Après ce grand bol de nature et de patrimoine historique, la troupe s'est rendue à la mairie où Laurent Pélissier  et son équipe les ont accueillis, avec une mention spéciale à Rodolphe Tessier, adjoint en charge de la communication qui avait concocté un programme "aux petits oignons". Mot de bienvenue du maire, verre de l'amitié, échanges conviviaux et remise à chacun d'eux d'un livret compilant renseignements utiles, du magazine de la ville et d'une écocup, qui symbolise la tendance verte de l'endroit.

Impossible de terminer cette journée sans un passage par les arènes. L'endroit est unique et la course camarguaise dans l'ADN de la commune. Pour l'occasion, une course de taureaux du printemps des Royales était organisée par le Club taurin Lou Bandot (manade Cuillé). Un programme plébiscité par tous jusqu'à la fin.

Oh, un  ragondin !

Faire connaissance avec cet habitant controversé des marais qui n'a qu'une envie, disparaître dans son trou (photo R.T)

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité