ActualitésPolitique

NÎMES Plateforme Amazon ou abeilles ?

Un collectif local et Attac se dressent contre l'implantation d'une plateforme Amazon à Fournès.

Jacqueline Balvet (Attac), à droite, à côté de Patrick Genay (Forum de Fournès), Bruno Guénéré (Attac) (photo Véronique Camplan)

Un permis de construire déposé pour la construction d'une plateforme Amazon sur la commune de Fournès a alerté une partie des habitants. Ces derniers, constitués en comité et soutenus par Attac, (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne altermondialiste), s'élèvent contre l'implantation du géant américain. 

Jacqueline Balvet  et Bruno Guénéré (Attac) associés à Henri Fuhrmeister et Patrick Genay (Forum de Fournès), avaient organisé un point presse ce lundi au Café Olive à Nîmes. Selon eux, le permis de construire aurait été retoqué plusieurs fois mais à chaque fois, le promoteur Argan et Amazon auraient proposé des avenants. L'implantation d'Amazon aurait reçu l'approbation du conseil municipal au vu des centaines d'emplois promis dans un bassin qui en a bien besoin. Pour l'instant, le premier coup de pelle n'a pas été donné, le permis de construire est encore suspendu et tous les terrains ne sont pas vendus. Pour les opposants au projet, il est donc encore temps d'agir.

La plateforme Amazon, serait construite sur 16 hectares dont 11 bétonnés, quatre en bâti et le reste en parking. La mairie possède 4,5 hectares, le reste - des friches et des terres agricoles - sont encore à acquérir. Amazon promet plusieurs centaines d'emplois. La plateforme tournerait 24 heures sur 24.

Les raisons d'une opposition

"Je suis un citoyen normal et je veux juste être tranquille chez moi", pose Patrick Genay qui voit d'un mauvais œil une noria incessante de camions et de voitures sur le territoire de sa commune. Sans compter "l'installation de gens venus d'ailleurs pour travailler aux cadences infernales imposées par Amazon et qui vont craquer nerveusement et peut-être décider de rester en situation précaire".

Henri Fuhrmeister, lui aussi habitant de la commune, s'est vu refuser un projet de chantier de réinsertion et un autre d'apiculture. Ajoutés aux arguments de son co-citoyen, la coupe est pleine. "La Région nous parle de développement durable, de bienveillance, de préservation de l'environnement, de Plan Climat et de tourisme vert. Cela va à l'encontre de la politique des grands groupes et du bétonnage de nos campagnes," s'insurge-t-il. Et d'enfoncer le clou, "c'est pour ça que la communauté de commune et la mairie ont voulu faire ça discrètement." 

Les arguments d'Attac, qui viennent s'ajouter à ceux du Forum de Fournès, sont d'ordre plus politique. "Argan, qui se porte acquéreur, est une société spécialisée dans l'acquisition de terrains. Elle les revend en leasing aux sociétés avec plus-value après les avoir fait financer par les banques", explique Bruno Guénéré.

Cette société n'existerait donc que par sa valorisation boursière, ce qui est totalement contraire aux principes d'Attac. Ajouter à cela Amazon, c'est-à-dire l'implantation d'un GAFA (Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sur le territoire et le mouvement altermondialiste voit rouge. "La taxe sur les GAFA est un leurre, affirme Jacqueline Balvet. Elle ne porte que sur l'activité numérique qui n'est que 26% de l'activité d'Amazon, une société qui en plus dissimule plus de 58% de ses revenus !" Argument ultime et commun : Amazon est responsable de la paupérisation des territoires en nuisant à la distribution et au commerce de proximité puisqu'elle vend  ses produits en dessous de leur valeur, ce que la loi interdit aux commerçants en France.

Les actions

"Nous travaillons sur deux axes", résume Jacqueline Balvet. "Le premier est de se battre pour que le permis de construire ne puisse pas être déposé". Dans le même temps il est prévu des rencontres avec la Région. Le PETR, la communauté de commune et la mairie ayant a priori déjà signifié clairement leur adhésion au projet Amazon. Il pourrait être envisagé des mobilisations citoyennes pour faire valoir l'opposition de façon plus directe et pourquoi pas d'acheter des terres, via un collectif citoyen, "comme à Notre Dame des Landes", pour empêcher le projet. Une autre idée étant de proposer un autre projet plus écoresponsable et politiquement correct à mettre à la place. "Des abeilles", rêve Henri Fuhrmeister…

Véronique Palomar-Camplan

L'info en +. La Cabane Atomik Tour sera dans le Gard les 21(bourse du travail à Alès), 22 (Marché d'Uzès Montaren) et 23 (St Géniès de Malgoire) mai prochains. Elle sillonne la France depuis mi-janvier et vient à la rencontre des grands projets inutiles gardois et leur monde. Selon Attac, le rendez-vous permettra aux différents collectifs mobilisés contre ce type de projet, de se rencontrer et de se regrouper. Pour en savoir plus. Contact : chang@ouvaton.org et site : cliquez ICI 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

5 réactions sur “NÎMES Plateforme Amazon ou abeilles ?”

  1. En gros le seul but de ces quatre personnes est de faire capoter un dossier permettant de faire de l’emploi, juste par conviction politique, en évoquant une possible installation d’abeilles…
    1. les abeilles, il est possible de les mettre ailleurs
    2. je ferai quand même ce dépôt dans cette zone où le chômage est prégnant
    3. j’interdirais tout emploi aux membres des familles de ces quatre individus sur cette plateforme et sur 15 générations

    1. « Je ferai », « j’interdirais »
      Faudrait savoir, votre histoire c’est un futur ou un conditionnel ?
      Ne continuez pas à raconter que vous allez créer de l’emploi. Tout le monde (sauf peut-être les simples d’esprit) que ce genre d’argument est un attrape couillon, que les emplois sont au mieux de 10% de ceux prétendument créées, et encore, dans votre cas (Amazon), je ne sais même pas si on peut parler d’emploi ou s’il ne vaudrait pas mieux parler d’esclavage. En plus Amazon tue le petit commerce de librairie, et s’en vante, comme l’a fait il n’y a pas si longtemps son directeur pour la France. Enfin, bref, Amazon on n’en veut pas !!!

  2. Honte à ces gens. Que ceux qui n’ont pas d’emploi aillent frapper à leur porte pour se faire nourrir. Comment ces gauchiste 68tard attardé qui n’ont d’autres ambitions que l’application pure et dure de leur idéologie au détriment du plus grand nombre pourront un jour ne plus se regarder dans une glace.
    De toute façon Amazone s’installera ici ou ailleurs et moi je préfère ici, dans ce département sinistré, l’un ou la pauvreté et le taux de chômage atteint les plus haut niveaux.
    C’est comme le village des marques qui est aller s’installé a Miramas (45 min de chez nous) et qui entre nous n’a eu aucune incidence sur le commerce local (aller voir comment se porte le commerce à Salon de Provence à 10 Kms à peine de c centre commercial).

    Alors on a perdu le village des marques, ses touristes et ses emplois qui vont avec, maintenant on va perdre amazone, et ses emploi. Est ce qu’un jour on pourra arrêter ces gens qui emmerdent tous le monde

    1. « De toute façon Amazone s’installera ici ou ailleurs et moi je préfère ici, dans ce département sinistré, l’un ou la pauvreté et le taux de chômage atteint les plus haut niveaux. »
      Vous voulez aller travailler pour Amazon ? Pour une bande d’esclavagistes ? Eh bien allez-y, il y a d’autres Amazon en France. Allez donc demander aux employés français de cette boîte ce qu’ils en pensent. Et au passage dites nous combien Amazon vous a payé pour votre soutien.

  3. Parti comme c’est depuis 5 mois de gabegie, la France ne sera plus bientôt qu’une vaste zone de manifestations et grèves ,
    – en tous genres et de préférence illégales puisque les « pas du tout pauvres et totalement irresponsables gilets jaunes » ont ouvert la brèche des « actions hors la loi tolérées  » pendant des mois avant qu’un semblant d’ordre ne revienne
    – avec tous les prétextes , des pires aux meilleurs tout confondus et systématiquement, par principe, ceux qui saboteront le travail du gouvernement ( quel qu’il soit: juste pour le plaisir de saboter)
    – évidemment sans aucune vision sur les impacts négatifs que toute la société payera , y compris les générations à venir

    AUCUN citoyen, même pauvre, d’ AUCUN pays , même moins riche que la France, n’ ose faire ce saccage complètement IRRESPONSABLE que les gj et leurs amis attac ou autres gaucho écolo anarcho libertaire mais aussi bien sûr les lepénistes à l’ affut … ont initié et veulent perpétuer.
    Pourquoi ? Parce que scier la branche sur la quelle on est et en plus abattre l’arbre qui supporte tout le monde c’ est stupide, mon dieu mais c’est tellement stupide que ça donne envie de pleurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité