ActualitésCulture

NÎMES Irène Randrianjanaka prend le contrôle de l’orgue de la cathérale

L'heure du concert " Orgue à midi " est bientôt venue. Rendez-vous est pris samedi 18 mai, entre 12h et 12h30, à la cathédrale de Nîmes.

Irène Randrianjanaka ici à Castries (Photo DR)

C'est le rendez-vous méridien des amoureux de calme musical, de volupté et de spiritualité. Orgue à midi n'en est pas à son coup d'essai mais comme les sessions fonctionnent plutôt bien, l'association des Amis de l'orgue renouvelle la belle opération.

Organiste et claveciniste, Irène Rardrianjanaka prendra les manettes de l'orgue nîmois. Elle a fait toutes ses études musicales au conservatoire national de région de Montpellier. Après sa médaille d’or en piano, elle a étudié l’orgue avec Danièle Salvignol-Nisse à Perpignan et avec monseigneur Joseph Roucairol, dans la classe duquel elle a obtenu une médaille d’or d’orgue à l’unanimité en interprétation et une médaille d’or en déchiffrage. Elle s’est ensuite perfectionnée (et continue de le faire) avec plusieurs professeurs, lors de stages et de master class. En 2000, elle a terminé son cycle d’improvisation dans la classe de Luc Antonini, toujours au conservatoire à rayonnement régional de Montpellier.

Elle est aujourd'hui à Montpellier organiste co-titulaire à la cathédrale Saint-Pierre et organiste au temple de la rue Maguelone. Responsable de la formation des organistes du diocèse de l’Hérault, elle est présidente de l’association " OrPHé ", Organistes en pays d’Hérault, et y organise des cours d’orgue, des master class, des ateliers d’accompagnement, de liturgie, de facture d’orgue, ainsi que des sorties et des voyages organistiques afin de découvrir le patrimoine des orgues des différentes régions de France.

L'orgue de la cathédrale de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Professeur d'orgue depuis quelques années au stage d'été d'Orgues en Cévennes, elle enseigne également l'harmonie aux claviers et l'improvisation aux élèves de la classe d'orgue associative de la Côte Basque.

Pour son concert du 18, le programme spécial est alléchant. Pour débuter, un peu de Jacques Boyvin (1649 ou 53 ou 55 ?- 1706) avec la Suite du premier Ton (second livre d’orgue). Prélude grave, Prélude à deux chœurs, Duo, Fugue grave, Récit tendre et Grand Dialogue.

Ensuite, place à Johann-Sebastian Bach (1685-1750) avec Choral (Petit Livre d’Orgue) : Herr Gott, nun schleuβ den Himmel auf BWV 617. Le concerto en la mineur WBV 593 (d’après le Concerto en la mineur pour 2 violons, cordes et continuo d’Antonio Vivaldi op.3 n°8) sera quant à lui interprété avec son allegro, son adagio et un nouvel allegro.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité