A la uneActualitésEconomieSociété

NÎMES Se préparer pour accéder aux fonds européens

Joseph Lorang explique les subtilités des dossiers européens (Photo Anthony Maurin).

Leader Nîmes organisait, dans les locaux du Bic Innov'up, un petit déjeuner pour faire comprendre et initier les entrepreneurs locaux aux financements européens.

À quelques heures des élections européennes du 26 mai, Leader Nîmes fédère les entreprises Leader de Nîmes et de sa région. PME et start-up sont les cibles privilégiées pour ce genre de petite sauterie. Pour les guider dans leurs futurs choix, Leader Nîmes avait choisi des pointures en donnant la parole à Joseph Lorang, expert en la matière et à l'excellent Arcturus Group, tout aussi expert dans ce domaine.

Pour Jean-Mickaël Gay, de Leader Nîmes, " Nous avons suivi ce que faisait Alès pour le mécénat alors nous avons créé Leader Nîmes. L'idée était de démontrer l'offre et faire participer le monde économique. Grâce au crédit d'impôt de 60 %, tout le monde est gagnant mais à cela s'ajoutent 20 % supplémentaires que les mécènes peuvent récupérer sous forme d'entrées, de places, de billets culturels à Paloma, au théâtre de Nîmes, à Carré d'Art ou au Périscope. Nous voulions faire émerger des projets locaux déposés sur Nîmesmécénatculturel.fr. En une année, il y a eu une centaine de dossiers, nous donnerons le ou les lauréats en juillet prochain. Nous sommes en plein dans l'économie circulaire ! "

Un pont vers la culture et son monde

Un des première mécènes n'était autre que Vincent Martin. " Dans chaque territoire, il faut être bien ancré et ouvert à d'autres mondes. Agir pour le bien du territoire est indispensable. Aider l'univers culturel l'est aussi, surtout quand on sait que les artistes ont une vision différente du monde qui nous entoure. Cet univers nous apporte énormément si on l'écoute, c'est un échange, il fallait créer un pont. "

Horizon 2020 et Eurostars sont les deux possibilités abordées par les prestataires du jour. Le programme Horizon 2020 regroupe les financements de l'Union européenne en matière de recherche et d'innovation et s’articule autour de trois grandes priorités : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Eurostars soutient quant à lui les PME innovantes impliquées dans des projets collaboratifs européens et cible prioritairement les entreprises qui réalisent de forts investissements en recherche et développement.

" Il faut être en croissance et se développer, notamment sur l'innovation avec une ambition globale. De nombreuses subventions sont en baisse comme les CIR, BPI, FEDER... alors qu'un euro de subvention génère trois ou quatre euros d'économie grâce à un effet multiplicateur " explique Joseph Lorang. Vous hésitez encore à vous lancer ? Oui, c'est compliqué, oui il n'y a que 10 % de réussite mais cela peut réellement être bénéfique à votre société car, au-delà de la structurer par les dossiers déposés, vous pourrez aussi espérer un financement à hauteur de 70 % de votre projet (40 % pour Eurostars avec un taux de succès de 25 %).

Lancez-vous !

La demande et le besoin du marché sont plus importants que l'excellence de l'innovation. Le but de la manœuvre est de fabriquer des leaders mondiaux avec, si possible, une technologie de rupture. Les commissions décisionnaires veulent des levées de fonds, une oralisation en Anglais, quelques écrits et une présentation claire et efficace que n'importe quel européen pet comprendre.

Didier Ditter a demandé et obtenu 300 000 euros pour Regentis Pharma à Montpellier si un Montpelliérain y arrive, vous aussi ! Sans blaguer plus, pour l'heureux patron, " Vous avez la main sur l'évaluation et vous savez quoi faire plus rapidement grâce au rapport de chaque expert devant lesquels vous faites passer votre dossier. C'est précieux comme informations, surtout quand on pense au prochain dossier... On ne peut qu'améliorer ses notes. En deux essais, on a mis huit mois à obtenir les financements. Nous devions aussi trouver un partenaire et une recherche extérieure. Les rencontres sont obligatoires et très enrichissantes. Si on fait le boulot correctement, le dossier aboutit. "

Il faut se dire qu'un dossier engagé, formalisé et présenté est toujours une choses extraordinairement structurante, c'est un saut qualitatif dans la manière d'aborder sa société et ses projets. Les Français ne sont pas très bons en la matière contrairement aux Espagnols, Italiens, Allemands ou Anglais qui ont l'habitude de fournir des dossier très régionaux. Nos Régions doivent être le trait d'union entre l'Europe et le local, ce sentiment arrive doucement en France.

L'innovation est primordiale mais elle n'est pas nécessaire. La priorité est de savoir quelle valeur ajoutée votre produit apportera à l'Europe... À vous de jouer !

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES Se préparer pour accéder aux fonds européens”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité