ActualitésSociété

EN IMAGES Port-Camargue : 50 ans, l’âge de raison !

Pour fêter ses 50 ans le port organisait un week-end festif sur fond de pédagogie, d'éco-responsabilité et de bonnes actions.

Seaquarium et Institut marin étaient très mobilisés pour animer la journée de dimanche (Véronique Camplan)

Week-end festif à Port-Camargue, sous un chaud soleil estival. De nombreux visiteurs attirés par le soleil ont pu découvrir, entre deux séances de bronzage, stands et animations.

Une ambiance festive et  des messages clairs : protéger notre environnement, favoriser les circuit courts et faire connaissance avec de nombreuses associations solidaires. Sans oublier, culture et histoire humain au centre d'un projet en cours dans le cadre des 140 ans du Grau-du-Roi.

Comment devenir éco-responsable ? 

De gauche à droite, Hélène Maurice, la présidente, la trésorière Jacqueline Vassal,  Ginette Perrot, vice-présidente, Marièle Bouzy et Chantal Villanueva. Motivées et inventives, elles proposent de partager leurs découvertes et leur travaux de recyclage avec le plus grand nombre  (photo Véronique Camplan)

Ne plus jeter, ne plus polluer… Souriantes et motivées, inspirés, ces Flamants verts le sont, pour sûr. Des restes de produits pour tout laver dans la maison à faire soi-même à bas prix et dans le respect de l'environnement : voilà qui a de quoi séduire. Mais leurs découvertes ne s'arrêtent pas là  et elles se réjouissent de proposer un compost liquide concentré dont la fabrication est la portée de chacun ainsi que bien d'autres astuces respectueuses de la nature et économique. "On ne jette rien, s'enorgueillit la présidente. Et de développer : "On recycle tout : le tissu, le verre, le carton…" Elles, cousent, piquent, décorent… Allez vite faire leur connaissance sur leur site en cliquant ICI 

Un jeu pour comprendre le circuit des eaux usées

Un petit garçon et sa maman se sont pris au jeu. Comment seront leurs eaux usées une fois arrivées à la rivière ? (photo Véronique Camplan)

Muriel Cerda, la créatrice du jeu, assistée de William, en stage au Sequarium, a animé un atelier qui a rencontré un certain succès. Pourtant, a priori, le circuit des usées, ça ne fait pas rêver.  Et pourtant, la découverte de ce jeu de plateau réserve d'agréables surprise. On part de chez soi et on arrive à la rivière, là où en général nos eaux usées terminent leur circuit.

À chaque coup de dé, un quizz et selon la réponse on ajoute ou pas de l'acide. Arrivé à la rivière, on test le PH de l'eau de son éprouvette et on sait si on est un bon élève selon la qualité de l'eau obtenue. Muriel, conceptrice du jeu, est en phase de test vers le public. Elle espère ensuite que son son jeu intéressera les écoles, les médiathèques et pourquoi pas les particuliers.

Plaisanciers responsables 

Marc, tout sourire, est une vraie mine d'informations  (photo Véronique Camplan)

C'est une première pour Marc et son dispositif. Il travaille pour la région et le Seaquarium l'a recruté pour une mission de quatre mois. L'objectif ? Arpenter les pontons et distribuer un questionnaire aux plaisanciers pour en savoir plus sur leur comportement et les sensibiliser à l'écologie. Faire attention aux eaux usées des bateaux, aux produits que l'on utilise pour protéger sa coque, la nettoyer, aux endroits où l'on jette son ancre…

Avec force fascicules et fiches pratiques et beaucoup de conviction du missionné, les plaisanciers qui arrivent en masse à cette époque, n'ont pas caché leur intérêt et leur désir d'information. "Si on fait tous un petit effort les résultats suivent", pointe Marc. Et il constate : "Il n'y avait plus rien sur nos côtes, maintenant je recommence à voir des hippocampes". À noter aussi, la présence de la SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) et de l'Institut marin du Seaquarium. 

Des abricots et des cerises auxquels il est difficile de résister (photo Véronique  Camplan)

Du producteur au consommateur. Julien Raynal produit abricots, cerises et pêches à Saint-Gilles. En ce moment, la récolte bat son plein. Il proposait des fruits mûrs à souhait et des jus frais. Vive le circuit court !

Siloé a le vent en poupe 

Jean-Luc cuisinier de l'association est content de son week-end : 40 kg de frites vendues et pleins de nouveaux amis. Il prend la pose avec Adrienne qui n'a pas ménagé sa peine durant ces deux jours (photo Véronique Camplan)

La solidarité est une force ! Depuis des années, ils organisent des chantiers d'insertion pour des personnes. Surtout de jeunes en difficulté. Le ambition : restaurer de vieilles embarcations et leur redonner leur beauté d'antan. Un véritable apprentissage doublé d'une valorisation du patrimoine local. Leur locaux au Grau-du-Roi sont à la fois atelier, lieu de vie et restaurant. Pour 5 € on mange de l'entrée au dessert ! Le but : mélanger toutes les catégories sociales. On va tester ! Pour faire un tour sur leur site cliquez ICI

Rotary race : en attendant la remise des prix !

Tout est prêt pour la remise des prix. Patrick Frolar, co-organisateur, et  Élisabeth Sals, l'épouse de l'autre organisateur, sont fin prêts pour accueillir les vainqueurs... et les autres (photo Véronique Camplan)

Ce dimanche, le Rotary du Grau-du-Roi, organisait une régate au profit de l'association Siloé. Quinze participants pour une course de quatre heures ouverte à tous. Au programme du soir, remise des prix et buffet. Bonnes actions et plaisir n'étant pas incompatibles !

Culture et mémoire 

Remy Leboucq et son taxi aménagé en studio d'enregistrement (photo Véronique Camplan)

La compagnie Anti brouillard affrétait un taxi londonien au service de la mémoire graulenne. Rémy Leboucq est comédien professionnel, il a fondé cette compagnie qui a en charge de recueillir les témoignages des Graulens. Ces témoignages enregistrés seront compilés puis triés avant d'être restitués de façon artistique dans des chants,et du théâtre. Tout servira la mémoire de la ville.

Au son de l'orgue de Barbarie

Un peu de nostalgie sur fond bleu  (photo Véronique Camplan)

Lila Solski au chant et à l'orgue de Barbarie et son complice jongleur, un duo talentueux et ambiance sonore nostalgique et pleine de charme.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité