A la uneActualitésSociété

NIMES EN FERIA Becerrada au Bosquet devant un public nombreux

De jeunes pousses de la tauromachie française font offert une jolie prestation.

Les élèves toréent en habit de "campo" en attendant l'habit de lumière (photo Objectif Gard)

Une becerrada, ce sont de jeunes apprentis toreros face à des toros de deux ans les "becerros". Ici, pas de banderilles et pas de mise à mort.

Pour le reste, les rituels de la corrida sont quasiment respectés. L'occasion pour les jeunes de faire démonstration de leur talent et pour les écoles taurines d'expliquer les rudiments de l'art tauromachique à un public curieux, en partie composé de touristes et de novices.

Quatre apprentis du Centre français de la tauromachie et de l'École taurine d'Arles face à des becerros de la ganadéria espagnole Tierra d'Oc dont le cheptel est installé au Mas de Castignargues, en Camargue.

Quatre apprentis recueillis et concentrés comme leurs aînés (photo Véronique Camplan)

Comme pour les grands tout commence par un paseo durant lequel les apprentis se présentent osant même pour le spectacle quelques passes de toréo de salon.

Le toro et le torero sont tous deux jeunes mais chacun y met tout son cœur 2019 (photo Véronique Camplan)

On entre dans le vif du sujet, chacun leur tour les jeunes vont montrer les différentes phase d'une faena avec un simulacre de mise à mort où l'épée est remplacée par la main posée entre les épaules du toro. "Naturelles", et "Véronique" s'enchaînent. Tout est commenté, expliqué par un animateur qui n'hésite pas aussi à encourager les toreros en herbe.

La peña del Fuego est attentive aux ordres comme dans une vraie corrida. Elle rythme la faena des débutants (photo Véronique Camplan)

Pas de corrida sans musique, c'est la Peña del Fuego de Saint-Quentin-la-Poterie qui accompagne les élèves toreros. On les retrouvera lundi pour les joutes et tout au long de la Feria, un peu partout dans la ville.

La capea est  aussi un moment partagé avec les familles (photo Véronique Camplan)

Une maman attentive fière et émue filme la prestation de son fils, Migueline, son apodo (surnom) de torero, élève du Centre taurin d'Arles. À revoir à 15h30 demain dans les arènes éphémères du Bosquet à côté des Jardins de la Fontaine.

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité