ActualitésSociété

CANNES-ET-CLAIRAN Une Histoire structurée autour du temple protestant

Sonia Aubry, maire Cannes-et-Clairan lors de son discours à l'intérieur du temple (Photo Corentin Corger)

La commune de Cannes-et-Clairan, située entre Quissac et Saint-Mamert, a inauguré les travaux de renforcement de la structure de son temple qui menaçait de céder. Un bâtiment chargé d'histoire, berceau du village. 

L'histoire du temple de Cannes-et-Clairan débute en 1853 lorsque la famille Coste fait don d'un terrain pour que quatre plus tard soit érigé par Léon Feuchère la mairie et l'édifice religieux qui abritait l'école. Une double fonctionnalité jusqu'en 1881 et l'instauration de l'enseignement laïc par Jules Ferry qui voit la mairie accueillir les élèves. Le temple traverse les âges et ces dernières années, sa structure se désolidarisait. Mais pas le conseil municipal qui adoptait à l'unanimité de dégager une enveloppe pour procéder à sa réfection. "Ça représente l'histoire de ceux qui ont lutté pour défendre la liberté de pensées. À héritage exceptionnel, travaux exceptionnels", constatait Sonia Aubry, maire de la commune.

La nouvelle façade du temple protestant de Cannes-et-Clairan (Photo Corentin Corger)

Près de 290 000 € (hors taxes) ont été nécessaires pour renforcer la structure du bâtiment. Une somme répartie de manière suivante : 100 000 € de l'État, 40 000 € de la Région Occitanie, 73 000 € pour le Département, 14 000 € du fonds européen Leader, 65 000 € de la commune et le reste provient de la générosité des donateurs qui a servi à changer la porte. Grâce notamment à la pose de piliers en bétons sous l'édifice, cela a permis de le restructurer. La façade a également été refaite et la devise républicaine a été conservé dans son jus. Une deuxième tranche de travaux est envisagée pour rénover l'intérieur de la bâtisse. Le projet doit être bientôt voté en conseil municipal.

Lionnel Astier a lu un extrait d'un récit d'une assemblée au désert menée par les Camisards (Photo Corentin Corger)

Pour cette inauguration, une personnalité était présente très attachée à ce monument historique. Le metteur en scène et comédien Lionnel Astier, originaire d'Alès et connu pour son rôle de Léodagan dans la série Kaamelott. Il a conçu une pièce, "La nuit des Camisards", pour être jouée en forêt. Ce qui fut le cas pendant dix ans, plus d'une centaine de fois, entre le Gard et Lozère. Ce spectacle raconte la vie des Camisards, ces protestants des Cévennes chassés du royaume et interdits de pratiquer leur religion après la révocation de l'édit de Nantes, en 1685. "Ils n'avaient plus de lieu pour se réunir alors ils se retrouvaient au désert dans les clairières", explique Lionnel Astier.

C'est un extrait du récit de l'assemblée au désert la plus célèbre, celle de la Tuilerie de Sérignac à proximité de Cannes-et-Clairan, que ce protestant averti a lu dans le temple. Le Cévenol prépare actuellement le film Kaamelott prévu pour octobre 2020, qui évoque un autre passage important de l'Histoire, celui des Chevaliers de la table ronde.

Corentin Corger

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité