ActualitésSociété

BAGNOLS Une classe de l’école Maria-Montessori ferme : les parents d’élèves inquiets

(Photo d'illustration : Thierry Allard / Objectif Gard)

À la rentrée de septembre, l’école maternelle publique Maria-Montessori de Bagnols aura une classe de moins. L’Association des parents d’élèves (APE) s’en inquiète et craint une disparition à terme de la petite école.

Seules deux classes subsisteront à la rentrée. La mairie est pointée du doigt par François Giraud, président de l’APE de l’école : « On met cette fermeture de classe sur le compte de la politique de la mairie, qui a accepté au moins cinq dérogations. » Pour lui c’est clair, « la mairie a privilégié l’école Jules-Ferry, qui pendant ce temps a une réouverture de classe. »

La raison serait simple : l’école Maria-Montessori n’est pas un groupe scolaire mais une école maternelle non adossée à une école primaire. Donc, « quand les parents ont le grand frère ou la grande soeur en primaire, ils veulent regrouper les fratries », explique François Giraud. En clair : le groupe scolaire Jules-Ferry, qui regroupe maternelle et élémentaire à quelques centaines de mètres de l’école Maria-Montessori, bénéficierait de cette situation, avec un maire qui « aujourd’hui accepte ces dérogations, alors que jusqu’ici ce n’était pas le cas », affirme le président de l’APE.

Une APE qui demande au maire de « s’exprimer » sur l’avenir de cette école, qui avec un peu moins de 60 élèves et seulement deux classes l’année prochaine pourrait se retrouver menacée. « C’est un vrai lieu de mixité. Ce serait dommage qu’elle ferme », résume François Giraud.

"Des fluctuations importantes..."

Du côté du maire, Jean-Yves Chapelet, on affirme que « dans cette école on a des problèmes d’effectifs et de dérogations récurrents, comme à l’école Jean-Macé, deux écoles maternelles non adossées à une école primaire. » Le maire affirme faire « du cas par cas » sur les dérogations, et recevoir systématiquement les parents. « Mais de toute façon, j’ai accordé cinq dérogations pour Montessori. Si cinq dérogations mettent en péril une classe, il faut se poser les bonnes questions », poursuit Jean-Yves Chapelet.

Un maire qui rappelle qu’il s’est « engagé à ce que l’école ne ferme pas », avant d’ajouter qu’il n’était « pas le DASEN (directeur académique des services de l’Éducation nationale, ndlr) » et que des inscriptions tardives étaient toujours possibles. « L’année dernière, à l’école élémentaire Jean-Jaurès, entre le jeudi et le lundi de la rentrée, on a eu 17 inscriptions et nous avons dû ouvrir une classe supplémentaire de CP. Il y a des fluctuations importantes », développe l’élu.

Quant à l’avenir à plus long terme de l’école Maria-Montessori, Jean-Yves Chapelet indique « comprendre les craintes » des parents d’élèves et se dit « incapable de répondre à la question si l’école Maria-Montessori fermera ou pas dans quatre ou cinq ans. » Car globalement, le maire affirme que « la réalité c’est qu’on a de moins en moins d’enfants, et pas qu’à Bagnols, dans le pays. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité