A la unePolitique

EN ROUTE POUR 2020 Jérôme Puech, l’homme orchestre qui voulait devenir maire

Chaque dimanche de l'été à 12h, en attendant le retour des "indiscrétions" à la rentrée de septembre, Objectif Gard vous propose de (re)découvrir les candidats potentiels aux Municipales 2020 à Nîmes.

Photo DR ObjectifGard

Chaque dimanche de l'été à 12h, en attendant le retour des "indiscrétions" à la rentrée de septembre, Objectif Gard vous propose de (re)découvrir les candidats potentiels aux Municipales 2020 à Nîmes. Cette semaine, zoom sur Jérôme Puech, candidat officiel pour le Parti socialiste.

On peut reconnaitre à Jérôme Puech une forme de fidélité dans son engagement. Au-delà de celle qu'il porte à Nîmes. Homme aux multiples casquettes, il rêve de franchir une nouvelle fois les portes de la mairie de Nîmes, cette fois-ci comme maire et non plus comme adjoint. 

Celui qui n’a pas quitté le navire après la déroute des Socialistes lors de la Présidentielle en 2017 et des Législatives qui ont suivi, veut incarner le renouveau de la Gauche dans la cité des Antonin. Pour cela, il a fait la demande officielle pour être le candidat du Parti socialiste en mars 2020.

L’homme orchestre, tour à tour chargé de mission au Département du Gard, intervenant en communication pour plusieurs collectivités, Dj, président de Magna Nîmes sans oublier créateur du Web magazine sur le réseau social Facebook, Une à Nîmes, pense avoir les qualités requises pour exercer le pouvoir municipal.

Vrai stratège ou opportuniste, difficile de se faire un réel avis sur le Nîmois. Sincère assurément, Jérôme Puech est parvenu à convaincre toute une troupe de l’accompagner dans ses aventures depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, ce sont plusieurs centaines de citoyens qui restent attentifs à sa démarche.

Il faut dire qu’il bénéficie d’un atout non négligeable dont peu de candidats peuvent se prévaloir : il a orchestré ses envies municipales depuis fort longtemps grâce à son mouvement Magna Nîmes. Un collectif citoyen dont Jérôme Puech revendique la consultation de plus de 1 000 habitants de Nîmes. Des Nîmois qui participent quelque peu au développement d’un projet pertinent et novateur.

Convaincre les caciques du Parti

Un programme social et environnemental porteur d’idées neuves pour changer la ville. Magna Nîmes propose par exemple de multiplier par six le nombre de kilomètres dédié aux vélos. Le mouvement citoyen veut aussi rendre gratuit les transports en commun. Il milite pour la création d'un auditorium de musiques (classique, jazz, lyrique, opéra...) en centre-ville pouvant servir de Palais des congrès durant l'année sur une trentaine de dates.

Enfin, peut-être plus surprenant, une prime de 100 euros annuelle aux salariés de la ville et de Nîmes métropole en monnaie locale, le krôco afin de favoriser les circuits courts et le commerce indépendant de centre-ville.

Photo DR

Reste maintenant à convaincre les caciques du parti. Et c’est peut-être la plus grande marche à monter pour Jérôme Puech. Loin de celles du Festival de Cannes où le Nîmois s’était glissé en Tintin reporter voilà quelques semaines, c’est au sein de la direction gardoise qu’il devra faire ses preuves. Elle qui a bien l’intention de faire jouer la concurrence avant de désigner son champion, dans l’espoir d’unir les forces de Gauche en proposant un candidat « compatible ».

Car le PS sait pertinemment qu’à Nîmes, les communistes ont encore une belle influence à la fois dans le mundillo politique local et dans le coeur de nombreux Nîmois. Pas sûr donc que la tête de liste de l’union des Gauches soit socialiste. A moins que cette personnalité puisse rassembler les sensibilités les plus hétéroclites sur son simple engagement.

Dans cette hypothèse, Amal Couvreur semble avoir les premières faveurs même si ses hésitations jouent contre elle. Nicolas Cadène peut faire le pont entre le Centre et l’extrême gauche mais sa demande de soutien auprès de La République en marche passe mal. Reste donc Jérôme Puech qui semble avoir le profil adéquat.

Les prochaines semaines seront déterminantes. Même si beaucoup à Nîmes se font difficilement à l’idée de soutenir celui qui faisait partie des "petites mains" du PS il y a encore seulement quelques mois...

Mais l'atout principal de Jérôme Puech n’est finalement pas celui-là ? D’avoir gravi patiemment tous les échelons, de simple militant, à responsable de section avant de prendre des responsabilités locales plus importantes ?

Seule certitude : il est évident que plus personne à Gauche ne pourra faire sans lui à présent...

Abdel Samari

Lire aussi : EN ROUTE POUR 2020 Jérôme Puech, l’homme orchestre qui voulait devenir maire

EN ROUTE POUR 2020 David Tebib, maintenant ou jamais

EN ROUTE POUR 2020 Yoann Gillet mise sur des circonstances particulières pour l’emporter

EN ROUTE POUR 2020 Nicolas Cadène : rassembler sans faire tousser

EN ROUTE POUR 2020 Amal Couvreur, l’espoir de la Gauche

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “EN ROUTE POUR 2020 Jérôme Puech, l’homme orchestre qui voulait devenir maire”

  1. Il est bien dommage que peu d’elus ou de « prétendants au trônes » n’aient pas pour ambition et pour seul objectif le développement et le dynamisme économique de notre cité qui déborde d’atouts inexploités et qui devaient en faire l’une des region les plus dynamique de notre pays.
    Ce déveoppement économique est pourtant LE salut et la seule et unique solution pour permettre à ses habitants de ne pas vivre dans la pauvreté, pour mener à bien les projets quels qu’il soient.
    La gratuité des transports, les pistes cyclables ou que sais-je s’est très bien mais s’est vraiment très secondaire. Je préférerais que ce Monsieur (comme d’autres d’ailleurs) nous explique comment il espère donner une situation financière adéquate à notre cité et développement économique rapide et dynamique à notre territoire.

    1. Je suis entierement d’accord. Cette ville souffre économiquement. Nimes à les 2 quartiers les plus pauvres de France, 30% de gens vivent sous le seuil de pauvreté etc…. Toutes les statistiques économiques sont dans les pires de France. Et on nous propose une salle d’auditorium, et les transports gratuits … C’est une insultes à l’intelligence des Nimois qui ont du mal pour finir les fins de mois.
      Il est grand temps que Nimes choisse un candidats avec le CV qui va avec la fonction et qui a démontré qu’il est capable de dynamiser la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité