A la uneFaits Divers

C’EST ARRIVÉ EN ÉTÉ Inondation l’an dernier : 80 jeunes d’une colonie évacués, un mort

Le camp Saint-Antonius, à St-Julien-de-Peyrolas, complètement dévasté par les eaux (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce jeudi 9 août 2018, des pluies torrentielles s'abattent dans le nord du département du Gard, les communes du secteur de Pont-Saint-Esprit sont particulièrement touchées.

Les sapeurs-pompiers interviennent dans la Vallée de la Cèze et de l’Ardèche, les villages d'Aiguèze et de Saint-Julien-de-Peyrolas sont concernés. Un centre de vacances allemand situé en bordure d'un ruisseau, à quelques encablures de l’Ardèche, se retrouve dévasté par les eaux. Durant cet épisode 80 personnes, la plupart des jeunes allemands de la colonie de vacances originaires de Leverkusen sont évacués. Un homme, un des encadrants de la colonie de vacances, trouvera la mort emporté par les flots. Son corps sera découvert quelques jours après l'inondation. 9 jeunes seront également blessés.

Mais après le passage des gros orages dans le Gard et notamment à Saint-Julien-de-Peyrolas, un sentiment d'avoir évité le pire subsistait, même si une personne était décédée.

Les gendarmes lors des recherches dans le camp de vacances allemand (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Car la mairie avait prévenu les responsables allemands du camping illégal que ce secteur était particulièrement  dangereux lors de crues. "Cette association allemande avait racheté le camping qui était exploité dans les années 80, mais qui ne l'était plus à cause des risques, explique Maître Alexandre Coque, avocat de la mairie gardoise. L'association avait racheté le camping sans avoir des autorisations de l'exploiter et sans permis de construire. La mairie avait saisi la justice civile pour trancher et la justice en première instance nous avait déboutée", poursuit l'avocat vauclusien qui obtiendra satisfaction quelques mois plus tard, en septembre 2018, après que les inondations soient survenues.

Depuis, sur le plan pénal une information judiciaire est entre les mains d'un juge d'instruction de Nîmes. Les deux responsables allemands de l'association, qui organisaient la colonie, ont été mis en examen.

À Saint-Julien-de-Peyrolas, la décision civile de la Cour d'Appel de Nîmes est appliquée. Il n'y a plus de petits allemands dans le camping. Dans son arrêt, la chambre civile de Nîmes avait obligé l'association de "cesser toute activité", et ordonné "l'enlèvement complet de toutes les installations".

Boris de la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité