A la uneActualitésSociété

TOROS Un livre d’art et de poésie pour découvrir un univers inspirant

Le peintre Bruno Eliot et l'écrivain Olivier Pince sortent Toro Arte. Un ouvrage un peu spécial alliant peintures et poèmes.

Bruno Eliot devant les arènes de Nîmes, avec une toile qui met en valeur Christian Montcouquiol Nimeño II (Photo Anthony Maurin).

64 pages pour 15 euros. 64 pages pour 25 textes et 28 toiles. 64 pages pour s'ouvrir un horizon culturel dédié à la corrida et à ses actes forts.

64 pages pour flâner, apprendre, découvrir et apprécier d'une autre manière cet art codifié mais si dur d'accès. Toro Arte, est un ouvrage signé Bruno Eliot à la peinture et Olivier Pince à la poésie.

" L'idée part de moi... Depuis quelques années je pense à ça mais il me fallait trouver la bonne personne et j'ai rencontré Olivier lors de la novillada sans picador de Bouillargues parce que j'avais réalisé le décor des burladeros, entame Bruno Eliot. Je lui ai proposé le projet en mars 2018 et il s'est mis à travailler car de mon côté j'avais fait pas mal de toiles. "

" Tout s'est très vite enchaîné. Bruno m'envoyait ses toiles par mail. Je les regardais et j'écrivais pour les illustrer avec un point de vue littéraire, précise Olivier Pince. On part du paseo. Tout est chronologique mais nous évoquons des étapes qui ne sont pas forcément incluses dans une corrida. Nous évoquons des instants mais aussi des thèmes. "

Préfacé par Juan Bautista

La préface est de Juan Bautista, le maestro qui va bientôt se retirer des ruedos. Il est Arlésien, comme Eliot. La boucle est bouclée et l'histoire est belle. Il a été le premier à qui les auteurs ont demandé un coup de griffe qu'il a réalisé avec plaisir, simplicité et brio. " On m'avait dit qu'il n'était pas littéraire mais nous ne cherchions pas un profil précis ! Nous voulions quelqu'un de reconnu. C'était important ", poursuit Eliot.

" Je suis peintre et j'ai fait confiance à Olivier qui a déjà sorti 14 livres ! " lance Bruno. Et son comparse de répondre, " j'aimais cette idée de mélange. Je savais que le projet était complexe mais faisable alors que, dans ce milieu, je ne connais pas d'ouvrage similaire. " Une oeuvre qui prend du relief car unique en son genre.

Olivier Pince et un texte concernant le monument qui lui fait face (Photo Anthony Maurin).

Les deux artistes ont pris le temps des choses. Ils se sont partagés les tâches, concertés. En trois mots chacun peut ainsi décrire son livre. Pour Eliot, culture, passion et amitié. Pour Olivier, novateur, hommage (à la tauromachie) et identité. Alors pourquoi acheter ce livre plutôt qu'un autre ? " Pour le prix, il n'est pas cher ! C'est léger, une image, un texte. C'est abordable et ça ne prend pas la tête ", raconte le peintre. " L'aficionado va être à la recherche d'un point de vue mais nous ne nous adressons pas qu'à lui ! Nous voulons transmettre l'inspiration de ce milieu, faire découvrir la tauromachie ", ajoute l'écrivain.

À lire sans modération

Toro arte, tel est le titre du livre. Là aussi, tout le monde comprendra. La couverture fait un parallèle entre la tauromachie et le théâtre, une passion d'Olivier. Le temps de travail pour Bruno Eliot s'étale de 2016 à 2019. Pour Olivier Pince, de juillet 2018 à décembre de la même année. S'est ensuivi un long travail d'affinage, de maquette, d'adaptation des textes... " Des fois Bruno titrait une toile et je faisais avec. D'autres fois, comme pour les "Piquent adorent" ou la "Complainte du mail-aimé", c'était moi qui choisissais. Le dernier texte, "Une larme de bronze", un de mes plus anciens, est une micro nouvelle inspirée de la toile d'Eliot qui avait déplacé la statue face aux arènes de Nîmes ", relève Olivier Pince.

Comment lire l'ouvrage dans les meilleures conditions. Les auteurs sont clairs sur la question... " Un Ricard ou du Fino, un cigare pour les amateurs ! C'est un livre quatre saisons à lire sans modération et même, sans ordre particulier ! "

Bruno Eliot et Olivier Pince posent devant les arènes et à côté de la statue la plus célèbre de la ville (Photo Anthony Maurin).

Un dernier mot des auteurs, ultimes choses à dire avant la sortie de leur nouveau bébé. Pour Olivier, " Merci et espoir. Merci à Mondial Livre pour l'impression et à Alain Laborieux pour la maquette. Espoir pour que ce livre puisse parler à un maximum de personnes qui découvriront cet univers. "

Pour le peintre, " sans Tom Garcia et le club taurin "La Embestida" de Bouillargues qui a tout financé, rien n'aurait été possible ! D'ailleurs, tous les bénéfices iront au club taurin pour financer des activités et pour en asseoir d'autres. Ça ne pourra que les aider ! "

La première sortie du livre sera à l'Auberge espagnole d'Arles le dimanche 8 septembre prochain. Viendra après la véritable et officielle sortie, le 12 à la bodega Col y Toros à Nîmes pour une présentation un peu spéciale. Olivier Pince lira ses poèmes alors qu'Eliot peindra une aquarelle en live ! Ils sont tarés... Pour le dernier week-end du mois, c'est à Gajan pour le traditionnel rendez-vous Corrid'Art que le livre et les auteurs seront réunis. Enfin, pour la journée de Toreria chez Pagès-Mailhan le 5 octobre 2019 puis le lendemain pour la novillada sans picador de Bouillargues. Le livre a été imprimé par Mondial livre.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité