ActualitésCultureSociété

NÎMES Le Périscope développe sa vision du monde

Le théâtre nîmois a dévoilé sa saison et se lance dans les arts de la marionnette en plus de ces talents affirmés.

La scène de la salle du théâtre Le Périscope à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

" Nous faisons un petit panorama de la saison puis nous nous reverrons, avec les partenaires mais nous allons éviter les périodes d'élections... Pourtant nous sommes devenus les premiers d'Occitanie à être une scène conventionnée pour quatre ans " évoque la direction du théâtre Le Périscope.

Une convention nouvelle et prometteuse dans un angle mort de la culture locale, les arts de la marionnette, le théâtre d'objets et les formes animées. " Nous souhaitions cela car nous aimons les nouvelles formes d'écriture et les arts de la marionnette s'y prête car ils sont en pleine évolution. Il nous faut être accessible, toucher un public varié qui n'a pas forcément l'habitude du théâtre et rester vigilant. C'est un art multiculturel qui ne s'adresse, malgré les préjugés, pas seulement aux enfants ! ", poursuit l'équipe dirigeante du Périscope.

Nîmes, locomotive du nouveau monde des marionnettes

En poursuivant son inscription dans son territoire nîmois et plus particulier au sein d'un quartier Gambetta, ce théâtre avance dans sa réflexion et continue son excellent travail auprès des arts de la rue, des arts populaires, du street art et s'insère parfaitement dans son paysage local. " Il manquait un lieu locomotive dans l'univers des marionnettes en Occitanie à l'est de la région, le voilà. " En effet, l'Occitanie est la deuxième région française quand on compte le nombre de compagnies évoluant autour des marionnettes mais il n'y avait aucune structure, aucun lien.

La direction présente la saison du Périscope (Photo Anthony Maurin).

Pour le Périscope, " Notre plateau est parfaitement adapté aux arts de la marionnette qui a besoin de cette proximité. Nous voulions donner une couleur à notre programmation. Nous allons avoir 1/3 des spectacles qui traitera de la question. Nous voulons surtout structurer et accompagner les compagnies au-delà du cahier des charges. "

Pour tous les goûts

Des arts version marionnettes mais pas seulement. Théâtre plus classique, cirque, arts de la rue, arts visuels, danse... La saison va être chargée, longue et variée. Du 11 septembre prochain au 13 juin 2020, les spectacles et les animations vont se multiplier. Des choses surprenantes, déroutantes, émouvantes. En tout, près de 30 spectacles pour adultes, enfants et familles. Huit créations, sept spectacles de marionnettes, neuf à l'adresse des familles. Une carte blanche sera donnée à Fabienne Augié et quelques focus bien sentis accompagneront Rires en scène et d'autres activités.

Arts des marionnettes, inclusion au territoire et proximité avec les nouveaux auteurs. Le Périscope est à présent conventionné pour quatre ans (Photo Anthony Maurin).

Des ateliers découverte des arts de la marionnette font aussi leur apparition (inscrivez-vous vite car les places sont limitées !) tout comme des ateliers numériques video t'chat.Pour les ateliers découvertes, ils se dérouleront les lundis entre 17h30 et 19h30 pour les ados et les adultes. On y parlera conception, manipulation et expérimentation ! Des Escapades seront organisées en mai 2020 et des spectacles auront lieu dans des lieux non dédiés.

Des temps forts à ne pas manquer

En mai, chose rare, un projet sera choisi par les spectateurs eux-mêmes, avec les contraintes budgétaires mais aussi un aspect plus simple que les organisateurs oublient souvent, leurs envies d'autre chose. Sur la base du volontariat et de la proximité du public, les décideurs devrait quelque peu transpirer !

Petite sélection de la direction pour la saison à venir : Chanta le grand chelem avec Barbara Atlan le 11 octobre à 20h ; La clairière du grand n'importe quoi de la compagnie Quasi le 22 novembre à 20h ; Le corps du roi de la compagnie À contre sens du poil le 12 décembre à 20h ; L'empreinte de la biche de la compagnie Les Trigonnelles le 31 janvier à 20h ; L'enquête du Lonely Circus le 25 février à 20h ; Killing robots de la compagnie Hanna R le 13 mars à 20h ; Michelle doit-on t'en vouloir d'avoir fait un selfie à Auschwitz ? de la compagnie Les yeux creux le 27 mars à 20h ; Le pli de Roberte et Robert le 24 avril à 20h et enfin Céto du collectif Invivo le 28 avril à 17h30 et le 29 avril 10h30 et 15h30.

Théâtre Le Périscope. Angle des rues de Bourgogne et de la Vierge, à Nîmes. Tél : 04 66 76 10 56. Mail : contact@theatreleperiscope.fr Billetterie en ligne ici.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité