A la uneActualitésCulture

FAIT DU JOUR Nouvelle saison pleine d’ambitions au Cratère d’Alès

Pot de rentrée au Cratère en présence des partenaires et de l'équipe. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le Cratère, scène nationale d’Alès, a fait sa rentrée officielle la semaine dernière. L’occasion d’évoquer les grandes lignes de la nouvelle saison, le rayonnement du théâtre à travers la ville et au-delà, mais aussi le projet de rénovation de cette institution alésienne qui prend de l’âge.

C’est reparti pour un tour ! Après la trêve estivale, le Cratère démarre sa saison 2019-2020 avec un programme varié et des envies nouvelles. Pour retracer les enjeux et évoquer les défis à venir, Denis Lafaurie, directeur du théâtre, rassemblait la semaine dernière autour d'un pot son équipe et les différents partenaires de la scène nationale comme l’État, la Région, le Département ou encore la Ville et l’Agglomération d’Alès.

17 000 billets déjà vendus

« C’est une saison prometteuse qui s’annonce avec 2 000 abonnés et 17 000 billets déjà vendus, ce qui montre l’intérêt de la population pour le Cratère », commence Denis Lafaurie. Cette année, une soixantaine de spectacles fera la part belle au théâtre, à la danse, aux musiques, au cirque, sans oublier les séances familiales et les festivals. « Nous poursuivons aussi nos actions menées dans le cadre de la "politique de la ville", ainsi que les événements "Rêves parties en collège" et "Temps d’artistes au lycée" avec l’établissement Jean-Baptiste-Dumas », précise le directeur.

Au-delà de ces rendez-vous, Denis Lafaurie a également affiché la volonté du Cratère de s’associer au cinquantième anniversaire du Parc national des Cévennes, mais aussi de réfléchir à la place du festival Cratère surfaces (dédié aux arts de la rue) en France et à l’international. « Cette année, plusieurs pays comme la Chine, l’Amérique du sud ou encore l’Afrique étaient représentés ! », se réjouit-il.

Plus localement, pour commencer cette nouvelle saison, une exposition sur les 175 ans de l’Institut Mines Télécom d’Alès est visible dans le hall du Cratère, du 10 au 22 septembre (*). Elle permet de découvrir l’histoire de cette école très ancrée sur le territoire, de son origine en 1843 à nos jours, autour d’anecdotes, témoignages, photos anciennes et documents d’archives.

Vers une rénovation du Cratère ?

Le pot de rentrée était aussi l’occasion pour Denis Lafaurie de rappeler que « le Cratère vieillit ». Construit en 1972, rénové et agrandi en 2005, « le théâtre a aujourd’hui besoin d’être rajeuni », confirme Régis Cayrol, président du conseil d’administration. « Penser c’est bien, dépenser c’est mieux ! », ajoute-t-il avec un grand sourire aux partenaires présents, avec l’espoir de décrocher des subventions. Ces travaux permettraient, entre autres, « de remettre aux normes le bâtiment au niveau de l’accessibilité des personnes handicapées, de réaménager la grande salle, de redistribuer les espaces et, plus globalement, de passer à un "look général" digne du XXIe siècle ! », explique le directeur.

L’objectif étant que les travaux puissent se dérouler sans suspendre l’activité du théâtre. Mais ce n’est pas pour tout de suite : il faut d’abord trouver les financements…  

Spectacles : le top 5 de Denis Lafaurie

En attendant un théâtre tout neuf, la saison 2019-2020 débutera vendredi 20 septembre hors les murs puisque le premier spectacle aura lieu à La Grand’Combe avec Dimoné & Kursed pour un concert qui réconcilie chanson, rock et punk.

Ensuite, au fil des pages du programme de l’année, Denis Lafaurie nous a livré ses cinq coups de cœur : Les Mille et une nuits (théâtre) de Guillaume Vincent par la Compagnie MidiMinuit (3 et 4 octobre), Fractales (Cirque en marche) de Fanny Soriano par la Compagnie Libertivore (8 et 9 novembre), Ballets Jazz de Montréal (danse) avec Dance me (19 et 20 novembre), Derniers remords avant l’oubli (théâtre) de Jean-Luc Lagarce (21, 22, 23, 24 et 25 janvier), et le Trio Joubran en sextet (musique du monde – 28 février). Il n’y a plus qu’à réserver sa place.

Le programme complet, c’est ici.

* L’exposition sur les 175 ans de l’IMT Alès est à découvrir du lundi au vendredi de 16h30 à 18h30, du 10 au 22 septembre.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité