ActualitésEconomie

VINS Laudun Chusclan Vignerons change de nom et revoit ses gammes

Philippe Pellaton, président de Maison Sinnae (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ne dites plus Laudun Chusclan Vignerons, mais Maison Sinnae : le changement de nom de la cave, annoncé en février dernier au Wine Paris, est désormais effectif.

La nouvelle gamme de la cave a été présentée jeudi soir à la Villa Montesquieu, à Laudun, et le président de Maison Sinnae Philippe Pellaton l’affirme : « ce n’est pas simplement un changement d’étiquette. » La cave a travaillé « 36 mois sur ce dossier », affirme-t-il. Il faut dire que pour Maison Sinnae, les enjeux sont de taille.

Si une bonne partie des 8 millions de bouteilles commercialisées chaque année par la cave, environ 2 millions de bouteilles, part dans la grande distribution, souvent sous marque de distributeur, l’ancienne gamme Laudun Chusclan Vignerons « avait vingt ans », rappelle Philippe Pellaton. Avec un problème d’ordre réglementaire : « on ne pouvait pas apposer Laudun Chusclan Vignerons sur certaines bouteilles car Laudun et Chusclan sont des appellation Côtes du Rhône villages et potentiellement un cru, explique le président. Avec Maison Sinnae, on s’affranchit de cette question réglementaire. » L’idée est donc d’harmoniser les gammes et de rendre la marque plus visible, car « le manque de notoriété de Laudun Chusclan Vignerons nous pénalisait », affirme Philippe Pellaton. Notamment à l’export, où les résultats de la cave sont contrastés, comme aux États-Unis, alors qu’en France les résultats sont bien meilleurs.

La gamme de Maison Sinnae se répartit donc désormais en quatre sous-gammes. La collection Villa et l’Enfant terrible n’évoluent pas. En revanche, le pack Esprit terroir laisse la place à une gamme baptisée Maison Sinnae, avec les principales cuvées emblématiques de la cave, comme les Dolia ou Excellence. Par ailleurs, on retrouvera dans cette gamme plusieurs domaines identifiés, comme celui du Boulas, celui du Grès ou encore Combe-Ferréol. Un virage que Philippe Pellaton explique par une volonté d’incarner les vins : « aujourd’hui, les consommateurs, et notamment les jeunes, sont intéressés par la vigne mais pas que. » Enfin, une dernière nouvelle gamme est lancée, Eléments, avec trois vins : un Laudun Côtes du Rhône Villages blanc ou rouge sous l’étiquette Luna, un Côtes du Rhône dans les trois couleurs sous l’étiquette Terra et un Chusclan Côtes du Rhône villages rosé ou rouge sous l’étiquette Sol. Autant de noms « révélateurs du profil du vin », promet Philippe Pellaton.

Une question d’image, donc, puisque « Sinnae ne coûtera pas plus cher, les produits sont bien positionnés », avance le viticulteur. Par ailleurs, « tous les produits Maison Sinnae auront d’ici l’an prochain une certification d’entreprise ou un label vert », affirme Philippe Pellaton, arguant de la certification RSE, pour Responsabilité sociétale de l’entreprise, ou l’objectif d’avoir 70 % de produits labellisés HVE, pour Haute valeur environnementale, d’ici deux ans. Maison Sinnae est déjà bien partie, puisque « nous avons 14 vignerons (sur les 200 de la cave, ndlr) HVE niveau 3, sachant que pour l’instant il y en a 40 dans toutes les côtes du Rhône », présente-t-il. Par ailleurs, les vins de la gamme Sinnae seront équipés d’un timbre de garantie interactif permettant d’authentifier les vins et de « les faire parler », selon les termes du président. Ainsi, le client pourra, avec son smartphone en flashant l’étiquette, être redirigé vers des fiches produits, terroir ou techniques, et sur les ingrédients, conformément à la nouvelle directive européenne.

Le changement de nom prépare également une nouvelle phase d’investissements. Il est notamment prévu de déménager la partie embouteillage et stockage, qui se trouve à Chusclan « dans des locaux trop petits et en zone inondable », à Laudun. Il est également prévu « de rénover les deux caveaux de dégustation, pour les rendre dignes de nos ambitions », ajoute le président. Ces travaux se feront d’ici 18 mois.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Et aussi :

Maison Sinnae en chiffres : la cave compte 200 vignerons et 52 salariés, et produit en moyenne 130 000 hl par an sur ses 2 811 hectares, 55 % en AOC Côtes du Rhône, 30 % en IGP Oc et Gard et 15 % en AOC Côtes du Rhône villages. 69 % de la production est en rouge, 19 % en rosé et 12 % en blanc. La cave vend 31 % de sa production à l’export, et réalise un chiffre d’affaires consolidé de 23 millions d’euros hors taxes.

Pourquoi Sinnae ? : « Nous avons mis 24 mois pour trouver le nom, ça a été difficile », rembobine Philippe Pellaton. Il a donc été décidé de « repartir des fondamentaux, le terroir, et ce qui nous unit, c’est le Camp de César », explique-t-il. Jules César, dont la première épouse s’appelait Sinnae, un nom que la cave avait déjà utilisé pour un vain, et qui a convaincu les vignerons de la cave.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité