Actualités

BESSÈGES Le préfet vient parler santé et sécurité

Didier Lauga a découvert le dispositif de vidéoprojection installé sur Bessèges. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Sous un temps maussade, le préfet du Gard, Didier Lauga, est venu passer une partie de sa journée de vendredi à Bessèges pour évoquer plusieurs sujets, dont la Maison de santé et la gendarmerie, avec le maire Bernard Portalès.

Il fut un temps où Bessèges était la troisième ville du Gard, après Nîmes et Alès. « C’était vers 1875. Il y avait 11 000 habitants ! », précise fièrement Bernard Portalès, maire depuis 2001, en souvenir de cette époque où l’activité houillère des Cévennes était à son apogée. Si aujourd’hui, les mines de charbon ont fermé et les gueules noires ont disparu, faisant tomber la population à 3 000 habitants, Bessèges reste « dynamique », assure le premier magistrat qui défend bec et ongles sa commune. « Contrairement à ce que l’on entend, il se passe plein de choses ici. Il y a une vie ! », répète l’édile qui compte se représenter en 2020.

Faire le deuil de la gendarmerie

La venue du préfet du Gard, Didier Lauga, à Bessèges était donc une formidable occasion d’évoquer la vie locale, ses réussites mais aussi ses difficultés et parfois ses déceptions. La dernière en date remonte à cet été, lorsque la brigade de gendarmerie, dont les locaux étaient devenus trop vétustes, a définitivement baissé le rideau.

« La population a été très marquée par cette fermeture », souligne le maire. « Nous avons voulu construire de nouveaux locaux mais nous n’avons pas obtenu les autorisations à cause du terrain qui était en zone inondable. Même en faisant une dalle de 50 centimètres plus haut, ce n’était pas possible », regrette Bernard Portalès, encore légèrement à vif.

Un sujet sensible pour lequel Didier Lauga admettra que l’État français a des « règles strictes » et va « peut-être trop loin dans la précaution » avant de tenter de rassurer le maire : « Le secteur de Bessèges ne sera pas abandonné. J’ai pris l’engagement de maintenir un service à un même niveau de qualité. » Relocalisés à Saint-Ambroix, les effectifs de gendarmerie sont régulièrement présents à Bessèges pour tenir des permanences dans les locaux de la police municipale et effectuer des patrouilles à travers la ville. « Les habitants nous disent qu’ils n’ont jamais vu autant les gendarmes depuis que la brigade est fermée », assure le lieutenant Servant-Roumey, en charge de la communauté de brigades de Saint-Ambroix.

Pérenniser la Maison de santé

L’autre dossier majeur de la commune cévenole porte sur la Maison de santé pluri-professionnelle. Ouverte depuis avril 2015, elle ne désemplit pas et draine près de 7 000 habitants dont certains, à défaut de médecins dans leur commune, viennent parfois d’Ardèche ou de Lozère pour se faire soigner. « Lorsque nous avons commencé, nous étions 19 professionnels. Aujourd’hui, nous sommes 26 ou 27 », indique le docteur Justet.

Soit cinq médecins généralistes, treize infirmières, deux kinésithérapeutes, un ostéopathe, deux podologues, un médecin pédopsychiatre, etc. Salariés et libéraux se partagent les lieux, devenus trop petits pour accueillir tout le monde. « Nous voulons construire une extension de 100 m² », explique le maire au préfet. La réponse espérée de Didier Lauga ne se fait pas attendre : « On financera cet agrandissement avec vous. »

Agrandir, c’est bien, pérenniser, c’est encore mieux. C’est le message exprimé par le docteur Justet, médecin depuis 35 ans : « J’ai travaillé douze ans sur ce projet de Maison de santé. L’objectif, c’est qu’elle continue à vivre quand les anciens médecins s’en iront. Nous sommes dans une logique de transmission. » Pour transmettre, de jeunes médecins ont rejoint l’équipe de la Maison de santé. « Ils découvrent ici la pluridisciplinarité et c’est un paradigme qui leur convient. » Et ce n'est pas les patients qui s’en plaindront.

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité