A la uneFootballSports Gard

JEUDI SPORT Croire en ses rêves avec Sportifs 2 Cœur

Mourad Bensakina, éducateur et Éric Sabin, fondateur de Sportifs 2 Cœur (Photo Corentin Corger)

Fondée en 2007 par l'ancien joueur professionnel Éric Sabin, Sportifs 2 Cœur est une association devenue un club de football qui donne l'opportunité à des jeunes joueurs de tous horizons d'intégrer ensuite un centre de formation afin de réaliser leurs rêves : devenir footballeur professionnel. 

Pour les supporters nîmois les plus anciens, Éric Sabin n'est pas un nom inconnu. Cet attaquant faisait partie de la fameuse épopée de 1996 où les Crocos ont atteint la finale de la Coupe de France, battus 2-1 par Auxerre. Natif de Sarcelles, il a porté le maillot rouge de 1994 à 1999, puis est revenu finir sa carrière lors de la saison 2008/2009. Une période où le footballeur avait déjà entamé sa reconversion. Dès 2007, Éric Sabin lance l'association Sportifs 2 Cœur. Pour des raisons personnelles, il souhaite améliorer le quotidien des personnes atteintes de handicap.

Alors le Martiniquais décide d'organiser des matches de charité et des événements caritatifs "chez moi aux Antilles, on avait réalisé une grande fête du football avec notamment Karim Benzema et le groupe Kassav'. On avait pu aider différentes familles", détaille le principal intéressé qui n'opérait pas qu'en Martinique. "À Pablo-Neruda, à Nîmes, on avait organisé un tournoi de foot fauteuil et on avait permis à un jeune du Mas de Mingue de s'équiper pour pratiquer ce sport." La terre de ses ancêtres et le Gard, sont "ses deux pays" comme aime fièrement le dire Éric.

Le club a démarré avec une catégorie U11 (Photo S2C)

Progressivement, l'ancien footballeur va changer de cible et se tourner sur les jeunes footballeurs âgés de 10 à 16 ans. "Mon but c'est de mettre en lumière ceux qui ne sont pas des évidences. Des jeunes qui ont connu des premiers échecs ou issus des quartiers, qui n'ont pas la chance de jouer au Nîmes Olympique et de leur permettre de rentrer dans des structures pour jouer à haut niveau. Sofiane Alakouch, issu du Chemin Bas, c'est un accident industriel", félicite-t-il. Alors pendant quasiment trois ans, en compagnie notamment de son associé Mourad Bensakina, Éric va détecter des footballeurs en herbe dans le Gard mais aussi originaires de Martinique.

Plus de 30 joueurs ont intégré des centres de formation

À l'image de Patrick Burner, actuellement joueur pro à l'OGC Nice, qui a bénéficié du soutien de Sportifs 2 Coeur (S2C) en 2012. Proposé à Nîmes, qui l'a refusé, ce défenseur a signé à Fréjus avant d'être repéré par le club des Aiglons. Après trois ans à effectuer des matches amicaux, Éric décide en 2013 de monter un véritable club et de s'affilier à la FFF. Le siège se trouve à Milhaud où la municipalité lui prête les infrastructures. Partis avec six garçons, S2C a au total permis à une trentaine de joueurs d'intégrer par la suite un centre de formation. Cette structure se place comme une académie entre un club classique et un centre de formation. "Il y a beaucoup de talents dans le Gard et le Nîmes Olympique ne peut pas tous les déceler", commente son fondateur. Une possibilité supplémentaire pour dénicher des pépites et leur donner une opportunité d'éclore.

Une expérience du monde professionnel transmis à ces jeunes joueurs qui sont dans l'adolescence (14,15 ans) et qui rêvent de devenir footballeur. Mais la vocation de Sportifs 2 Cœur n'est pas que sportive : une vingtaine d'enfants ont signé un contrat dans lequel ils s'engagent à obtenir une certaine moyenne scolaire, en association avec les parents. "L'enfant est acteur de son projet et il prend conscience de ses qualités sportives", complète Éric Sabin. Une exigence déjà importante qui pousse certains éléments à arrêter.

Un futur joueur du Nîmes Olympique se trouve dans ce vestiaire ? (Photo S2C)

Actuellement, le club compte une cinquantaine de licenciés répartis en deux équipes : une en catégorie U15 et la seconde en U16. La première est entraînée par Mourad et les plus âgés sont sous les ordres de l'ancien Croco et évoluent en Régional 1. Jouer au plus haut niveau régional quand on est un "petit" club est une performance louable car au total la structure ne compte que quatre éducateurs. C'est la troisième saison consécutive que l'équipe évolue en R1 avec deux précédents maintiens acquis de justesse. "Jouer le maintien, c'est plus formateur. Les joueurs apprennent à ne pas baisser les bras", commente le coach.

S2C a choisi de rester indépendant et de ne pas créer de partenariat direct avec un club professionnel, en particulier. Des rencontres sont régulièrement organisées avec les équipes élites locales et ces dernières années, sous la houlette de Christian Mattiello (ancien directeur du centre de formation), le Nîmes Olympique n'a pas hésité à puiser dans la pépinière Sabin. "Cinq-six joueurs ont intégré les Crocos et deux sont actuellement avec les U17 Nationaux : le capitaine Jessy Breslau et Max Bonalair", se réjouit-il. Sa fierté serait évidemment de les voir devenir professionnel mais Éric avoue : "je serais peut-être même plus fier si un autre jeune que j'ai aidé devenait médecin." Cela montre la volonté peu importe les rêves de ces jeunes, d'y croire avec eux.

Pour l'instant, il ne souhaite pas s'agrandir davantage, "on a été jusqu'à 100 licenciés et après ça dépassait l'esprit de la maison". Sans faire de bruit, à l'image de son caractère, il veut poursuivre avec Mourad à repérer, développer et accompagner des jeunes dont pour la plupart, le football peut devenir une véritable motivation dans la vie.

Corentin Corger

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité