A la unePolitique

LE 7H50 de Jean Denat : « Je ne fais pas campagne contre le RN mais pour Vauvert ! »

Jean Denat, maire socialiste de Vauvert et conseiller régional du Gard (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le maire socialiste sortant est candidat à un deuxième mandat. Cinq ans après sa défaite aux départementales, Jean Denat joue son va-tout en Petite Camargue. Interview.

Objectif Gard : Vous êtes candidat à un deuxième mandat. Pourquoi ?

Jean Denat : Vous savez, si j’ai dû me porter candidat assez tôt, c’est uniquement pour respecter les statuts de mon parti. Les militants se prononceront sur ma candidature le 21 novembre. Pour moi, le temps de la campagne n’est pas venu. Jusqu’au bout mon équipe municipale respecte le contrat avec les Vauverdois. Sur les raisons de ma candidature, je me représente pour terminer le travail. Le début de notre mandat a été très difficile. La situation financière que nous avons trouvée était catastrophique…

« Je ne suis pas arrivé en politique dans le bec d’une cigogne »

Quel bilan tirez-vous de ces cinq ans passés au pouvoir ?

Comme je vous l'ai dit, quand nous sommes arrivés aux affaires, nous avons trouvé une situation financière catastrophique, un service public laminé. L’exemple le plus parlant ? L’endettement. Pour les villes de 10 000 à 20 000 habitants, il tourne en moyenne autour de 930€ par habitant. Or, à Vauvert, nous étions à 1 470€ ! Autant dire que dans ces conditions, vous n’avez pas un banquier qui vous suit ! Aujourd’hui, la dette s’élève à 12,7 M€ contre 15,3 M€.

Comment avez-vous redressé les comptes ?

Nous travaillons pour élargir l’assiette fiscale, en portant des projets d’aménagement et de rénovation du centre-ville. Il n’y a jamais eu autant d’échafaudages à Vauvert ! Ce qui aura marqué le mandat, c’est l’aménagement de l’avenue de la République (1,6 M€), repensée complètement. Nous sommes allés chercher partout des moyens. Sur la rénovation des quartiers d’habitat social (quartier des Costières et autour de la gare), nous avons décroché 15 M€ de subventions sur un projet de 17 M€. Nous portons en lieu et place du foyer Loustau, la création d’un espace sanitaire et social avec la réalisation d’une maison de santé, d’une crèche et d’habitats inclusifs. D’ailleurs sur ces projets, nous avons obtenu l’unanimité du conseil municipal.

Votre mandat a toutefois été marqué par un échec : le lycée, finalement construit à Sommières... 

Je regrette que le Conseil régional n’ait pas partagée notre analyse. Depuis 1998, nous pensons toujours que notre ville doit être dotée d'un lycée.

Être conseiller régional, est-ce un plus ? Avez-vous plus de subventions pour votre commune ?

La Région n’accorde pas d'aide en fonction de la couleur politique. Ceux qui pensent comme ça sont encore dans le vieux monde. Notre équipe a su mobiliser des fonds en présentant des dossiers solides. Après, je ne suis pas arrivé en politique dans le bec d’une cigogne. J’ai une histoire, un parcours professionnel et associatif. J’ai des connaissances, des liens avec des élus. Le fait d’être à la Région permet une meilleure connaissance de certains dispositifs pour mieux pouvoir y prétendre.

Ancien président du Conseil départemental, vous avez perdu aux élections de 2015. N’êtes-vous pas l’homme à abattre en Petite Camargue ?

Pour certains je suis l’homme à abattre et pour d’autres, l’homme à sauver. Petite précision : j’ai perdu sur le canton en 2015, mais pas sur Vauvert : j’ai fait 51% et le RN (Rassemblement national) a fait 49% au second tour. Chaque élection a sa vérité.

« Le RN n’a rien apporté à ce territoire »

La campagne risque néanmoins d’être difficile. La Droite n’a, pour l’heure, pas de candidat. Un duel avec le RN s’annonce…

Je ne fais pas campagne contre le RN mais pour Vauvert ! Nicolas Meizonnet (conseiller départemental RN de Vauvert, ndlr) est le produit d’un système. Le RN n’a rien apporté à ce territoire qui perd beaucoup d’argent et de possibilités de se développer. Je respecte le choix des électeurs mais je ne sais pas s’ils l’ont mesuré. Même s'il était dans l'opposition, Étienne Morurut a travaillé ses dossiers avec acharnement. Ça ne l’a jamais empêché d’être au contact des gens, de tenir des permanences… De travailler tout simplement.

Enfin, la porte à LREM (La République en marche) est-elle toujours fermée ?

Il n’y a pas d’accord politique. C’est aussi simple que ça. À Vauvert, je conduirai une liste de rassemblement. On me connaît. Nous porterons un projet humaniste pour la ville de Vauvert avec des gens dont la politique n’est pas la première des préoccupations.

Propos recueillis par Coralie Mollaret

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité