A la unePolitique

NÎMES La députée Françoise Dumas réplique concernant la polémique sur sa piscine

Françoise Dumas aux côté de Jean-Paul Fournier et Franck Proust dans les arènes de Nîmes lors de la dernière Feria de pentecôte  (Photo : archives Objectif Gard)

Ce samedi 16 novembre, lors du conseil municipal, le maire de Nîmes a décidé de retirer à la dernière minute, la délibération sensible qui régularisait l’achat d’un terrain après la construction de la piscine de l'élue François Dumas. La députée a choisi Objectif Gard pour s'exprimer après plus d'une semaine de polémique et de répondre au maire de Nîmes après le retrait de la délibération. Morceaux choisis.

Son absence et le retrait de la délibération

"En premier lieu, Monsieur le maire ne pouvait pas découvrir mon absence en séance puisque je la lui ai signifiée par courrier, confirmé par mail, le 4 novembre. Les raisons de mon absence étaient simples. Tout d’abord, et je l’avais déjà indiqué, je ne souhaitais en aucune manière influencer le vote de mes collègues en conseil municipal. Ensuite, tant au regard des règles du Code général des collectivités territoriales que du Code pénal, un élu concerné par une délibération n’a pas le droit de participer au vote de celle-ci, ni même à sa préparation. Ce à quoi je me suis astreinte rigoureusement. Ma simple présence aurait en effet rendu cette décision juridiquement contestable, ce que Monsieur le maire ne peut pas ignorer. Enfin, et en tout état de cause, je tenais à l’informer que je ne pouvais pas être présente, compte tenu de mon agenda parlementaire (un déplacement officiel auprès de Monsieur le Premier ministre)."

Ses réponses face à la polémique

"Depuis le début de cette polémique, je tiens à rappeler que je n’ai jamais caché la construction de cette piscine, pour laquelle, préalablement à sa construction, j’avais légalement déposé une demande d’autorisation de travaux en mars 2012, il y a plus de sept ans, et pour laquelle je n’ai eu aucune suite jusqu’en 2017. Depuis 2017, j'ai régulièrement des contacts avec les services de la Ville pour régulariser cette situation, proposant même une destruction ; jugée inutile par ces mêmes services. C’est donc en totale transparence que depuis lors, j’ai effectué et pris en charge, en toute confiance, les démarches de régularisation demandées par les services de la ville de Nîmes et de l’Agglomération, concernant l’emplacement de ma piscine, dont empiétement sur le domaine public est inférieur à 10 m2.

Sur le fond de ce dossier, je communiquerai ultérieurement lorsque j’aurai accès à toutes les pièces administratives me concernant, pièces que j’ai demandées par écrit le 4 novembre dernier."

Sa place d'élue face à la polémique

"En tant qu’élue, comme tout citoyen, je suis légitimement soumise au respect de la loi. Mais je dois également pouvoir bénéficier, après une erreur reconnue, des mêmes possibilités de régularisation qu’un autre administré dans la même situation. Je constate à ce titre que, lors de la séance du samedi 16 novembre, Monsieur le maire a lui-même indiqué que son conseil municipal avait déjà validé, depuis 2016, « à sept reprises […] des délibérations de régularisations similaires à des prix toujours inférieurs.

Je ne doute pas que celles et ceux qui ont conseillé au maire de Nîmes de retirer au dernier moment cette délibération, qui avait été présentée sur proposition des services de la ville de Nîmes et après validation en commission,l’ont fait avec toute la rigueur et l’honnêteté nécessaires, indispensables pour assurer un traitement parfaitement objectif de ce type de dossiers."

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

4 réactions sur “NÎMES La députée Françoise Dumas réplique concernant la polémique sur sa piscine”

  1. « j’avais légalement déposé une demande d’autorisation de travaux en mars 2012 » : Légalement, on ne peux pas construire sur un terrain qui ne nous appartient pas.

    « Depuis 2017, j’ai régulièrement des contacts avec les services de la Ville pour régulariser cette situation, proposant même une destruction » : Cesser de proposer et faites alors ! Agissez ! Détruisez  »

    « concernant l’emplacement de ma piscine, dont empiétement sur le domaine public est inférieur à 10 m2 » : on parle pourtant d’un terrain de 320m2 et non de 10m2… !

    Les élus devraient montrer l’exemple pourtant….

  2. Déposer une autorisation de construire sur terrain qui n’appartient pas à la personne qui fait la demande. Même un illettré n’oserait pas le faire.
    Ne faut il pas être un peu mal honnête pour le faire, voir se sentir intouchable. Enfin une députée de la République ne peut pas ignorer cette règle élémentaire. Si son voisin avait empiéter sur sa propriété, je doute qu’elle aurait accepté ce vol de propriété.
    Se réfugier derrière une autorisation sans réponse, c’est me semble t’il abuser de la situation et oublier une nouvelle fois que l’on ne construit pas chez autrui. Finalement elle persiste et signe.
    A mon avis elle a eu un avis favorable de ses amis d’hier et aujourd’hui elle est piégée par les mêmes devenus opposants, cependant elle reste sans gêne d’avoir oser construire sur le terrain municipal
    A l’époque elle était socialiste et trouvait normal de le faire.
    Aujourd’hui elle est LREM, elle trouve normal et se défausse sur les autres. C’est bien l’esprit des marcheurs. Elle apprend vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité