ActualitésSociété

NÎMES Les Lettres de mon moulin reçoivent Ragougneau superstar

La librairie se situe boulevard Alphonse-Daudet (Photo Anthony Maurin).

Ce vendredi 22 novembre, la librairie Aux lettres de mon moulin organise une rencontre avec Alexis Ragougneau pour la présentation de son dernier roman " Opus 77 " paru aux éditions Viviane Hamy et qui a été finaliste du Prix Fémina 2019.

Voilà une soirée " Aux Lettres " qui s'annonce plus que bien. Une session dédicaces dès 18h pour bien la commencer puis une soirée entretien-lecture à partir de 19h (entrée libre mais sur réservation).

Né en 1973, Alexis Ragougneau a fait une entrée remarquée dans le monde littéraire grâce à ses deux premiers romans policiers, La Madone de Notre-Dame et Évangile pour un gueux, parus dans la collection "Chemins Nocturnes". Les lecteurs, les libraires et les journalistes se sont montrés enthousiastes, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Touche à tout de génie, il décide de s’affranchir des règles pour explorer plus librement la création romanesque. Niels, un roman d’une rare puissance, voit le jour et celui-ci retient l’attention des jurés du prix Goncourt 2018. Également auteur de théâtre, il a publié plusieurs pièces aux éditions de L’Amandier et La Fontaine.

Photo d'illustration (Photo DR).

Avec Opus 77, l’auteur s’immisce dans les coulisses de la musique classique. Au rythme des cinq mouvements de ce concerto pour violon de Chostakovitch qui a donné son nom au livre, il propose à la fois une histoire familiale pétrie de silences et de non-dits, un portrait de femme qui allie force et fragilité ainsi qu’une étude des liens qui peuvent unir l’artiste au monde.

Petite explication avec le résumé de ce nouveau livre... Tout commence par un long recueillement dans une basilique genevoise : Classens est mort. L'assistance attend qu'Ariane entame la marche funèbre que l'on se doit de jouer, traditionnellement, pour célébrer les grands hommes. À la stupéfaction générale, la partition choisie est différente : ce sont les notes du concerto de Chostakovitch pour violon et orchestre, le fameux Opus 77 du compositeur russe qui s'élèvent vers les hauteurs de la cathédrale. La raison ? Cette œuvre est la toile sur laquelle s'est tissé, au fil des ans, le destin tragique de la famille Claessens.

C'est une mise à nu sans pitié, rythmée par les cinq mouvements du concerto, qu'offre aux auditeurs et aux lecteurs sidérés une jeune femme de 27 ans. Qu'est-ce donc qu'être un enfant "prodige" ? Qu'attend donc un père de ses enfants et notamment de son fils aîné ? Pourquoi David a-t-il sabré son génie en une seule soirée, lors de la finale du plus prestigieux des concours musicaux ? Et Ariane, pourquoi s'est-elle enfermée dans le rôle de la soliste à la beauté froide, à la virtuosité diabolique ? Qu'est-il advenu de l'amour fulgurant qui avait uni leurs parents dès le premier regard.

Les souvenirs remontent et s'écorchent aux arpèges vertigineux d'une pièce musicale qui semble la représentation d'un XXe siècle à feu et à sang.

Aux lettres de mon moulin, 12 boulevard Alphonse Daudet à Nîmes. Contact par mail ici auxlettresdemonmoulin@wanadoo.fr, par tel à 04.66.67.21.58.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité