ActualitésSociété

NÎMES Saint-Césaire a fêté ses 1 000 ans !

Une nouvelle table rectangulaire a été mise en place, rappel historique.

Le quartier a fêté ses 1 000 ans le week-end dernier et la nouvelle table rectangulaire fut mise en place (Photo Dominique Marck/ville de Nîmes).

C'est un vrai village dans la ville, une sorte de partie sauvage annexée voilà bien des années par la grande romaine, Saint-Césaire fêtait ses mille ans.

Le 30 novembre dernier était inaugurée une table de pierre dans le vieux Saint-Césaire. Cet ouvrage lapidaire rectangulaire, financé par l'association du patrimoine de Saint-Césaire (installée par les services de la Ville) est une copie plus petite de l'ancienne table de perception de la dîme du village.

En effet, du XIe au XVIe siècle, les villageois y versaient en nature leur impôt à leurs protecteurs qui n'étaient autres que les Chanoines puis les Consuls de Nîmes. Le docte collège des consuls de Nîmes était ainsi présent pour l'événement.

C'est dans le quartier dit de la " table ronde ", le berceau véritable du village, qu'elle se situe. Ronde ou rectangulaire ? Le doute persistait mais un témoignage confirme que cette table, disparue depuis longtemps, était bien rectangulaire. C’est au moment de la dénomination officielle des rues de Saint-Césaire, dans les années 1970, qu’elle est devenue ronde de manière fantaisiste.

On rétablit la vérité

Pour rétablir la vérité, une plaque patrimoniale a également été inaugurée au niveau du porche adjacent, bâti le plus ancien encore visible qui était autrefois le seul accès à l’habitat d’origine fondé par des chanoines de Nîmes. Ces derniers avaient par ailleurs installé un prieuré destiné à la gestion de leurs terres agricoles.

Comme ce petit ensemble de maisons accolées les unes aux autres était clos, dans le même aspect qu'il l'est actuellement, on le désignait comme étant prieuré fortifié. Cet îlot originel s’est agrandi et Saint-Césaire est devenu au XIIe siècle le siège d’une charité, où était perçue, la dîme sur les récoltes.

En installant une réplique de la table en pierre sur son emplacement historique, l'association et la Ville ont symboliquement voulu rendre à ce quartier son appellation d’origine. Cette initiative s'inscrit dans le programme des célébrations du millénaire de Saint-Césaire, débutées cet été et qui se prolongeront jusqu'en 2021.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité