A la uneActualitésSociété

GARD Ça coule de source pour le Département

Didier Lauga, préfet du Gard, Denis Bouad, président du Département, et Dominique Colin, directeur régionale de l'agence de l'eau (Photo Anthony Maurin)

L’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse vient de dévoiler son onzième plan d’actions : " Sauvons l’eau ! ". Un accord-cadre vient d'être signé entre le Département du Gard et l’Agence de l’eau.

Voilà un accord qui a du chien. Un accord-cadre qui précise les modalités de collaboration entre les deux partenaires pour relever, ensemble, les défis pour l’eau et pour l’adaptation au changement climatique. Pour le président du Département, Denis Bouad, " notre collectivité est l'outil de proximité qui accompagne les communes au quotidien. Nous avons revu et corrigé notre partenariat car les problématiques sont nombreuses. L'agriculture est importante pour le Gard, nous devons avoir une vision plus globale de la gestion de l'eau à cause du réchauffement climatique. Je deviens plus écolo que les écolos !"

La nouvelle station d'épuration d'Aubais (Photo : Coralie Mollaret)

L’enveloppe financière estimée sur la durée du contrat est de 330 millions d'euros et les financements du Département devraient atteindre 53,4 millions d'euros, soit environ 9 millions d'euros par an. " On ne peut pas accepter d'avoir un rendement de 50 à 60 % pour nos réseaux d'eau ! Nous devons viser les 80 % et il faut que les élus en prennent conscience. Notre marge de progression est énorme mais nous ne devons plus accepter les stations d'épuration qui rejettent des eaux noires quand on connaît les avancées techniques actuelles ! ", conclut Denis Bouad qui a également évoqué les  travaux actés du barrage de Sainte-Cécile d'Andorge et la collaboration gardoise avec le Symadrem.

Une lutte qui débute réellement aujourd'hui

Département du Gard et l’Agence de l’eau ont donc décidé d’agir de façon concertée, coordonnée et complémentaire dans le respect des prérogatives de chacun, de mutualiser leurs expertises et de mettre en synergie leurs financements pour relever ensemble les défis de l’eau dans un contexte de changement climatique.

Lutter contre les formes de pollution pour poursuivre l'amélioration de la qualité des eaux, s'adapter au changement climatique et porter une réflexion prospective pour une amélioration de la gestion quantitative de l'eau sont les enjeux premiers. Au rayon des priorités, les partenaires souhaitent redonner aux rivières leur fonctionnement naturel, sauvegarder les milieux humides et préserver la biodiversité.

(Photo Anthony Maurin).

" C'est un contrat pour six ans afin d'atteindre nos objectifs. Nous travaillons très bien avec le Département du Gard, c'est le meilleur en la matière et ce depuis longtemps, annonce Dominique Colin, directeur régional de l'Agence de l'eau. Nous avons ici une bonne productivité et, si les projets sont techniques, nous avons la proximité de vos services pour les étudier et les accompagner. "  Le précédent contrat a garanti un effet levier maximal sur l'investissement dans les travaux publics. Ainsi, 198 millions d'euros ont été soutenus au titre du petit cycle de l'eau.

Pour les opérations prioritaires, le Département apportera une aide à hauteur de 30 % au lieu de 25 dans le précédent contrat. Pour les opérations contribuant à la reconquête de la qualité des masses d'eau, sur les secteurs ciblés par le réseau de suivi des cours d'eau, outre son assistance technique, le Département pourra apporter une aide incitative à hauteur de 50 %.

 Didier Lauga : " J'ai les noms "

" Merci de m'avoir invité, je suis là en tant qu'ami du Département ! Le préfet intervient sur l'eau. Toutes les communes gardoises sont concernées par les risques d'inondation, c'est très rare en France, termine le préfet du Gard, Didier Lauga. Nous devons travailler sur l'assainissement, sur le manque de terre et la gestion de l'eau. Des communes, dont j'ai les noms, font l'objet de contentieux européens ! Heureusement qu'il y en a d'autres, exemplaires, qui travaillent. D'autres  progressent et montrent qu'elles veulent aller dans le bon sens mais j'ai failli bloquer l'urbanisme d'une ville du Gard rhodanien. C'est un problème de santé publique, les petits ruisseaux font les grandes rivières. "

Denis Bouad et  Dominique Colin signent le nouveau contrat-cadre (Photo Anthony Maurin)

Avec plus de 7 000 nouveaux habitants chaque année, le Gard doit penser à l'avenir et à la ressource vitale qu'est l'eau. C'est le sujet majeur du département pour les vingt ans à venir. L'enveloppe financière estimée est de 330 millions d'euros et les financements du Département devraient atteindre près de neuf millions d'euros par an. L'Agence de l'eau pourrait doubler l'aide du Gard ce qui permettrait, en moyenne, d'apporter 50 % d'aide aux collectivités qui réalisent des travaux.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité