Actualités

GRAND AVIGNON Vers un Programme alimentaire territorial pour l’Agglo

Lors de la signature de la convention, mercredi au Grand Avignon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

« C’est important, l’assiette » : la petite formule du président de l’Agglo du Grand Avignon, Patrick Vacaris, résume les enjeux de ce Programme alimentaire territorial (PAT).

Un PAT dont l’Agglo va se doter : les conventions lançant les grandes manœuvres pour la mise en place de ce document ont été signées mercredi. Il faut dire que, côté alimentation et plus particulièrement agriculture, l’Agglo se défend plutôt bien : « Nous sommes l’aire urbaine repérée comme ayant la plus grande autonomie alimentaire de France. Nous avons 460 agriculteurs sur notre aire urbaine et 18,8 % de surface en bio, contre 6 % au niveau national », s’enorgueillit Patrick Vacaris. Parallèlement, l’Agglo compte sur son territoire l’INRA, ou encore le pôle de compétitivité Terralia, qui font autorité dans le domaine.

Les richesses, l’Agglo les a, donc. D’ailleurs, elle est lauréate du Programme national de l’alimentation et de l’appel à projet PAT de la région Sud PACA. De quoi lancer ce PAT de la meilleure des manières, « dans l’idée d’insuffler une dynamique entre tous les partenaires. Elle existe déjà, mais ça nous permet de l’asseoir », note la première vice-présidente de l’Agglo, Cécile Helle.

Le PAT va être bâti autour de quatre enjeux thématiques : renforcer et diversifier les productions agricoles à l’échelle de l’Agglo, en promouvant des modes respectueux de l’environnement ; valoriser une alimentation saine accessible à tous ; développer l’économie sociale et solidaire grâce aux activités agricoles et alimentaires et rendre exemplaire l’approvisionnement de la restauration collective territoriale.

Un comité de pilotage mis en place

Des enjeux importants, pour lesquels le PAT va permettre la mise sur pied d’actions « très concrètes », avancera la vice-présidente, notamment sur la sauvegarde du foncier agricole du territoire. L’enjeu est aussi économique, l’agriculture restant « un des employeurs principaux » du territoire, soulignera pour sa part le conseiller régional Michel Bissière. Et environnemental ! « L’alimentation représente 25 % des émissions de gaz à effet de serre », affirmera le directeur régional de l’ADEME PACA, Yves Le Trionnaire.

Plus globalement, et dans un contexte pas évident pour les agriculteurs en ce moment, entre défiance et même agressions « le PAT est là pour réconcilier l’agriculteur avec son territoire », souligne Patrice de Laurens, directeur de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt pour la région PACA, émanation du ministère de l’Agriculture. L’aspect concret des actions qui vont être mises en oeuvre dans le cadre de ce PAT doit ainsi permettre de remplir cet objectif. « Ce type de démarche peut, en valorisant les bonnes pratiques, montrer qu’on peut progresser et que les choses ne sont pas aussi basiques qu’on pourrait le croire », poursuit-il.

« Il y a une volonté de concilier », ajoute le préfet de Vaucluse, Bertrand Gaume, qui veut avec le PAT « mettre tout le monde autour d’une table. » L’aspect sensibilisation et communication a également été mis en exergue par le préfet, comme l’approvisionnement de la restauration collective en agriculture locale et au maximum bio. Prochaine étape, la constitution d’un comité de pilotage à la mi-janvier qui mettra rapidement en place les premières actions.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité