ActualitésSociété

NÎMES Conte et atelier au Musée de la romanité

Ensemble de statues retrouvé route de Beaucaire (Photo Anthony Maurin).
(Photo Archives Anthony Maurin).

La magie des fêtes de fin d’année se vit aussi au Musée de la romanité avec " Conte aux Saturnales ", un conte et un atelier pour les plus jeunes qui découvriront, les 21, 22 et 23 décembre 2019, l’ancêtre des fêtes de Noël durant l’Antiquité : les Saturnales…

Bien avant l'émergence du symbole costumé de rouge et de blanc grâce à une marque américaine d'une boisson à bulles qui n'est pas nôtre Perrier gardois, les êtres humains célébraient cette période de l'année. Retour en arrière au Musée de la romanité pour vous prouver, une fois n'est pas coutume, qu'à l'époque, les fêtes avaient un tout autre sens !

Dans l’Antiquité, avant le 25 décembre, sont célébrées les Saturnales. En effet, le 21 décembre est la nuit la plus longue de l’année… Après cette nuit, le jour est de retour et marque la victoire de la lumière sur les ténèbres. Il était donc coutume de fêter Saturne, dieu de l’agriculture, puisqu’avec le retour du jour viennent les abondantes récoltes. À cette occasion, on organisait de grands repas dans la joie, on échangeait des cadeaux, tout le monde était libre, même les esclaves !

C’est ce moment de festivités que sont invités à découvrir les plus jeunes. À travers le récit de Léna, une vieille nourrice grecque qui réunit autour d’elle les enfants de la maison, ils vont découvrir ses histoires venues de loin, celles de son enfance, du fond des temps… Puis, lors de l’atelier, ils réaliseront un soleil invaincu (Sol Invictus), représentant le triomphe de la lumière.

Le samedi 21 décembre à 15h et le lendemain 22 décembre à 10h30 et 15h. Enfin, le lundi 23 décembre à 10h30 et 15h à l'auditorium du Musée de la romanité (accès par le jardin), 5 à 10 ans (un accompagnant obligatoire). Durée d'1h30 tarifs enfant à 6 euros, accompagnant à 12 euros (réduit 9 euros). Conditions tarifaires et réservations ici.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité