ActualitésPolitique

UZÈS Secteur sauvegardé : l’opposition tire à boulets rouges sur Jean-Luc Chapon

Jeudi soir, lors du conseil municipal d'Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ce n’est habituellement pas un sujet polémique, dans une ville considérée par beaucoup comme un joyau patrimonial. Pourtant jeudi soir, le Plan de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé a été l’occasion d’une vive passe d’armes entre l’opposante Lydie Defos du Rau et le maire d’Uzès, Jean-Luc Chapon, lors du conseil municipal.

Il s’agissait d’approuver le Plan de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé, et ainsi de mettre un terme à sa procédure de révision qui le voit étendu à une surface totale de 47 hectares. Un long processus, entamé il y a des années, et sur lequel l’opposante Lydie Defos du Rau, par ailleurs candidate aux municipales de mars prochain, a attaqué avec virulence le bilan de Jean-Luc Chapon.

Dénonçant le fait que « depuis 1983 (et l’élection de Jean-Luc Chapon, ndlr) aucune opération d’urbanisme d’envergure, même celles prévues, n’a été réalisée », Lydie Defos du Rau accusera ensuite le maire de « surfer depuis bientôt quatre décennies » sur le « formidable héritage » de ses prédécesseurs, « grâce à qui Uzès a repris vie et que son potentiel a pu être révélé. »

Reprenant ensuite des chiffres du rapport, l’opposante fustigera le bilan de Jean-Luc Chapon : « Entre 2003 et 2013, la population a baissé de 15 %, les résidences secondaires ont augmenté de 28 %, les logements vacants de 41 %. » Poursuivant, l’opposante évoquera « les logements en situation de vétusté ou d’inconfort et même d’insalubrité » dans le centre ancien. Lydie Defos du Rau estimera ensuite que les prix au mètre carré faisaient fuir les jeunes et les familles.

« Ces chiffres témoignent de votre incapacité à gérer les dérives mortifères qui conduisent lentement mais sûrement à transformer la ville en un parc d’attraction touristique saisonnier au détriment des Uzétiens qui ne peuvent plus s’installer à Uzès, reprendra l’opposante en s’adressant au maire. Là est votre véritable bilan. » Et l’opposante d’estimer que « la situation nécessiterait une politique volontariste. »

« On a l’impression que Zorro est arrivé », lui lancera le maire avec dédain, avant que le conseiller de la majorité Guy Attigui n’estime, à l’adresse de Lydie Defos du Rau que « nous ne devons pas habiter dans la même ville. Vous allez dire que depuis 1983 Uzès n’a pas changé ? » Jean-Luc Chapon coupera court au débat naissant en affirmant que l’opposante « raconte Uzès telle qu’elle n’a jamais existé », ce que contredira l’intéressée. La délibération sera tout de même votée à l’unanimité, comme les trois autres de ce qui était vraisemblablement la dernière réunion du conseil municipal du mandat.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité