ActualitésSociété

NÎMES HarmoNîmes en scènes et l’APA récompensées

Harmonîmes en scènes reçoit son prix (Photo DR).

La Fondation Banque Populaire du Sud vient d’attribuer 3 000 euros à l’association HarmoNîmes en scènes pour soutenir son action "L’Orchestre à l’école" à destination des enfants issus de quartiers prioritaires de Nîmes. Elle consacre aussi 2 000 euros au projet de l'APA pour l'aider à développer ses ateliers de confection destinés à sortir de l’isolement et à valoriser les femmes fragilisées.

Les projets "L’Orchestre à l’école d’HarmoNîmes en scènes et d’ateliers éco-couture de l’Association protestante d’assistance font partie des 13 initiatives récompensées par la Fondation Banque Populaire du Sud dans la catégorie innovation sociale et environnementale.

Avec "L’Orchestre à l’école", des enfants issus de quartiers prioritaires se rencontrent grâce la musique. De la pratique instrumentale (bois et cuivre) hebdomadaire au travail avec des artistes, l’ambition de l’association est de permettre à tous de vivre la musique et de se produire en concert. Les objectifs d’HarmoNîmes sont l’apprentissage collectif d’un instrument de l’orchestre symphonique et l’immersion dans la vie de l’orchestre, ainsi que la rencontre de professionnels de la musique et la découverte des métiers de la musique et du théâtre.

Des projets salvateurs

L’orchestre regroupe 70 enfants de cinq écoles et de deux collèges de Nîmes. Trois fois dans l’année, tous les enfants sont regroupés dans une Masterclass pour un travail intensif avec des musiciens professionnels et un chef d’orchestre reconnu. Plusieurs concerts sont donnés par l’orchestre dans différents lieux de la ville. En mai, l’association organisera à la Smac Paloma un concert de restitution du travail de l’année avec Muiyiwa Kunniji et son ensemble Osemako.

L’APA apporte quant à elle son soutien aux plus fragiles à Nîmes. Le principe du projet éco-couture est de réunir des femmes d’âges, de cultures, de langues, de milieux sociaux différents autour de la création et de la transformation de sacs à mains en matières recyclées de façon à rompre leur isolement et à mettre en avant leurs savoir-faire. L’association a découvert parmi ces femmes, souvent en grande fragilité sociale, des compétences artistiques et professionnelles : couturières, brodeuses…

Avec l’aide d’une styliste, l’APA vient de créer sa ligne et organise depuis septembre des ateliers de confection. En juillet et août 2020, l’association tiendra un stand et commercialisera les objets lors du marché artisanal des Jeudis de Nîmes pour donner une visibilité à ces créatrices. Les bénéfices des ventes seront réinvestis dans l’atelier ainsi que dans le soutien financier des participantes et des personnes accueillies par l’association.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité