A la unePolitique

UZÈS Municipales : Jean-Luc Chapon officiellement candidat avec Fabrice Verdier

Le maire sortant et candidat à sa propre succession à Uzès, Jean-Luc Chapon (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le maire sortant d’Uzès Jean-Luc Chapon est officiellement candidat à un septième mandat à la tête de la cité ducale. Il conduira une liste dans laquelle figurera le conseiller régional Fabrice Verdier.

C’est la fin d’un double secret de polichinelle : ce mercredi matin, Jean-Luc Chapon a officialisé sa candidature dans son QG de campagne du 20 boulevard Gide, et son alliance avec le conseiller régional socialiste, Fabrice Verdier. « Je ne suis pas lassé et même de plus en plus passionné », affirme-t-il à 78 ans, et il le dit : « Je me présente la tête haute. »

Jean-Luc Chapon se présente donc une nouvelle fois, à la tête d’une liste « renouvelée à 50 % », avance-t-il, sur laquelle figure donc, comme c’était pressenti depuis un bon moment, Fabrice Verdier. « Cette liste est de toutes les sensibilités », note-t-il, avant d’estimer qu’avec Fabrice Verdier, « nous avons travaillé d’une manière exemplaire, par exemple sur l’internat des deux lycées en plein coeur de ville. Avec Fabrice Verdier, nous avons les mêmes idées pour notre territoire. Nous aimons notre ville et il a bien voulu rejoindre ma liste. »

En parlant de député, Jean-Luc Chapon ne se prive pas d’adresser un petit tacle à l’ex-député de la circonscription d’Uzès, Christophe Cavard, qui se présente face à lui : « Posez la question dans les rues d’Uzès. Demandez qui était le précédent député. La plupart vous répondront Fabrice Verdier. »

Le conseiller régional et ancien député d’Alès « sera en bonne place » sur la liste, confirme le maire sortant, tout en démentant avoir passé un accord. Et en assumant la différence d’étiquette politique avec son nouveau colistier : « Je suis de Centre-droit, mais j’ai fonctionné très bien avec des gens de Gauche. C’est pour ça peut-être aussi qu’après 37 ans je suis toujours là. » Toujours là, et il compte bien y rester encore six ans. « Avec moi, les Uzétiens sont persuadés qu’il y aura de la continuité et ils savent comment je travaille », ajoute Jean-Luc Chapon.

Il le promet, « nous avons un programme conséquent », et il cite deux dossiers : le dispositif Bourg centre, signé avec la Région, le Département et le Pôle d’équilibre territorial rural, qui compte 17 dossiers, comme la création d’une liaison entre l’avenue Louis-Alteirac et la route d’Alès, et la création d’un espace culturel et patrimonial à l’ancien évêché, avec la rénovation du musée, sa mise en accessibilité et l’accueil de la mosaïque. L’agrandissement du secteur sauvegardé de 11 à 47 hectares, définitivement approuvé en décembre, revient aussi. « 36 hectares dont il va falloir s’occuper sérieusement, et vu l’ancienneté que j’ai, je sais ce que c’est, un secteur sauvegardé », commente le maire sortant.

« On ne parle pas écologie, on le fait »

Jean-Luc Chapon évoque également la création d’un parking de 600 places gratuites en face du stade de rugby, le plan local d’urbanisme (PLU) « qui sera mené à l’enquête publique en novembre 2020 » et appuie sur son aspect vert. Il faut dire qu’il a en face de lui deux listes qui se revendiquent écologistes, l’une conduite par Christophe Cavard, et l’autre par la conseillère municipale d’opposition Lydie Defos du Rau.

Pour leur couper l’herbe sous le pied, Jean-Luc Chapon évoque les « 2 300 plantations, dont 300 arbres » sur la liaison Mayac - Mas de Mèze, la politique "zéro phyto" mise en place il y a plus de deux ans, et qui a valu à Uzès le label "terre saine", « les pistes cyclables, le printemps du développement durable, la restauration de l’étang de la Capelle avec la Communauté de communes (la CCPU, qu’il préside, ndlr), une labellisation écolo pour les centres aérés et les crèches, le contrat de performance énergétique pour changer les lampes en LED », énumère-t-il. « On ne parle pas écologie, on le fait », résume le maire sortant.

Concernant la sécurité, Jean-Luc Chapon affirme que s’il est élu, « nous ajouterons 25 caméras de plus », notamment sur les points de collecte des ordures pour lutter contre les dépôts sauvages. Sur cette question, le maire-candidat promet également la mise en place d’un ramassage des encombrants avec le syndicat ad-hoc, le SICTOMU.

Répondant à ses opposants, qui lui reprochent un manque de consultation de la population, Jean-Luc Chapon affirme être « très accessible », et prend en exemple son numéro de portable, qu’il n’a « jamais changé » et sur lequel il reçoit « des dizaines de coups de téléphone par jour », ses rendez-vous en mairie, « entre sept et dix par jour » et sa présence dans les quartiers. Sur cette question, Jean-Luc Chapon prend sa longévité à témoin (« ce n’est pas innocent si je suis toujours en place ») et la marge qu’il a eu lors des différentes municipales, ayant même remporté les trois dernières au premier tour. « Et plus ça va, plus je suis élu au premier tour avec un score », glisse-t-il.

Reste à voir si Jean-Luc Chapon rempilera à la tête de la CCPU. « La question se posera », répond-il, tout en affirmant qu’il se « battra(it) pour que ce soit un élu d’Uzès qui ait la présidence. » Peut-être Fabrice Verdier.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

La liste conduite par Jean-Luc Chapon inaugurera sa permanence le 22 février à 11 heures. La liste sera présentée à la population le 28 février à 18h30 à la salle polyvalente.

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité