ActualitésSociété

GARD La campagne pour le Fonds pour le développement de la vie associative va démarrer

Le forum des associations à Alès, en 2018. Photo d'archives : Élodie Boschet/Objectif Gard

Après la fin, en 2017, de la réserve parlementaire octroyée aux députés, une enveloppe annuelle que les parlementaires répartissaient notamment entre les associations de leurs circonscriptions, a vu un certain nombre d’associations perdre des subsides.

Pour compenser cette perte, le Gouvernement a décidé en 2018 d’abonder le Fonds pour le développement de la vie associative de 25 millions d’euros supplémentaires, élargissant ledit fonds. Auparavant cantonné à la formation des bénévoles, il a été élargi au financement global de l’activité de l’association et à la mise en oeuvre de projets ou d’activités qu’elle a créées dans le cadre du développement de nouveaux services à la population.

Dans un communiqué, le député de la troisième circonscription du Gard Anthony Cellier rappelle aux associations du département que la campagne pour le fonds de développement sera lancée le 3 février, et se tiendra jusqu’au 1er mars.

Cette année, une priorité sera donnée, au niveau national :

  • Aux associations et projets qui concourent au dynamisme de la vie locale, à la consolidation de la vie associative locale, et à la création de richesses sociales ou économiques durables à l’impact notable pour le territoire, notamment ceux ruraux, moins peuplés ou plus enclavés géographiquement.
  • Aux associations et projets qui démontrent une capacité́ à mobiliser et rassembler une participation citoyenne significative par rapport au territoire, notamment de bénévoles réguliers, a fortiori si cette participation reflète une mixité́ sociale et inclut des personnes ayant moins d’opportunités.
  • Aux associations et projets qui concourent à développer une offre d’appui et d’accompagnement aux petites associations locales et à leurs bénévoles, sans cantonner l’appui à un secteur associatif exclusivement ou aux membres de l’association ou des associations qui portent le projet : création et mise à disposition d’outils, mise en place d’espaces de rencontres et d’information, maillage de lieux ressources sur le territoire, coopération inter-associative, etc.
  • Aux associations et projets innovants et structurants avec un impact prospectif apportant, pour le territoire, une innovation sociale, environnementale ou sociétale en réponse à des besoins non couverts, une innovation économique (en termes de modèle économique ou de services non satisfaits), une évolution innovante de la gouvernance.

Et au niveau régional :

  • Aux associations impliquées dans les zones « fragilisées » (quartiers prioritaires politique de la ville, zones de revitalisation rurale).
  • Aux associations pas ou faiblement employeuses (de 0 à 2 équivalents temps plein).

Pour retrouver toutes les informations sur la campagne 2020 en Occitanie, les associations peuvent lire la note de cadrage http://occitanie.drjscs.gouv.fr/sites/occitanie.drjscs.gouv.fr/IMG/pdf/fdva_2_2020.projet_note_vf.pdf et se renseigner au niveau départemental auprès d’Emmanuelle Faure (correspondante FDVA) et Yamina Belioute (s). Contact : ddcs-fdva@gard.gouv.fr.

 

Le regard de Denis Bouad, président du Département du Gard, invité de la rédaction :

"Le secteur associatif est un partenaire primordial pour le déploiement de nos politiques : enfance, insertion, autonomie par exemple. Nous sommes allés plus loin en poursuivant nos aides relevant de compétences non obligatoires : culture, jeunesse, sport, etc. Face à la raréfaction des ressources publiques, beaucoup d'association rencontrent des difficultés. La fin des contrats aidés a été un coup dur porté aux associations les moins professionnalisées et jouant pourtant un rôle clé sur les territoires. C'est dans cet esprit que nous avons lancé depuis 2 ans, dans le cadre de la politique de la ville des contrats pluriannuels d'objectifs. Une délibération en ce sens est soumise au vote de l'assemblée du 30 janvier. Les associations ne seraient rien sans l'engagement bénévole de milliers de gardois qui passent du temps, de l'énergie pour se consacrer aux autres."

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité