A la uneActualitésPolitiqueSociété

NÎMES Programme terminé pour Daniel Richard

Le candidat soutenu par Europe écologie les verts, la France insoumise, le Parti radical de Gauche et les socialistes a enfin bouclé son programme.

Daniel Richard harangue ses colistiers (Photo Anthony Maurin).

Un programme enfin terminé mais toujours pas chiffré. La liste de Daniel Richard, " Nîmes une ville nommée désir " a beaucoup de choses à faire et à dire. Cette troisième partie du programme risque de susciter pas mal de questionnements. 

Futur adjoint délégué aux Transports si Daniel Richard est élu, Yves Poinsignon, issu du MagnaNîmes de Jérôme Puech et en 17ème position sur la liste, expose : "67 % des déplacement à Nîmes se font en voiture et sur une distance allant d'un à trois kilomètres ! 13 % des Nîmois utilisent les transports en commun et ceux qui optent pour des déplacements en deux roues ne sont que 2 %... Les sortants ne sont ni visionnaires ni même suiveurs. Ils font juste partie de l'ancien monde des mobilités urbaines."

Un modèle danois pour les transports

Le modèle que Daniel Richard souhaite adopter, c'est celui de de la capitale du Danemark,  Copenhague. L'offre de transports sera entièrement revue et accrue. " Entre 2013 et 2017, Nîmes a perdu trois millions de voyages en transports en commun après la scission entre Fournier et Lachaud. tout cela pour économiser ", surenchérit la tête de liste. La volonté de la liste est d'aller vers une gratuité des transports publics. Des bornes de recharge et des parkings seront créés et un réseau cyclable maillé devrait voir le jour.

Lisbeth Grail, Daniel Richard, Yves Poinsignon et Catherine Bernié-Boissard (Photo Anthony Maurin).

" La voiture s'est développée depuis 100 ans et aujourd'hui elle nous empoisonne la vie. Chaque fois qu'on lutte contre elle, on gagne en cadre de vie. Il faut rechercher un équilibre mental, éviter l'isolement et tout le programme va vers plus d'implication des citoyens. Depuis 20 ans, les élus nîmois ont toujours aidé les voitures, le béton et la périphérie ", assure Daniel Richard qui prévoit de remettre à plat le projet du nouveau stade des Costières qu'il trouve " farfelu et qui, si Nîmes descend en Ligue 2, ne devrait pas se faire. "

 En soutien des amateurs des sportifs amateurs

Avec Daniel Richard 2020 à la mairie, les Nîmois verront tous les freins à la pratique sportive ôtés. Le sport amateur plus soutenu, la construction d'un skate-park avec bowl et run park au Mas des Rosiers (ou Mas des Juifs) et une grande ceinture périphérique, la Via Nemausa, réservée à la pratique de la marche, du vélo ou de cheval. Ce cheminement ferait une trentaine de kilomètres et rejoindrait, entre autre, le Clos Gaillard, le bois des Espeisses ou le Mas d'Escatte.

La feria du vélo sera relancée et l'accueil des grandes compétitions sportives, notamment féminines, sera plus conséquent. Les critères d'attribution des subventions aux associations seront revus afin d'encourager la pratique des filles et femmes.

Un nouveau conservatoire

Pressentie à  la culture, Lisbeth Grail dévoile les idées de la liste en la matière : " Nous voulons libérer les forces créatives. Faire de Nîmes la ville du droit à la culture pour tous en instaurant la gratuité pour les médiathèques, les musées et les monuments grâce à un Sésame culture. Nous avons en projet un nouveau conservatoire avec un auditorium et la volonté d'un rayonnement plus important. Les tarifs seront modulés en fonction des revenus et nous soutiendrons les tiers lieux qui sont un poumon pour la cité. "

Une partie de la liste de Daniel Richard (Photo Anthony Maurin).

Sans trop en parler, la Feria de Pentecôte évoluera sous la forme de la Fête du Minotaure. On oublie l'aspect taurin et on gomme le toro au profit d'un hybride mythologique. Cette fête faussement nouvelle reprendre quelques aspects des anciennes ferias mais sera axée sur la danse, la musique, les écoles de quartiers. Le Minotaure se baladera d'un établissement scolaire à l'autre.

" Nous comptons aussi développer les liens culturels avec les villes proches et jumelles de Nîmes. Nous soutiendrons les associations de quartiers qui sont oubliées mais aussi celles qui sont provençales ou occitanes. Nous reverrons le dossier Unesco ", ajoute Lisbeth Grail. Des toilettes et bains-douches publics devraient voir le jour, tout comme la création de nouveaux marchés locaux et, par exemple, d'un service communal de pompes funèbres.

Enseignement supérieur et technologies : redynamiser le campus

Catherine Bernié-Boissard, actuelle élue dans l'opposition, sera en charge du lourd dossier de l'Enseignement. Universitaire connue et reconnue, elle fait avancer le projet de la liste Richard. "Unîmes compte, en tout, 13 000 étudiants et la faculté a 50 ans cette année. 50 % des élèves sont boursier donc il ne faut pas l'oublier mais notre région est propice à l'enseignement supérieur et à la recherche. Nous sommes en milieu favorable. Tout est question d'environnement, pas de taille de la ville. Nous devons agir en concertation avec Unîmes et la fac de Montpellier, redynamiser la campus, mutualiser les infrastructures et améliorer la vie des étudiants."

Et l'élue de reprendre : " Les étudiants devraient avoir une carte qui leur rendrait les transports gratuits. Cette partie de la population est invisible à Nîmes alors qu'elle existe et qu'elle doit vivre et faire vivre Nîmes. Une ville universitaire rayonne aussi à l'international. Pourquoi ne pas nous servir de nos villes jumelées ? La plupart sont européennes et nous sommes au cœur de l'espace euro-méditeranéen sur le plan économique et culturel."

(Photo Anthony Maurin).

Nîmes sera aussi une smart city, une ville intelligente usant des nouvelles technologies. Le haut débit et le réseau de Nîmes métropole nommé Gecko sera remis à niveau pour les commerçants, les usagers et le tourisme. Par ailleurs, l'Armée, qui est le troisième employeur de la ville (qui est elle-même la quatrième ville de garnison en France) compte dans ses rangs 3 500 militaires et civils. Favoriser le resserrement des liens entre les régiments est important pour la liste de Daniel Richard.

Signature de la charte Anticor

C'est Franck Médina qui sera en charge du dossier. " Ici, il y a une vraie urgence démocratique ! Nous voulons rétablir le lien de confiance avec les Nîmois et mettre fin à l'opacité des Délégations de service public. Tous les Conseils seront filmés pour que les citoyens se rendent compte de la démocratie et nos élus signeront la charte d'Anticor. Tous les documents publics seront accessibles et nous réactualiserons le plan climat. Nous proposerons, pour les sujets municipaux, un référendum d'initiative citoyenne (le "Ric" des Gilets jaunes, NDLR ). Le cumul des mandat sera limité dans le temps et l'espace", évoque-t-il. Pour cette liste, il y a à Nîmes 3 976 associations, une deuxième Maison des associations, en centre-ville, verra le jour.

Ressources humaines, discriminations et cause animale

C'est Daniel Richard lui-même qui reprend le micro pour se frotter à ces enjeux. " Nous devons être exemplaire avec les ressources humaines de la ville. Une vraie coopération entre Ville et Agglo est nécessaire mais pour mutualiser, il faut se parler. Par exemple, alors que les frais devraient coûter 20 % de moins entre Ville et Agglo, ça coûte 20 % plus cher ce qui veut dire que les Nîmois paient 40 % plus cher que prévu ! "

Et le candidat de repartir à la charge. " Nous adopterons la charte européenne pour l'égalité homme-femme. Nous respecterons strictement la loi pour l'emploi des personnes en situation de handicap et nous lutterons contre les discriminations, notamment en soutenant le LGBT. Il faut faire sauter les barrières morales. Enfin les cours d'écoles ne seront plus genrées comme c'est encore le cas aujourd'hui... "

Cause qui tient particulièrement à cœur du candidat : les animaux. Un élu sera spécifiquement dédié à cette charge. " Il y a beaucoup de capitalisme pur et dur donc nous contrôlerons tout. La gestion des fourrières sera attribuée à une association. Nous établirons un programme " chats libres " pour leur stérilisation et leur bien-être. Nous éduquerons les enfants, dès l'âge de cinq ans, à l'éthique animale et au respect du vivant. Nous n'accepterons plus les cirques avec animaux sauvages... Tant que nous mépriserons l'animal, nous mépriserons l'humain ", conclut Daniel Richard.

La liste de Daniel Richard (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

1 commentaire sur “NÎMES Programme terminé pour Daniel Richard”

  1. « Nîmes sera aussi une smart city, une ville intelligente usant des nouvelles technologies. Le haut débit … »
    Ça y est eux aussi ils veulent une « ville intelligente », où tout le monde pourra être « fliqué » partout, ville intelligente qui supprimera de multiples emplois. Et aussi le haut débit et la G5 sans doute ? Ils ne savent peut-être pas que la G5 est anti-écologique. Il n’est pas trop tard pour l’apprendre.
    Et où sont les mesures pour les banlieues, pour aider les gens à s’en sortir dans ces quartiers ? Il n’y en a pas ? Ces quartiers n’existent même pas, ils n’en parlent pas. Quelle honte ! Bravo les « bobos » anti-démocratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité