A la uneActualitésSociété

SAMEDI TOROS Arrêter les querelles de chapelles pour défendre la cathédrale

Laurent Burgoa, futur adjoint à la tauromachie si Jean-Paul Fournier est réélu à Nîmes, nous dévoile sa politique taurine à venir.

Laurent Burgoa devant les arènes de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Il est un des personnages incontournables des palcos nîmois. Laurent Burgoa est actuellement adjoint au maire délégué à la rénovation urbaine, au contrat de ville et au logement social. Si Jean-Paul Fournier est réélu pour son quatrième mandat, Laurent Burgoa deviendrait son adjoint à la tauromachie.

Objectif Gard : Qui est Laurent Burgoa l'aficionado ?

Laurent Burgoa : Je vais aux arènes depuis mes cinq ans. Mes parents m'y ont emmené pour la première fois voir une corrida portugaise en nocturne, mais j'ai eu la chance de bénéficier des chaises de Ferdinand Aymé (NDLR ancien empresa des arènes de Nîmes) que je connaissais un peu. J'ai vu beaucoup de corridas comme cela quand j'étais gamin. Ado, j'ai continué et pour ma plus grosse saison taurine, j'ai assisté à 88 spectacles qui allaient de la novillada sans picador à la corrida formelle. De Madrid à Bilbao, en passant par Bouillargues !

Quel est le rôle de l'élu à la tauromachie de la ville de Nîmes ?

Ce qui manque, c'est la promotion. La corrida doit être défendue par les élus, surtout les novilladas sans picador ou piquées. L'élu à la tauromachie doit avoir un lien avec les clubs taurins et faire respecter le cahier des charges que le délégataire doit appliquer.

Ici, Laurent Burgoa donne deux oreilles à Paco Ureña lors de la feria de Pentecôte 2019 (Photo Anthony Maurin).

Que propose de neuf le cahier des charges de l'actuelle mais récente délégation de service public attribuée à Simon Casas ?

Le nouveau cahier des charges fait évoluer les choses. Une école de razeteurs doit être créée et un pass découverte doit permettre aux jeunes de venir un peu plus aux arènes, ils seront accompagnés. C'est un vrai partenariat. Arrêtons les guerres de chapelles et défendons la cathédrale ! Je suis issu des clubs taurins, de l'Union taurine nîmoise.

Les guerres intestines n'ont pas arrangé l'image de la tauromachie...

Il faut que les clubs taurins soient solidaires les uns des autres. L'organisation d'une journée rassemblant tout ce qui se fait comme Rendez-vous en Terre d'Aficion, le Printemps des Jeunes Aficionados... On va y arriver et chacun trouvera sa place. Il faut sortir de la guerre d'ego. Mon combat, si je dois en mener un, c'est pour que mes enfants et petits-enfants puissent aller aux corridas car rien n'est sûr aujourd'hui. Nous ne sommes pas là pour imposer un cadre, toutes les sensibilités peuvent être représentées, on aime tous nos arènes !

Comment se définit l'aficionado Laurent Burgoa ?

J'aime autant voir une belle pique et un combat fort qu'un changement de mains d'Aguado. L'essentiel, c'est l'émotion. J'ai vibré pour les Samuel Flores avec Ponce ou Rincon, mais aussi quand j'ai vu Morante couper une oreille à Madrid. Il faut sortir des stéréotypes.

Là, l'élu change le toro de Paco Ureña lors des Vendanges 2019 Laurent Burgoa deux oreilles Paco Ureña Pentecôte 2019 (Photo Anthony Maurin).

Comme les jeunes qui défendent les traditions ?

J'aime bien Touche pas à mes passions ! Nous les aficionados, moi, nous devons les soutenir. On parlait d'une journée unique où tous les petits rendez-vous taurins nîmois seraient rassemblés : pourquoi ne pas l'appeler Touche pas à mes passions ? On pourrait imaginer qu'elle serait en feria, dédiée uniquement à ces enjeux. Il y aurait des animations réalisées par les clubs taurins, les practicos...

Les aficionados anciens n'ont-ils pas loupé la transmission de leur passion ?

On a loupé la transmission dans tous les domaines, pas qu'en tauromachie. Il manque des bénévoles dans les associations... Nos jeunes, il faut promouvoir leurs actions ! C'est l'avenir, moi je suis un vieux, mais je me battrai pour eux. Le maire est favorable à tout cela, il a eu les larmes aux yeux quand il les a entendus parler. Ces jeunes sont au-dessus de la mêlée, ils sont fédérateurs et unissent les tauromachies comme l'UVTF devrait elle aussi le faire. C'est en étant unis que nous arriverons à défendre toutes nos traditions. Une tradition, c'est une identité et une identité c'est une âme. Si on supprime la corrida, on supprime notre identité et je ne comprends pas l'irrespect que l'on subit. Des races spécifiques de toros et de taureaux pourraient être supprimées, les paysages en seraient bouleversés, tout comme l'économie qui gravite autour de cela. Camarguais et Landais doivent aussi se sentir concernés par les attaques contre la corrida.

Où se situera Nîmes sur l'échiquier taurin ? 

Nous devons créer, recréer du lien. On pourrait réintégrer l'UVTF mais pas l'ONCT. D'ailleurs, l'idée de Jean-Paul Fournier serait de récupérer l'argent que l'on donne à l'ONCT pour organiser une novillada sans picador, piquée ou mixte en fin de saison avec trois français au cartel. Les triomphateurs de l'année auraient ainsi une course de plus au compteur et cette course se déroulerait dans les arènes de Nîmes.

Sur le territoire de Nîmes métropole il n'y presque plus de mise à mort. Peut-on envisager un retour en arrière ?

Oui, il est vrai que les maires de l'agglo sont contraints par diverses choses, mais il est certain qu'outre Saint-Gilles et Bouillargues, les mises à mort ne se pratiquent plus. Nous devons travailler habilement la question, expliquer aux nouvelles populations que cela fait partie de nos traditions.

Les corral en 1969 (bien sûr)... peu de changements depuis ! (Photo Archives municipales fonds Hervé Collignon)

Les corrals de Nîmes sont plus que vieillissants et peu adaptés au public. Que ferez-vous ?

Nous sommes d'accord pour lancer un groupe de travail sur la question des corrals. Nous voudrions peut-être implanter de nouveaux corrals du côté du Marché gare. Là-bas, on pourrait peut-être faire des petites arènes pour que les écoles taurines et les clubs taurins puissent s'entraîner ou organiser des fiestas camperas. Il y faudrait aussi une salle d'exposition ou de conférence pour l'aspect culturel du site. Cela rentre parfaitement dans la promotion de la tauromachie.

Que doit-on attendre de la temporada à venir ? Sur la forme !

L'empresa va prochainement présenter ses cartels mais nous sommes favorables à un changement de forme. On pourrait imaginer ça comme à Istres, avec des partenaires privés, des prix décernés aux meilleurs toros, aux meilleures faenas, aux meilleurs toreros... Ça ferait une belle réception, plus largement ouverte qu'à l'heure actuelle.

La Cape d'Or fait son grand retour hors feria, pourquoi ?

C'est à la demande des clubs taurins et c'est un beau challenge que nous verrons le 5 avril dans les arènes. On revient un peu en arrière, comme dans le passé où la Cape d'Or était hors feria et nous avons la chance d'avoir deux Nîmois au cartel avec le petit Rafi et le jeune Solal qui fait ses premières courses en novillada piquée. Nous devons être fier de cette émulation car depuis l'arrêt de Maxime Ducasse, Nîmes n'a plus de torero, de subalterne... Cela m'interpelle fortement et c'est important de retrouver nos Nîmois au sommet.

Un dernier mot à dire ?

Le plus important, c'est demain. Nos enfants et petits-enfants pourront-ils voir des corridas ? Je mènerai le combat pour que cela soit le cas car des coups sont portés à nos traditions et les élus doivent être fiers de leur territoire et de son identité. Toutes nos actions doivent être maintenues et amplifiées. Nous devons parler tauromachies dans tous les quartiers et nous retrouver trois fois par an dans nos arènes de Nîmes !

Devant la Porte des Consuls, Laurent Burgoa, futur adjoint à la tauromachie de Nîmes ? (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

10 réactions sur “SAMEDI TOROS Arrêter les querelles de chapelles pour défendre la cathédrale”

  1. Hé bien je suis sans voix les bras m’en tombent de lire ce jour de tels propos que je juge indignes. Transmettre la torture en héritage à ses enfants et petits-enfants quelle ambition quel bonheur! Il faut le lire pour le croire. Je suis de la même tranche d’âge que ce monsieur et j’ai d’autres transmissions à passer : respect de la vie pour tous humains, animaux , planète et je confirme que je ne rêve pas mais que ces valeurs-là sont plus importantes que la mort. Je souhaite que mes petits enfants aient un autre souvenir de ma personne plus tard et s’en rappelle. La vie quelle qu’elle soit est le plus important. Les électeurs se rappelleront de ceci aux élections.

  2. Transmettre de telles abominations !Ce sont des paroles d’assassin!
    Mais qui est cet individu?
    Ce que l’on doit transmettre c’est le respect de toute vie.

    Marguerite Yourcenar : « L’animal ne possède rien, sauf sa vie, que si souvent, nous lui prenons » ? Chaque vie compte et a une valeur absolue puisqu’elle est tout pour un animal. »
    Et ce personnage est qui pour décider de vie ou de mort ?
    Abjecte individu !

    Gérard.

    1. Si la corrida est abolie plus besoin d’élever des toros bravos donc extinction de la race. Expliquez-moi, du coup, quelle vie vous transmettriez. Arrêtons de faire de l’anthropomorphisme, et de vouloir et mondialiser nos cultures nos modes de vie notre alimentation… Nous vous accueillons volontier dans notre belle région, nois vous demandons juste de nous respecter.

    2. Pedescau: Et vous accueillez aussi les nîmois chez eux depuis de nombreuses générations et qui ne se reconnaissent pas dans cette culture nouvelle et importée d’Espagne?!

    3. Et je rajouterai: la fin d’une espèce seulement, celle créée par et pour l’Homme, et qui a muté au gré des loisirs de ses, d’autres espèces survivront, dont les taureaux de notre belle Camargue.Mais peut-être vous seriez très heureux d’apprendre que vous devez votre existence comme clone d’une espèce vivante supérieure qui vous utiliserez comme pièce détachée, et si tel n’était pas le cas, vous n’auriez jamais existé. Mais ne touchons pas à vos passions ( encore un beau slogan qui résume bien tout finalement), mais passion qui malheureusement altère les jugements.

  3. Ce sont les traditions des aficionados seulement, et ceux-ci sont en minorité. Nos traditions sont camarguaises, pas espagnoles. J’espère que mes enfants et petits-enfants vivront sur un territoire sans de telles abominations et que l’on virera les statues à la gloire de sordides héros en paillettes.

    1. La corrida n’est pas notre tradition! Et oui elle est espagnole! Mais alors, le foot est anglais viront le Nîmes Olympique, le Hand est allemand, exit l’USAM! Le combat de l’homme et du taureau est ancestral alors parler de tradition est ridicule!
      Quant aux « sordides héros en paillettes » allez vous mettre devant un toro avant de juger!

    2. @Poedescau: Sauf que celles-ci n’ont jamais été contestées! Un chasseur a beaucoup plus de mérite car manœuvre sur le territoire de sa proie, avec des mêmes règles, dont la principale est que la proie sait depuis sa naissance quels sont les enjeux, alors oui, héros en paillettes!

  4. La corrida de muerte est une barbarie importée d’ Espagne et qui a pu tristement prospérer dans notre beau sud de France à cause de courants migratoires porteurs .
    Il est grand temps que les Français se réveillent et refusent une pratique aussi cruelle que déloyale !

    Les taureaux n’ ont pas le choix, ils sont projetés dans un espace fermé et harcelés de toute part.
    Ils cherchent souvent à fuir ( le prétendu  » tour de piste du combattant » ou le saut dans les gradins ) ce lieu hyper stressant .
    Ils ne sont pas entrainés contrairement aux toréadors, picadors peones, …
    Ils sont les victimes d ‘ un jeu de dupe car tout est joué d’ avance et les très rares fois où le taureau arrive à blesser ses bourreaux, il sera quand même massacré avec d’ atroces sévices.
    La corrida est INTERDITE en FRANCE et seul un sordide alinéa tolère cette exception indigne dans quelques départements
    Cette pratique d’un autre age aura bientôt sa place au Musée des Tortures du Passé
    La torture n’ est pas notre culture.

    1. Et ce sordide alinéa s’explique par une soi-disant tradition alors que dans les faits, beaucoup de nîmois la contestent et ne la considèrent absolument comme leur culture. Ce n’est pas pour rien que ses défenseurs s’associent dans les « cultures taurines » pour lier le sort des 2, sauf que les courses camarguaises sont notre culture, pas la tauromachie espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité