Actualité générale.ActualitésPolitique

NÎMES La stratégie de la démolition pour contrer les trafics de drogue à Pissevin

Jean-Paul Fournier et Laurent Burgoa en visite ce mardi au quartier Pissevin à Nîmes : l'escalier, derrière la médiathèque Marc-Bernard a été démoli hier. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Suite aux événements du 27 janvier et du 10 février derniers, le maire de Nîmes a décidé de mettre en place une stratégie de démolition de plusieurs points tactiques pour contraindre les trafics de drogue au coeur du quartier Pissevin à Nîmes.

Les travaux de sécurisation - menés dans le cadre de l'ANRU - ont démarré hier, dans l'urgence et tandis que le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, s'agace encore de n'avoir reçu aucune réponse à ses sollicitations auprès de l'État afin "de disposer de moyens matériels et humains pour lutter contre le trafic de drogue" dans le quartier Pissevin.

Le chantier, pour lequel la maîtrise d'oeuvre a été confiée à la SPL Agate, consiste à démolir les points tactiques situés de part et d'autre de la galerie Wagner, qui jusqu'alors permettaient aux trafiquants de se livrer à leur commerce à l'abri des regards, de guetter en toute discrétion ou encore de prendre facilement la fuite.

Des glissières posées sur la plateforme située entre la place Robert-Bastide et la place Claude-Debussy pour empêcher les voitures de s'y garer. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Ainsi, depuis hier, l'escalier situé derrière la médiathèque Marc-Bernard n'est plus. Très prochainement le passage enclavé perpendiculaire à ce lien urbain supprimé, à l'endroit même où des tirs de kalachnikov ont retenti au mois de février, sera condamné. Quant à la passerelle Lulli qualifiée d'échappatoire et de point de surveillance, elle a été démolie ce mardi matin. Reste, et cette fois pour le compte de Nîmes métropole dans cadre des travaux de la ligne T2, à poser des glissières sur la plateforme située entre la place Roger-Bastide et la place Claude-Debussy, pour mettre un terme aux "drive de la drogue".

"Trop de problèmes dus à une minorité qui fait le bordel"

"Face à l'inaction de l'État, nous avons décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Je m'étonne qu'aucun parlementaire ne se soit saisi du sujet, pas plus que le candidat de LREM (Yvan Lachaud, Ndlr). Nous avons rencontré les commerçants et répondu à leurs attentes", commente Jean-Paul Fournier. Parmi ces commerçants, Laurence, coiffeuse, qui a fait entendre ce mardi face à l'édile accompagné de son adjoint en charge de la Rénovation urbaine, Laurent Burgoa, sa satisfaction quant à "la réactivité" de la ville.

Une satisfaction partagée par Abdeliah Bounou, un résident de la tour Garrigadou depuis 2003. "Ça bouge dans le quartier et c'est une bonne chose. Il y a trop de problèmes ici dus à une minorité qui fait le bordel : la drogue, l'insécurité, la violence, les incivilités. On n'ose plus sortir dans le quartier", explique le père de famille qui l'avoue volontiers : "si je pouvais partir, ça serait avec plaisir."

Une compagnie de CRS en renfort pendant une semaine

Le préfet du Gard, Didier Lauga, a obtenu le renfort d'une compagnie de CRS qui tous les jours de cette semaine, de 17h à minuit effectuera des patrouilles dans le quartier. "Le préfet joue le jeu, à l'État au niveau national de réagir maintenant. Les gens veulent voir des Bleus", insiste le maire.

Stéphanie Marin 

Etiquette

1 commentaire sur “NÎMES La stratégie de la démolition pour contrer les trafics de drogue à Pissevin”

  1. Sincèrement, ils se foutent de qui ?
    Voilà qu’à qq jours des municipales, la majorité, tenez vous bien, prend des mesures exceptionnelles en matière de sécurité…ici un escalier que l’on tombe et là des poteaux.
    A ce niveau, faut il en rire ou en pleurer ?
    Bref, soyons sérieux, dans tous les quartiers de Nîmes nous avons affaire à du lourd, à du trafic qui rapporte gros, nous avons un marché de la drogue en plein boum qui fait des envieux à Marseille et Lyon, c’est d’une guerre de territoire qu’il s’agit, sans oublier les « barbus » qui traînent les babouches pour récupérer la mise.
    Le préfet et le procureur de la république nous ont suffisamment informé sur le sujet. Nîmes part à la dérive.
    Alors voilà, si les Nîmois veulent envoyer un message fort à Paris qui jusqu’à présent et depuis des décennies se moque de Nîmes, il est un moyen à leurs dispositions >>> le bulletin de vote Rassemblement National >>> Yoann GILLET >>> LE COURAGE D’AGIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité