ActualitésSociété

NÎMES Au lycée de la CCI, les enseignants sont aussi les soignants !

Bernard Michel, directeur du lycée de la CCI Gard (Photo Archives Anthony Maurin).

Alerter les secours, masser, défibriller, traiter les hémorragies… Voilà certains des gestes d’urgence essentiels et qui peuvent être pratiqués lors d’accidents de la vie quotidienne ou de situations d’une gravité exceptionnelle. Ces gestes peuvent sauver des vies mais pour cela, il faut y être formé.

Dans ce contexte, huit enseignants du lycée de la Chambre de commerce et d'industrie du Gard viennent de suivre une session de formation SST (secourisme en situation de travail). Cette formation vise à apporter les premiers secours à une personne en cas d’urgence dans l’attente de l’arrivée des secours spécialisés. " Les cas d’urgence peuvent intervenir dans le cadre professionnel. J’ai été personnellement confronté à la gestion d’un arrêt cardiaque dans mon ancien établissement et la réactivité du personnel formé a contribué au sauvetage de la victime ", précise Christophe Marzials, formateur SST et enseignant au sein du lycée de la CCI Gard.

Pour Bernard Michel, le directeur de l’établissement, " la sensibilisation et la formation aux premiers secours constituent un axe fort du projet d’établissement du lycée de la CCI en cohérence avec la volonté de l'État de former 100 % des citoyens aux gestes qui sauvent à l'horizon 2022 ".

Au lycée de la CCI plusieurs enseignants sont à présent formés aux gestes de premier secours (Photo Anthony Maurin).

Au programme de cette formation, outre la protection, l’examen et l’alerte, les enseignants ont été amenés à aborder les malaises, les fractures, les brûlures, les pertes de connaissance ou bien encore les arrêts cardio-respiratoires.

Pour Nathalie Bentowski, l’une des enseignantes formées, " le diplôme SST me permet de ne plus me sentir démunie en cas de situation d’urgence relative ou absolue. Je sais dorénavant comment agir face à de multiples événements. Cette formation véhicule, par ailleurs, des valeurs fortes telles que la solidarité et l’entraide. " L'établissement compte renouveler l’opération dès l’année prochaine afin de former de plus en plus de sauveteurs secouristes dans ses équipes.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité