A la uneActualitésCulture

GARD L’Adrénaline qui fera exploser le VSO

Retour à la normale ? (Photo Fifou).

Le groupe de rap nîmois sort son premier album " Adrénaline " ce 13 mars.

VSO allume la mèche, regarde flamber et fait le show (Photo Fifou).

En promotion depuis quinze jours et dans sa patrie nîmoise pendant 96 heures, autant dire que la vie de VSO est dense. " On vient de faire un mois à Paris... C'est compliqué pour nous là-bas car on ne cède à rien, sauf à la tentation ! "

Vinsi, Pex, Alien. Un peu bizarre tout ça mais laissons la chance aux chansons. Ceux qui ne les connaissent pas auront compris, les moussaillons du petit rafiot local sont en passe de devenir les amiraux d'un VSO qui vogue en haute mer. Cet album, pour le groupe, " ça représente tous les sacrifices de notre modeste carrière, on a hâte d'y être ! "

Le VSO en concert, du feu ! (Photo Mathilde Miossec).

Nous y sommes. Adrénaline, le nom de l'album, n'est pas une chanson du bébé mais en signe plus l'ambiance qu'autre chose. " C'est une expérience cet album. Pas besoin de titre éponyme car l'adrénaline est dans chacun des titres. C'est aussi notre fioul, c'est pas très écolo mais c'est ce qui nous pousse et nous a poussé jusqu'ici. L'adrénaline, c'est dur à définir, c'est quoi ? Gueuler une chanson ? Un sentiment amoureux ? Pour l'album, il fallait plus, on ne voulait pas réduire ça à un seul titre. "

Confinement semi-accepté

Il fallait plus mais aussi plus de temps. Le temps de la réflexion, du bon choix. Après Kintsugi, un EP rugissant de neuf titres, le groupe avait besoin de partir sur les routes, de se remettre à écrire avant de retrouver ce que ces Nîmois aiment : leur vie pleine et entière.

Le groupe en promo à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

" Ça va faire deux ans ! Ça a mis du temps parce qu'on a voulu faire ça bien. On a rencontré des gens. On a évolué. On a aussi trois featurings sur l'album. On ne voulait pas s'enfermer. On s'est isolés deux fois trois semaines avec du temps entre les deux sessions afin que l'on digère nos créations, notre premier jet. On aurait eu du mal à le faire d'une traite. Pour le prochain album, on ira certainement plus vite ! ", assure le groupe.

Une chose est vraie, VSO manque à son public. La tournée a été belle et les souvenirs fleurissent en ce printemps et avec la concrétisation du rêve. " On sort d'une période de silence de deux ans alors qu'habituellement on fait des morceaux assez rapidement. En septembre, on avait 90 % de notre album mais les 10 % que nous avons finalisé en prenant le temps de le faire, c'est ce qui fait la différence. Ça met le tout en relief. "

Parmi 50 autres, 18

Copie peu conforme de ce qui se fait actuellement dans la musique, le groupe a signé chez le monstre Universal. Pas un revanche, un pari gagné. Les crocos du rap français ont la peau dure et les dents longues. Mais le reptile sait aussi garder son sang froid. " C'est frustrant ! On voyait nos potes qui sortaient leurs albums et dans le même temps on savait qu'on avait plein de bons titres. On a fait deux ans de tournée et il nous fallait aussi digérer et comprendre tout cela. On a bien fait de prendre notre temps même si certains morceaux sont là depuis le début sans qu'on les ai trop modifié. "

Une ambiance de feu pour ce premier album (Photo Fifou).

Le processus de création va et vient. Ici, il a un flow constant, il a ses pics heureux et ses ratés chafouins. Il fallait en choisir, ils en ont pris 18 (avec une surprise). " On avait près d'une cinquantaine de morceaux ! On s'est pris la tête pour ces 18 titres dont on a écrit et réécrit les textes et les musiques. On a voulu tout contrôler de A à Z. Nous sommes trois, trois personnages différents et cela nous ouvre plein de perspectives différentes. Ça nous rend les choses plus faciles, on se complète. "

Pex est le spécialiste des instrumentaux et des mélodies. Même quand ils ne sont pas ensemble, ils écrivent et mettent en commun leurs avancées. De son côté, Alien fait le café, la vaisselle. " C'est "refrain man" ! Mais il gère aussi l'aspect administratif de VSO et ça c'est moins drôle... ", lâche Vinsi. Et Pex de dire : " C'est mon repère qualité variété française, il est dans l'émotion ". Alien enfin l'avoue, " je suis une enceinte monitoring mais je suis surtout dans la spontanéité. " Vinsi ? " Lui, c'est l'aspect mystique, le rap, le sombre, la rigueur que nous n'avons pas ! ", pense Pex. Il faut dire que sans lui, ils ont failli rater le train qui les a amené à Nîmes... Pour Alien, Vinsi c'est aussi " la balance, la raison du groupe, l'oreille fraîche et il ôte toutes nos névroses ! "

Coups de cœur

Le parler franc est obligatoire ici mais quand il s'agit de choisir son titre préféré, son morceau favori, le cœur de certains proches bascule sur Soleil bleu ou À qui parler. Pour Pex, " c'est Over pour tout ce qu'on a mis dedans. C'était un enfer cette chanson... On a travaillé et surtout avancé grâce à une note vocale ( ils en ont 400 sur le téléphone, NDLR) puis cette chanson a pris de l'ampleur. J'ai fait l'instru et je l'aime beaucoup. "

(Photo Fifou).

Pour Alien, c'est Chaos. " Pour une fois, nous avons pris position par rapport aux violences conjugales. Beaucoup de femmes viennent nous voir, émues et les larmes aux yeux. Elles nous remercient d'avoir fait ce titre. C'était important pour nous, jeunes cons, de faire ça. Comme quoi, nous ne sommes pas si idiots qu'on veut bien le dire... "

De son côté, Vinsi aime Melrose Place. " Ce titre est parmi les premiers qu'on a fait pour l'album. C'est une prod de Pex, je pense même que c'était la première. Ça a été assez long, j'ai gratté cinq fois le couplet mais par contre on a trouvé très facilement le refrain. Il y a un milliard de manières de faire une chanson mais celle qui a été la plus facile à faire c'est peut-être À qui parler "

Chaque album a sa première chanson. Pour Adrénaline, il s'agit de La vie la vraie. " C'est pour dire qu'on est là ! Écoute nous, c'est la vie. Pendant deux couplets c'est ça, puis, Pex vient tout casser et fait écho à une dualité. Ce titre aurait très bien pu être un single, c'est ce qu'on appelle un sabotage mais le morceau est plus intéressant dans l'album. "

Faire vivre l'album sur scène

Sur scène, le VSO fera la totalité de l'album sauf peut-être quatre titres. La vague sera haute parce que l'ambiance y aura un aspect tsunami. " Si on a la chance de tourner... Actuellement tout est compromis. On avait le zénith à Poitiers pour un festival devant 6 000 personnes cette semaine et ça a été annulé... "

Retour à la normale ? (Photo Fifou).

Même dans la cour des grands, les Nîmois n'oublient pas leur cité des Antonin. " On a voulu faire la promo ici car c'était notre volonté et nous voulions faire bouger nos équipes parisiennes. Nîmes, c'est notre histoire, il est important de ne pas la délaisser. C'est logique et on sait qu'on est soutenu, ça fait du bien ! "

De plus, ils seront en concert spécial à Paloma le 9 mai prochain. " On vient remplir Paloma, c’est l’objectif ! On va travailler le live. Ça sera une séance unique car on veut un vrai spectacle avec la lumière et le décor qui vont avec. C’est important pour nous. On va bien préparer cette date. On veut créer la frustration et surtout faire ce live proprement car on a plein d’idées. "

Renaud et Fifa... sans oublier Moussa !

En guise de clin d’œil aux Crocos qu'ils aiment tout particulièrement (et que l'on voit dans le clip Col Nem), le groupe avait un message à faire passer à Renaud Ripart… " On lui a appris à jouer à Fifa et certains ont même fait exprès de perdre contre lui pour le rassurer un peu ! Nous sommes à fond derrière eux et derrière toutes les initiatives de la ville. J’espère qu’on restera en Ligue 1. "

Ce vendredi sort le premier clip de l’album avec la chanson Sommet en featuring avec Kikesa. Un clip tourné à Paris, très cinématographique avec une bonne vibe et l’ambiance visuelle de l’album. Un dernier mot ? " Merci à tous ceux qui nous ont aidé à sortir l'album. Merci à ceux qui nous suivent, nous sommes heureux et tant que les gens supportent nos conneries on va continuer à le faire ! Merci à Obiwan, Mouayadi et tous les autres. Libérez Moussa ! Vive nous ! " Au fait, l'album est vraiment excellent alors n'hésitez pas...

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité