Faits Divers

GARD L’ambulancier percuté par un autre véhicule, renvoyé pour « homicide involontaire » après la mort d’un patient

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le procès d’un ancien ambulancier devait se tenir mardi 24 mars devant le tribunal correctionnel. Mais l’audience a une nouvelle fois été renvoyée à cause du confinement du palais de justice de Nîmes lié à la pandémie de coronavirus.

L’ambulancier avait été percuté par l’arrière par un  autre conducteur, mais le chauffeur du véhicule de transport des malades est poursuivi devant la juridiction pénale pour « homicide involontaire ». Le patient qu’il transportait est décédé dans l’accident.

Le terrible choc est survenu le 11 août 2015, vers 13h. Ce jour-là un ambulancier conduit son véhicule de transport avec un octogénaire malade à l'arrière et une autre salariée de l'entreprise pour s'occuper de l’évacuation du patient. L'ambulancier intervenait sur ordre et mission du SAMU et alors qu'il a actionné son avertisseur deux tons et le gyrophare sur la commune de Saint-Mamert-du-Gard, il est percuté par l’arrière par une autre automobile.

Dans le choc, l'octogénaire, qui devait se rendre à l’hôpital pour des examens, décédera. Mais là où la situation devient incompréhensible, c'est que l'ambulancier, qui a été percuté par un véhicule qui le suivait, est celui qui a subi les foudres de la justice. Il est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour « homicide involontaire ». Une curieuse situation qui a été relevée en février 2018 lors d’une première audience par le président du tribunal correctionnel de Nîmes, Jean-Pierre Bandiera, qui avait prononcé la nullité de la citation en justice et avait renvoyé le dossier au parquet de Nîmes pour poursuivre la personne qui est vraiment à l'origine de cet accident aux conséquences dramatiques.

Plus de deux ans après, le dossier devait être examiné le 24 mars 2020 devant le même tribunal correctionnel. Une affaire encore renvoyée pour cause de coronavirus. L’ex-ambulancier, est à nouveau poursuivi pour « homicide involontaire ». «  Il a perdu son boulot. Il est au chômage. Il vit un calvaire professionnel et humain avec l’angoisse d’un procès depuis près de 5 ans », affirme son conseil, maître François Jehanno.

Le conducteur à l’origine de l’accident, celui qui est venu s'encastrer dans l'ambulance est lui aussi renvoyé pour la même infraction. Il faudra attendre encore de longs mois pour avoir une vérité judiciaire sur cet accident mortel et connaître les véritables responsabilités.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité