A la uneActualités

STATISTIQUES Avant et après confinement : le Gard a gagné plus de 30 000 habitants !

(Photo d'illustration)
(Photo d'illustration)

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a étudié, à partir de données téléphoniques transmises par Orange, le mouvement de la population à compter du 17 mars dernier. D'après donc les premières estimations, depuis la mise en place du confinement, l'Occitanie a gagné en nombre de résidents, soit 5% de plus que la population habituelle recensée au 1er janvier 2020.

Selon l'étude menée par l'Insee et basée sur les nuitées, à l'annonce du confinement, environ 130 000 résidents habituels d’Occitanie sont revenus s’installer dans la région. D'autres l'ont quittée, soit 125 000 venus d'autres régions et 55 000 d'autres pays. Ce qui fait qu'au total la population confinée en Occitanie est aujourd'hui estimée à 6 237 000 personnes, soit environ 5 % de plus que la population résidant habituellement dans la région.

Des mouvements de population

Mais les mouvements varient différemment sur les treize départements. Le nombre de résidents a ainsi baissé de 4% dans les Hautes-Pyrénées, de 3% en Haute-Garonne et dans les Pyrénées-Orientales et de 2 % dans l’Hérault. "Cette baisse s’explique probablement essentiellement par la fermeture des stations de ski dans les deux départements pyrénéens et par le départ de nombreux étudiants qui ont rejoint leur famille (y compris parmi eux des étudiants étrangers) dans les deux autres, qui se caractérisent par une forte population étudiante du fait de l’offre universitaire et d’écoles d’enseignement supérieur à Toulouse et à Montpellier", précise l'Insee. S'ajoutent à ceux-ci les travailleurs résidant dans d’autres départements qui ont pu aussi quitter Toulouse et Montpellier.

Dans les autres départements, l'évolution de la population varie de manière positive entre 1 et 6%. Dans le Gard, elle est estimée à 2%, soit 780 000 personnes présentes sur le département après la mise en place du confinement contre 748 468 recensées au mois de janvier dernier. Un mouvement justifié par le retour de résidents gardois, notamment des étudiants.

Le Gers et le Lot se distinguent avec à la fois une augmentation notable de leur population présente (+ 6 % pour chacun d’eux) et des mouvements liés à la venue dans le département de personnes résidant habituellement ailleurs (surtout pour le Lot) ainsi qu’au départ modéré d’étrangers. "Ces mouvements sont probablement en relation avec le nombre important de résidences secondaires dans ces deux départements : des Franciliens (11 à 12 % des Parisiens ont quitté Paris) ont pu rejoindre la résidence secondaire qu’ils possèdent dans ces départements, des étrangers séjournant dans leur résidence secondaire ont pu décider de rentrer chez eux à l’annonce de la crise", explique l'Insee.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité