Actualités

CORONAVIRUS La députée Chapelier interpelle le gouvernement sur la situation des manadiers

Annie Chapelier. Photo Tony Duret / Objectif Gard

La députée de la quatrième circonscription du Gard Annie Chapelier a interpellé dernièrement les ministres de l’Économie et de l’Agriculture, respectivement Bruno Le Maire et Didier Guillaume, sur l’impact de la crise sanitaire actuelle liée au coronavirus covid-19 sur les manades.

Une situation que la parlementaire juge dans un communiqué « alarmante à la fois pour les éleveurs mais, également, pour les territoires. » Cette crise intervient alors qu’Annie Chapelier avait déjà interpellé le ministre en février dernier au sujet de l’augmentation des primes d’assurance pour les spectacles de tradition.

« Aujourd’hui, les éleveurs de taureaux et chevaux de race Camargue sont frappés par la crise épidémique du coronavirus. L’impact de cette crise sur les manades est grave », rappelle la parlementaire. Des éleveurs dont « l’activité repose essentiellement sur des activités agro-touristiques, culturelles et évènementielles. Or, actuellement, toutes les animations culturelles et sportives sont interdites et les manadiers se voient privés de près de trois quarts de leurs recettes. »

« Ils ont, à ce jour, comme seule ressource la vente directe de viande ou produits carnés transformés, et ce par les circuits courts structurés dans l’urgence, poursuit Annie Chapelier. La Fédération des Manadiers considère que les pertes sèches estimées entre le 13 mars et le 31 mai pour les 116 manades de la fédération s’élèvent à 3 011 313 euros pour des charges identiques voire augmentées par une conduite de troupeau modifiée. »

Annie Chapelier estime que les manadiers ont besoin de « mesures de soutien urgentes, indispensables au maintien de leur activité, telles qu’un gel immédiat des charges de structure (loyers, fermage, assurances, crédits et traites, charges sociales et MSA et non un report), des aides d’urgence pour les charges d’exploitation (fourrage et aliments, frais vétérinaires, entretien des clôtures et matériels), un appui de la part des banques afin de subvenir aux besoins de trésorerie des exploitations par le gel des échéances de crédit et traites sans surcoût. »

Et ce pour sauver un secteur « déjà fortement fragilisé économiquement par la hausse des tarifs assurantiels », rappelle l’élue, qui conclut en estimant que « cette crise sanitaire liée au coronavirus ne doit pas être le bras qui porterait le coup de grâce à ce secteur d’activité et qui achèverait, définitivement, nos manadiers. »

En attendant, la Région a, par la voix de sa présidente Carole Delga, annoncé des mesures de soutien aux éleveurs camarguais :

Th.A

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

1 commentaire sur “CORONAVIRUS La députée Chapelier interpelle le gouvernement sur la situation des manadiers”

  1. et les autres toutes les autres activités ils ont quoi ? pas d’aides substancielles
    on ne joue pas il est vrai, toutes et tous, dans la cour de l’agro tourisme celles des fanatiques de traditions qui ne sont pas les nôtres,
    par contre tout le monde demande à pouvoir au moins se nourrir ils ne sont pas seuls dans la merde
    au final et subitement on se rend compte qu’ils développent du C.A. plus qu’ils n’en disent en temps de paix … celui où ils se plaignent en permanence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité